nouvelles...nouvelles...nouvelles...nouvelles...  nouvelles...

 

 

Printemps
2015
Hiver
2014
Automne
2014
Eté
2014
Printemps
2014

Hiver
2013

Automne
2013

Eté
2013

Printemps
2013

Hiver
2012

Automne
2012

Eté
2012

Printemps
2012

Hiver
2011

Automne
2011

Eté
2011

Printemps
2011

Hiver
2010

Automne 2010

Eté
2010

Printemps 2010

désormais la lettre annuelle est remplacée par la lettre des 4 saisons pour la recevoir, demander la carte d'adhérent. Lettre 2009

Lettre 2008

Lettre 2007

Lettre 2006

Lettre 2005

Lettre 2004

Lettre
2003

 Lettre 2002

Lettre 2001

Lettre 2000

Lettre 1999

Lettre 1998

Lettre 1997

Lettre
1996

Lettre 1995

       retour Béguinage 

                                                               


Beguinage

Hiver  2014

 

" La lettre des 4 saisons " N°20

 

 

 

"Bientôt le jour se lèvera, la lumière en notre nuit jaillira! "

     Chers amis,

     Notre lettre d’automne avait en entête cette citation de M. Zundel : "Vivre en chrétien c’est laisser transparaître en nous toute la joie de Dieu". Le même message a été transmis par le pape François le 14 décembre dernier: "Avec Jésus, la joie est là! " Il ne s'agit pas seulement d'une joie espérée ou renvoyée au paradis : "On est triste sur la terre, mais au paradis on sera joyeux, mais d'une joie réelle, dont on peut faire l'expérience aujourd'hui parce que Jésus Lui-même est notre joie et, quelle est la joie que nous sommes appelés à témoigner sinon celle qui naît de la proximité de Dieu, de sa présence dans notre vie! Depuis que Jésus est entré dans l'histoire l'humanité a reçu le germe d'un monde nouveau comme la terre reçoit la semence, promesse de récoltes à venir. "Il ne faut plus chercher ailleurs! Avec Jésus, la joie est là !"

Au Béguinage, nous avons désiré entrer plus profondément dans cet Avent. Les rencontres liturgiques des samedis, le chant des célébrations plus soigné, les vêpres plus solennels, la présentation des "grandes antiennes O" présentées par Sr M. Emmanuel avant chaque office du soir à partir du 17 décembre, nos partages communautaires, les démarches près de nos voisins, les visites d'Agnès vers les personnes des maisons de retraite de nos villages, les homélies de Maurice lors des célébrations dominicales en paroisse... tout nous fait progresser vers cette "attente joyeuse" de la venue toujours neuve et actuelle de notre Sauveur.

" La vie chrétienne ne nous demande pas de quitter la terre pour regarder un monde imaginaire " écrit M. Zundel ! Grâce aux nombreux moyens de communications, nous sommes mis en face de réalités souvent douloureuses de notre monde et notre prière devient universelle. Nous voici proches de tout le Moyen Orient, des chrétiens d’Irak chassés de leurs maisons; proches du vécu de notre diocèse qui le sera encore plus grâce à son nouveau site inauguré le 4 décembre dernier qui sollicite notre collaboration et répond au désir de notre évêque que cet espace soit un lieu de communication; proches de nos amis du Sud de la France particulièrement ceux de notre ancienne paroisse "La Londe les Maures" sous les eaux dévastatrices; proches de la famille de Cécile qui, après le décès du papa a vécu, à Montbrison, l’enciellement" de la maman; proches de la famille de Thérèse par les visites à ses parents des autres enfants, petits enfants et amis proches; de nos amis belges et canadiens grâce à la présence d'Agnès et de Marie Elaine; proches de vous tous qui nous suivez fidèlement ou nouvellement de loin en loin, de lettre en lettre, de saison en saison et qui continuez à nous encourager, à collaborer, à nous soutenir... Nous aussi vous suivons sur votre chemin, partageant vos soucis, faisant nôtres vos joies et vos projets.

2014 se clôture mais ouvre des horizons nouveaux ! L'ancien monde s'en va et nous voici prêts à "cueillir" les cadeaux tenus en réservs pour l'année 2015, à oser des projets! De ce côté nous sommes inguérissables !

2015! Année que le Pape François a désiré axer sur la vie consacrée. Elle concerne plus particulièrement trois d'entre nous mais nous implique tous ! Le Pape invite à regarder le passé avec reconnaissance; à vivre avec passion notre présent; à embrasser l’avenir avec espérance; à réveiller le monde et l'éclairer de notre témoignage prophétique et à contre courant, en étant joyeux ! Courageux ! En étant des femmes et des hommes de communion, des constructeurs infatigables de fraternité; en racontant et vivant notre grande histoire. Programme  enthousiasmant !

Projet de séminaire ! Ce sera le 5ème programmé les samedi 28 et dimanche 29 mars  jour des Rameaux et animé par Fabien Revol [1] sur le thème : l'écologie humaine. Sujet d’actualité pour 2 raisons : d'une part le pape prépare pour 2015 une encyclique sur la protection de la nature et fait de la défense de l’environnement une priorité, affirmant aux 130 pays réunis à Lima pour la conférence sur les changements climatiques que "l’écologie est vitale pour la survie de l’homme." (Tweet du 11 /12/ 2014) Et en fin d’année, ces pays se retrouveront à Paris, pour décider concrètement des changements à apporter pour  réduire les effets de serre et garantir la survie de l’humanité.

Autre projet ! Un Pèlerinage en TERRE SAINTE : Actuellement une vingtaine de personnes (la majorité suit, année après année, la formation biblique proposée par "l’École de la Sagesse" du Béguinage) sont pré-inscrites. Maurice fait confiance à l'Agence ‘Routes Bibliques’ habituée à gérer ces voyages en dépit des turbulences politiques ! Aucun risque ne sera pris ! Il est urgent de passer à la phase suivante et d'envoyer dans les 15 jours votre inscription ferme, accompagnée d’une photocopie de votre passeport et un chèque d’acompte de 500 €. Vous serez inscrits à la réception du chèque ! Pour tout autre renseignement vous pouvez consulter notre site http://ecolesagesse.free.fr ou nous contacter directement.

 La saison d'hiver a encore une coloration automnale! Le temps des labours se prolonge et nous plantons, transplantons et continuons avec patience et persévérance à transformer notre propriété en "jardin biblique et symbolique" ! Dernièrement pour le 8 décembre notre jardin offrait son dernier lys ! Quelques roses "tardives " restent accrochées comme des bijoux sur des branches en robes sombres! La cueilette des fruits se clôture avec celle des kakis et Sr. M. Emmanuel est ravie de sa récolte de safran qui a triplé de celle de l'an dernier; de ravissants petits tubes sont présentés à la salle d’exposition !

Tandis que cette lettre s'écrit, des membres de la communauté - de Nathanaël (2 ans 1/2) à Agnès- sont entrain de fabriquer la crèche dans la cour de la ferme. Notre chapelle -ancienne étable aménagée- trop petite pour cette oeuvre garde néanmoins plus que jamais sa première vocation: accueillir la vie, célébrer "la", "les" naissances, héberger le divin, Lui donner corps ! Oui, ensemble "donnons corps", donnons vie à notre monde en nous faisant "hospitalité" à Celui qui est la Sagesse, la Lumière et la Vie du monde et pour le monde!

Noël, dies Natalis : jour de naissance ! A chacun d'entre vous nous souhaitons de belles fêtes de renouveau, de commencements, de projets créatifs... mais aussi de santé, de sérénité et de grande joie.

                                         Pour la Communauté du Béguinage

                                                    Maurice et  Thérèse

PS : De dernière minute,  voici une très bonne Nouvelle : Suite à un contrat que nous venons d’établir avec le diocèse d’Autun, à partir du 1° janvier 2015, les dons effectués à Comamis pourront bénéficier d’une exonération fiscale de 66% pour "dons aux œuvres".

Les modalités sont les suivantes : (Seuls les chèques peuvent bénéficier de ces déductions)

1.  Vous établissez votre chèque à l’ordre de "Association diocésaine d’Autun – Comamis Béguinage "

2. Vous envoyez votre chèque à "Comamis / La Croix au Bœuf / 71110 Saint Martin du Lac"

3. L’Association diocésaine enverra un reçu fiscal pour votre déclaration d’impôt sur les revenus de 2014.

[1] Enseignant chercheur à l’université Catholique de Lyon : il ouvre une chaire "sur l’écologie chrétienne ", dédiée à Jean Bastaire, écrivain chrétien décédé récemment-Il y a une façon chrétienne d’envisager la protection de la nature - Susciter chez les chrétiens une prise de conscience de la nécessité de sauvegarder la création - Contempler le Dieu transcendant qui descend vers toutes les créatures dans un élan d’amour infini - Comprendre que la Résurrection ne concerne pas seulement l’homme mais la création tout entière  qui aspire à être renouvelée, transfigurée.


 retour haut de page           retour Béguinage 


 " La lettre des 4 saisons " N° 19

Automne 2014

 

 

 

 „ Le christianisme ne nous demande pas de quitter la terre pour regarder un ciel imaginaire, mais de devenir nous-mêmes ce Ciel, de transfigurer notre vie en laissant transparaître en nous toute la lumière et toute la joie de Dieu. Il ne s'agit pas de nous détourner de la vie, mais d'y entrer, car c'est avant la mort que nous risquons d'être mort si nous refusons de faire de notre vie une création continuelle de grâce et de beauté. “ Maurice Zundel

     Chers amis,

En cet automne rempli de douceur et de lumière dorée, la safranière a fait apparaître ses premières fleurs et voici qu'elles surgissent ! après beaucoup de soins et d'attentions, elles surgissent de la terre nous offrant leur beauté et leur parfum délicat ! Ainsi "l'Amour ne peut que s'offrir, l'Amour ne peut qu'attendre." M. Zundel.
C'est le coeur encore rempli de cette densité du message tranmis avec une telle limpidité par France-Marie Chauvelot et sa cohérence d'être avec les mots et le message de Maurice Zundel que nous entreprenons cette lettre d'automne. Imprégnés des nombreuses images empruntées à ce grand mystique et prophète de notre temps, nous avons eu goût à nous les rappeler et les partager en réunion communautaire, ramassant toutes les fleurs recueillies durant ce temps fort que fut ce séminaire.

Vrai temps de ressourcement personnel et de croissance communautaire qui, en surplus, nous donnent de vivre de belles et profondes rencontres. Nous fûmes une quarantaine de personnes venant des environs certes, mais aussi du Nord, d'Alsace, de Bretagne, Vichy, Lyon et Grenoble

Mi juillet Agnès, Marie Elaine et les parents de Thérèse ont aménagé leurs espaces de vie. Ainsi chacun se retrouvant dans une "juste distance", l'harmonie des relations en sera favorisée. Cette "juste distance" dont nous a parlé France-Marie, celle qui est vécue au sein de la Trinité et qui a été largement développée au cours du séminaire est aussi un des axes fondamental de notre charte  „distance infinie dans la proximité absolue Zundel !

Ce fut aussi un des points forts de notre retraite communautaire de cet été, retraite qui permit le réajustement de chacun à l'appel reçu et à l'engagement qu'il suscite. Ce temps communautaire connut une autre ampleur. L'an dernier, chacun s'était engagé dans un enthousiasme contagieux, cette année nous étions remplis d'expériences et la retraite atteignit un autre degré de profondeur. "Avance en eau profonde" en était le thème! Chacun put se repositionner dans un discernement plus affiné.

C'est ainsi qu'à partir de la vie, nous pûmes adapter nos formes d'engagements. Celles-ci s'enrichirent d'une double voie d'appartenance à la communauté : certains comme „membres communautaires“ se trouvent la capacité d'adopter la Charte dans son intégralité; d'autres moins disponibles, empruntent la voie du compagnonnage comme membres "à l'Ecole de la Sagesse". Ne pas imposer de fardeaux impossibles à porter est une loi évangélique,  ne pas exclure, mais cependant nous refuser d'affadir les exigences découlant de notre Charte commune. "Que chacun donne selon ce qu'il a décidé dans son coeur mais qu'il donne avec joie"... Tel est l'appel de l'Amour qui respecte, invite, suscite mais n'impose jamais! Marie-Céline et Guy ont inauguré cette forme d'alliance ouvrant ainsi un chemin pour d'autres désireux de vivre de l'esprit de la communauté sans avoir la possibilité d'en adopter toutes les exigences; les autres, à l'exception de Dominique (la potière pour distinguer de notre autre Dominique père de famille) ont renouvelé leurs engagements.

Ainsi notre vie au Béguinage se déroule dans ce désir et cette aspiration à "vivre Dieu" comme dit encore Zundel et "Dieu, s'il est vraiment la Vie de notre vie, il faut que ça se voie, que nous soyons pour tous l'accueil d'une amitié sans frontières. Alors, on porte Dieu et on communique sa joie en chantant  puisque, comme le dit st Augustin : «Celui qui aime chante ». Ainsi tous les samedis nous nous retrouvons pour  parfaire davantage notre chant et nous initier à la liturgie, les sessions bibliques ont repris; Thérèse et Maurice ont participé à une rencontre d'information technologique : Comment relier notre site internet à celui du diocèse?

Avec Cécile, nous avons célébré la Pâque de son père dont les funérailles eurent lieu le jour précédant notre séminaire, et maintenant nous l'accompagnons pour traverser avec elle et les siens la maladie grave de la maman.

Nous partageons ainsi les peines et les joies, les souffrances et les bonheurs de celles et ceux qui nous sont proches ou qui se confient à notre prière. Vous-mêmes êtes chacun présent à la mémoire de notre coeur et nous vous redisons notre amitié fidèle.

Pour la Communauté

                Thérèse et Maurice


 retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage

Eté 2014

 

 " La lettre des 4 saisons " N° 18
 

 

 

" Ils ont leur chemin dans leurs ailes,
tout préparé avec leur bonheur
J.Sulivan

Chers amis,

Les voilà qui se profilent avec leur intemporalité bien à elles : les vacances ! Loin de l'agitation et des contraintes quotidiennes, la parenthèse des vacances fait écho à nos envies profondes, elle offre un temps précieux pour s'interroger, contempler, s'émerveiller, partager... Monte en nous un renouveau de désir de liberté, de nouveau rythme! Comment allons-nous profiter au mieux de cet interlude qui nous laisse face à nous-mêmes? L'été invite à emprunter des chemins de traverse pour purifier notre regard et nous permettre de voir le monde différemment... La vie au rythme de l'évangile et de l'Esprit Saint oriente toujours vers de la gratuité.

En ce qui nous concerne, nous avons hâte de vous retrouver par le biais de notre lettre des "4 saisons"! La dernière annonçait les "promesses " du printemps... Les fleurs ont donné leurs fruits. Le feu allumé à Pâques s'est amplifié avec la fête de Pentecôte. Cette Pentecôte nous l'avions préparée par notre session méditative "un feu sur la terre"! De Pâques à Ascension : 40 jours ! Apparitions de Jésus ressuscité à ses apôtres, aux femmes, aux disciples d’Emmaüs et 10 jours plus tard, après 7 semaines de 7 jours = 49 jours, le 50ème : fête du renouvellement de l’Alliance et pour nous, chrétiens, grâce à la nouvelle interprétation donnée par la prédication de Pierre dans les Actes : l'effusion de l’Esprit sur les personnes rassemblées au cénacle, avec la mère de Jésus! Grande ferveur préparatoire à cette fête au cours de laquelle Cécile allait recevoir le sacrement de confirmation par notre évêque Mgr Rivière en la cathédrale d'Autun ce samedi soir veille de la Pentecôte! Cet événement communautaire est venu raviver en chacun de nous le don de Dieu et dynamiser notre élan communautaire et ecclésial. La fête fut une pure incarnation du mystère que nous célébrions : temps d'accueil, d'ouverture, de partages, de témoignages spontanés mais marquants, forts, profonds qui bouleversèrent dans tous les sens les personnes présentes, certaines en vraies quêtes ou sur d'autres voies, mais chacune émue d'être accueillie avec respect telle qu'elle est, là où elle en est...et touchée surtout par le climat de simplicité, de joie, de spontanéité propre à la communauté. Après ce grand moment comment ne pas citer un passage de la correspondance de Cécile en lien avec notre charte: " Nous croyons à la force du signe communautaire surgissant d'une alliance de vocations et de traditions différentes. " Cette expérience a été sensible et a imprégné mes proches : "Frère, soeur, mère, fille, mari, amis présents! C'est "fou" ce qui s'est passé! Un souffle de vie, de joie, de vérité, de bienveillance d'attention, de qualité de présence, d'amour circulait entre nous et nous portait! Notre alliance de vocations différentes, notre cheminement vers l'unité, notre vocation à vivre de l'Esprit au coeur de nos relations et l'Esprit qui nous rassemble étaient sensibles! Jaillissement de larmes guérissantes, soulagement et ouverture d'une porte jusque là comme fermée pour l'un de mes proches en recherche plutôt du côté du bouddhisme, qui a ressenti dans l'expérience la force de partager un chemin spirituel avec une communauté! Joie et bien-être pour une autre d'être accueillie telle qu'elle est, sans jugement; et réconciliation avec l'enseignement religieux. L'esprit accomplit encore aujourd'hui ses merveilles !"

Autre grand chamboulement: l'arrivée précipitée au béguinage des parents de Thérèse dont la mère, après de longs mois dans les hôpitaux (réanimations etc.) était priée de quitter la maison de soin et la panique du mari (90 ans) usé par ses visites quotidiennes dans chacun d'eux ! La décision de les accueillir fut pesée à "l'aune de l'évangile" et non aux seuls sentiments. Ainsi campent-ils pour le moment dans notre salon-bureau... Il n'est pas difficile d'imaginer la situation d'inconfort tant pour les uns que pour les autres. Mais n'est ce pas là des pages d'évangile vécues par tant et tant de personnes dans leur quotidien ?

Les chantiers concernant l'aménagement de notre grange en studios pour les nouveux membres de la communauté et les parents se prolongent ! Nous nous affrontons aux incontournables "contretemps" imposés par les corps de métiers et les nombreux jours fériés en mai... Grande école là aussi, de patience et de détachement et en même temps, émerveillement face à beaucoup de gentillesse de la part de ces artisans.

Nous profitons ici pour dire, redire notre gratitude toute particulière à celles et ceux qui nous ont soutenus et ont investi pour finaliser le financement de nos travaux qui, comme chacun le sait, apportent dans les dernières lignes droites, des factures "surprises" ! Chacun d'entre vous d'ailleurs, nous soutenez par votre adhésion qui nous assure de la fidélité de l'amitié et concrètement allège des charges habituelles et quotidiennes... Même si nous vivons simplement et refusons de nous créer des besoins, il y a, comme pour tous, les dépenses incontournables. Soyez assurés en retour de notre gratitude et de notre prière pour vous et tout ce qui vous tient à coeur.

Ces dernières semaines ont été entremêlées de joies, de surprises, de soucis, de travaux et d’espérance.

Joie de voir Agnès de Belgique nous rejoindre en ce temps d’été et Marie Elaine qui la suit de peu et atterrira du Canada ce 3 juillet. Elles ont toutes deux franchi les frontières et même l'Océan pour venir vivre et oser l'aventure du Béguinage. Elles ont traversé épreuves, peurs et tentations, et laissé derrière elles tout ce qui peut retenir! Elles ont pris leur envol et comme à chaque fois, les nouveaux arrivants nous remettent devant nos choix radicaux, ceux qu'implique la suite de Jésus.

La communauté s'étoffe et nous allons ajuster notre organisation au fur et à mesure afin de favoriser l'harmonie, l'épanouissement de la vocation de chacun sans perdre de vue l'objectif premier et essentiel; c'est une marche sur la corde raide, le fil tendu tel celui des funambules. C'est notre défi et nous ne le lâchons pas malgré certains sobriquets venant de personnes toujours bien intentionnées.

Nous venons de clore notre programme 2014-2015, que vous pourrez toujours retrouver sur notre site http://ecolesagesse.free.fr et déjà nous avons la joie d'annoncer pour les 19, 20 et 21 septembre le prochain séminaire d'automne avec la journaliste France-Marie Chauvelot sur "Maurice Zundel", prêtre prophète du siècle dernier. Nous sommes fidèles au "fil rouge" qui inspire notre charte... Nous poursuivons ainsi notre chemin de foi en nous fortifiant d'expériences qui contribuent à nous enraciner en profondeur : " Béguinages et vie mystique" avec Rita Fenandaël; "Chemins d'initiation à la vie spirituelle" avec Benoît Billot; "A l’écoute des Pères du désert" avec Eric Clotuche de la communauté des méditants chrétiens et maintenant...  " A l'écoute de Maurice Zundel ".

Notre été sera laborieux. Il permettra de nous poser, de nous ajuster au rythme communautaire; ce sera également un temps de discernement pour les 14 membres engagés l'an dernier ! Et les semaines qui viennent prépareront les bilans avant la retraite communautaire fixée aux dates traditionnelles du 31 juillet au 6 août : fête de la Transfiguration. Celle-ci nous est chère à plus d'un titre depuis nos premiers pas communautaires en 1995. Nous désirons la maintenir comme un "point d'orgue" au cours de notre année : Elle récapitule pour nous tous les mystères, elle dit la gloire dans le vase d’argile, elle nous offre cette gloire, nous enveloppe de Tendresse, nous inonde de lumière et de nuit. Elle dit le "déjà là" et le "pas encore", la route à poursuivre, la croix à venir. Elle rappelle que ce que l’Esprit donne de goûter par intermittence : l'excès de gloire et de lumière, de paix et de douceur est pour demain en plénitude.

La photo illustrant cette lettre concrétise notre souhait: qu'en cette période estivale vous puissiez prendre un nouvel envol vers d'autres horizons, d'autres espaces à explorer. Bel été à tous.

                                   Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                              Maurice et Thérèse


 retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage

 

Printemps 2014

 

" La lettre des 4 saisons " N° 17

 

 

Meurs et deviens"
Goethe

Chers amis

            C'est avec un peu de retard mais non sans raison que notre lettre va prendre son envol... En effet la Providence, ou le Saint Esprit, conduisant toutes choses vers des fins heureuses ont donné le ton à ce temps de carême.

Nous avons eu l'heureuse surprise d’être sollicités par l'équipe diocésaine du CCFD pour ouvrir ce carême 2014 et ce, avec la présence de notre Évêque. Ce mercredi des Cendres fut pour notre Béguinage un temps fort de communion en Église; pour certains même, une réconciliation avec "l’institution Église"! Notre chapelle trop petite pour accueillir la soixantaine de personnes venues de tous les villages voisins, nous nous repliâmes dans la "Salle de la  Sagesse". La célébration fut vibrante et dynamisante. Il n'en fallait pas moins pour entreprendre cette "marche pascale" confortés par la parole d'un vrai pasteur et frère: Mgr Benoît Rivière. Les membres du CCFD nous ont touchés par leur simplicité et la puissance de leur engagement a contribué à élargir notre cœur à la dimension de Celui du Christ qui embrasse toute l'humanité. Les démarrages colorent souvent la suite du chemin... ainsi la fécondité de notre carême était prometteuse. Le ton était donné et nous allions poursuivre nos réflexions communautaires, inspirés et nourris par la  liturgie... Nous en avons profité pour approfondir la dimension de l'ascèse et du partage à partir de notre "Charte de vie". Notre choix de vie communautaire n'a pas pour but d'atteindre un idéal mais de marcher à la suite de Quelqu’un, d'un Vivant: Jésus, qui appelle sur ce chemin de réconciliation, d’unification, d’alliance [1]! La pratique de l’ascèse "l’art des arts" comme disent les Pères du désert signifie: exercices, entraînement. Il faut "décider de se lever et d'aller vers" comme il est dit dans la parabole du Père prodigue. "Cette décision fait de l’homme appelé un élu au banquet, aux noces, à l’alliance" dit St Cyrille.

A chaque instant j’ai la possibilité de choisir et non de subir, de me lever, me mettre en verticalité, de me tendre tout entier vers "Celui que mon cœur aime". Cantique des cantiques.

Telle est la part qui me revient.

Nous le savons tous, les résolutions ou points de conversion que nous adoptons pour entreprendre ce chemin sont souvent bousculés, chamboulés... et c'est alors l'occasion idéale pour lâcher prise, pour se détacher...de notre volonté propre, de nos idées et idéaux...

Mi-mars, le Séminaire que nous avions projeté et mûri depuis de longs mois sur le thème du "Chemin pascal avec les Pères du désert" animé par Eric Clotuche, se profilait. Les préparatifs devenaient sérieux... Certes nous commençons à être rodés, nous en sommes à notre 3ème! et chaque fois nous tentons d'améliorer l'accueil en sauvegardant toutefois les qualités propres à notre communauté: simplicité, légèreté, convivialité sans rien sacrifier à la profondeur. L'accueil chez l'habitant- formule que nous avons toujours adoptée- nous remplit d'émerveillement. Nous appelons les bénédictions du Ciel sur celles et ceux qui ont offert si généreusement l'hospitalité. Le restaurant improvisé dans une grange prêtée par Nicole et Bernard a merveilleusement facilité l'intendance. Et nous fûmes une quarantaine à bénéficier d'une initiation aux "Pères du désert" par un remarquable pédagogue dont l'humilité peut s'égaler à celle de ces "géants amoureux" que sont nos pères de ce 4° siècle florissant. Époque qui, à plus d'un aspect, a de nombreuses ressemblances avec la nôtre ! Jésus nous rappelle que "nous sommes dans le monde mais, nous ne sommes plus du monde! " Les pères nous donnent des remèdes simples mais efficaces pour nourrir l'ambition qui était la leur et qui peut être la nôtre: se perdre en Dieu! mourir pour naître, "meurs et deviens ", dans un au-delà de soi qui conduit au repos, à la paix, l’attention, la disponibilité à l’Esprit de vie. Pratiquer constamment le détachement afin d'acquérir la stature de "l’homme axial", enraciné dans ses profondeurs. La devise de Thérèse d'Avila appuie cette vérité: Avancer dans le monde tout en pénétrant jusqu'au plus profond de soi. "Ne croyons pas que nous entrerons au Ciel avant d'être entrés dans notre âme" écrit-elle. Par cet enseignement évangélique, simple et exigeant à la fois, pratique et mystique nous pouvons avoir accès à cette promesse faite par Jésus “le Royaume est au-dedans de vous”. C'est le chemin que veut emprunter notre communauté, c'est aussi celui de la "communauté mondiale des méditants chrétiens" dont Eric est le coordinateur en France. Belle alliance de ces deux chemins! Ce temps fort marque la "mi-temps" de cette période de "radieuse tristesse", mais aussi de combat spirituel. Nous le clôturerons par notre participation à la messe chrismale du mardi saint et cette année nous mettons un accent particulier sur le "Triduum pascal" que nous allons vivre plus intensément, nous accordant un temps d'initiation liturgique (ouvert à tous)  afin de pénétrer plus lucidement dans la profondeur du mystère célébré.

Pas à pas, nous nous laissons entrer dans ce printemps, qui de tous côtés éclate dans notre jardin. Le séminaire a réuni presque toute la communauté à l'exception de Marie Elaine qui attend impatiemment l'obtention de son visa qui devrait lui permettre de nous rejoindre cet été. Notre évêque soutient sa demande avec bienveillance. Agnès, parmi nous depuis quelques semaines attend activement que s'achèvent les chantiers qui préparent son espace de vie. Eh oui ! Nous sommes encore dans les "aménagements", fidèles à ne mettre les structures qu'au service de la vie qui pousse en avant... Nous clôturerons le grand cycle pascal en accompagnant Cécile vers le sacrement de confirmation, la veille de la Pentecôte à la cathédrale d'Autun, entourée des siens. Ainsi nous cheminons en cordée, nous rappelant mutuellement le désir commun qui nous a mis en "marche". A la question secrète de chacun "Que dois-je faire de plus ?" Les rois du désert répondent : "Si tu le veux, deviens tout entier comme du feu."

N'est-ce pas le souhait qui nous reste à formuler à la veille de ces fêtes pascales qui approchent ? Dans un monde où le printemps est trop absent, ensemble, laissons nous renouveler et devenir fils et filles de la Résurrection, tout entier "comme du Feu", celui qu'Il est venu apporter sur la terre... ce feu nouveau de Pâques. Belle entrée dans la saison du renouveau [2], début du cycle de la fertilité et de l’abondance, temps des semailles et ! joyeuses fêtes pascales.

 Pour la Communauté du Béguinage: Maurice et Thérèse

[1] Charte de la communauté.

[2]Renouveau également des „adhésions“! Comme chaque année celles-ci se renouvellent au printemps! Certains d'entre vous nous touchent par leur empressement en devancent l'arrivée de la carte! Cette carte permet de rafraîchir nos listes, adresses, courriels. Nous profitons ici pour redire à chacun notre profonde gratitude pour ces soutiens de toutes sortes que vous nous accordez et qui nous émerveillent inlassablement. Vous êtes à ce jour plus de 150 adhérents avec lesquels nous nourrissons un lien du coeur et bien sûr! notre prière vous enveloppe et s'étend à tous ceux qui vous sont chers, vivants et défunts, à tous vos projets et vos désirs. MERCI.

Merci aussi de nous informer si vous ne souhaitiez plus adhérer.

 


 retour haut de page           retour Béguinage 


 

Béguinage

" La lettre des 4 saisons " N° 16

                                                    

           Hiver 2013

 

 

 

 

 

 

" Tu couronnes une année de bienfaits

Sur ton passage ruisselle l'abondance "

Psaume 64

Chers amis,

      Tandis que nous sortons de notre rencontre communautaire par laquelle nous achevions notre lecture partagée[1] sur le livre de Frédéric Lenoir: "l'Âme du monde", nous sommes invités à entrer dans notre grotte intérieure afin d'y puiser la sève qui transfigurera notre monde chaotique... Ensemble nous prenions conscience de notre responsabilité: nous laisser éduquer par la Sagesse, mettre en pratique ses enseignements et la transmettre par la lumière de notre regard. Ces mots rejoignent un point de notre charte commune: "Par tout ce que nous sommes et faisons, nous désirons accroître la Sagesse et la faire rayonner un peu plus dans le monde." Habités de cette conviction nous pouvons entrer dans ce mystère offert à notre contemplation et à la naissance du "monde nouveau", qui seul peut transfigurer les jours et les mois  à  venir!

La Parole de Dieu nous propose d'être les coopérateurs de ce " temps de grâce ". Par notre réceptivité, notre ouverture, notre accueil nous nous faisons" hospitalité " à la Parole qui prend feu, corps et chair en nous… comme en Marie et chaque fois que nous nous rassemblons autour de sa Flamme: "lorsque 2 ou 3 sont réunis en Mon nom je SUIS au milieu d’eux." Contact direct… Brûlure immédiate, sauf si nous sommes blindés. Et même! Qu’importe nos cuirasses? Le feu ne vient-il pas à bout de tout? Nous voici désarmés pour accueillir Celui qui vient, tel le Feu, tel une Rosée, pour tout abreuver et tout métamorphoser… Temps du "long désir" où la terre se laisse humidifier par la rosée...

"Rorate, caeli de super et nubes pluant justum".

Cieux, répandez d'en- haut votre rosée: que les nuées fassent descendre le Juste, le Sauveur."

Pour les gens qui vivaient en Palestine, la rosée était un symbole lourd de sens. Pendant la nuit, la rosée tombe de manière insensible, invisible, sur le sol des champs desséchés. Au matin, le désert lui-même est couvert de rosée; sous le soleil levant on la voit scintiller. Les gouttes de rosée ressemblent à des perles précieuses reflétant la douce lumière matinale. Chez les grecs, la rosée est symbole de l’amour et chez les Perses symbole de la virginité. La rosée de l’Amour féconde les cœurs desséchés et les fait revivre. De même que le Christ est né d’une vierge, la rosée représente la force divine qui opère le renouveau et le salut rédempteur. Par la rosée, Dieu rétablit le monde dans son état originel. Pour le peuple d’Israël, elle est l’image du soin que Dieu Lui-même prend  des hommes, l’image de son tendre amour. Il rend la fécondité et la vie à ce qui était flétri et nous invite à admirer la lumière qui joue sur les gouttes de rosée, à contempler le cœur réjoui, la nouveauté qui nous arrive avec cette nouvelle année, mais surtout avec ce "re-nouveau" de vie apporté par cet enfant dans cette crèche de pauvres. Dieu s'approche des hommes, " se fait l’un d’entre eux pour que l’homme devienne Dieu par la grâce et participe à la vie divine. " St Basile.

Notre vie communautaire qui s'est enrichie de nouveaux membres depuis cet été s'est trouvée un nouveau rythme ainsi que des moyens appropriés pour rendre présents et participants les quelques membres éloignés géographiquement. Nos rencontres hebdomadaires sont de belle qualité et source  d'enrichissement et de joie émerveillée.

Les chantiers démarrés en novembre afin de pouvoir héberger les "nouveaux venus" se poursuivent... Idem chez Nicole et Bernard... Ils y prévoient même l'aménagement de l'atelier de poterie!

Les enseignements à l’École de la Sagesse [2] se continuent et le programme 2013-2014 paru en automne se déroule au fil des semaines. Nous avons accueilli comme un clin d’œil l'invitation de notre Pape François aux jeunes à se mettre "à l'école de la Sagesse" et sous la guidance de Marie "Sedes sapientiae".

Un prochain séminaire s'annonce les 29 et 30 mars 2014: "Un chemin pascal avec les Pères du désert". Maurice est de nouveau sollicité pour rendre des services en paroisse et nous rendons grâce à Dieu pour cette ouverture!

Pas une semaine ne se passe sans que nous soyons amenés à faire de nouvelles rencontres. Et de cela aussi nous rendons grâce. Actuellement Marie Elaine, venue du Canada, passe un mois avec nous et, avec nous, vivra sa "nouvelle naissance".

Le petit groupe de "méditants" reste fidèle et quelques uns d'entre nous participeront sans doute à un rassemblement de la CMMC [3] afin d'être reliés officiellement aux groupes existants dans le monde.

Ludivine a inauguré le nouveau chalet prévu pour ses consultations et voit le nombre de ses patients s'accroître. Nathanaël s'apprivoise aux mots et a commencé sa longue marche!

Agnès a passé quelques jours avec une amie mais l'impatience à nous rejoindre définitivement la gagne. Dominique nous reviendra pour une halte bienvenue à Noël car son travail de potière implique une dépense physique conséquente. Mais ses réalisations sont admirables! Chacune et chacun, encouragés par l'ensemble s'efforce d'exploiter ses dons ou charismes... pour la joie de tous et bien sûr pour celle de Dieu.

Nos routes, comme celles de tous, connaissent les épreuves de deuils, de séparations, de  peines et de combats. Nous les traversons avec cette Espérance transmise par la Parole et particulièrement en ces jours par le beau livre de la Consolation du deuxième Isaïe Ch 40 à 55. Tout au long des 16 chapitres qui le constituent se dégage l’image étonnante de Dieu qui aime et console son peuple. C'est cette Consolation que nous implorons pour chacun d'entre vous comme nous la supplions pour les peuples d'Afrique et de la terre en proie aux divisions et aux guerres meurtrières...

L’A-venir 2014 ! Nous le remettons entre les mains de Celui qui vient non pour condamner ce monde mais le sauver, le libérer, le transfigurer... et le mener à sa plénitude qui ne s'obtiendra pas sans Sa Présence. Nous en appelons à Elle... et disons avec St.Jean de la Croix: "Découvre Ta présence, que la vision de Ta beauté me tue ! Vois, la douleur d'amour, rien ne peut la guérir, si ce n'est la Présence."

Oui, découvre-nous ta Présence et viens revêtir de ta beauté ce monde que tu as créé et épousé.

A chacun d’entre vous qui nous êtes proches de cœur, nous destinons particulièrement ces toutes dernières lignes de F. Lenoir dans son livre " l’Âme du monde " et en faisons nos souhaits:

"Descends consoler les hommes et les éclairer. Tu n'es pas seul. La force de la Voie et l'amour de tous les êtres éveillés sont avec toi. Puisse ton cœur demeurer dans la joie."

Que Dieu vous garde en santé et dans la paix.

                                   Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

[1Prochain livre à partager: " un mot dans le silence- un mot pour méditer " John Main - édition le Jour.

[2"A L'Ecole de la Sagesse" - qui demeure l'outil d'évangélisation de la communauté - est née en 1995 à Barjols tandis que nous étions en mission pastorale dans le Var. consulter notre site http://ecolesagesse.free.fr

[3Communauté Mondiale des Méditants Chrétiens


 retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage

« La lettre des 4 saisons n° 15

 

 

Automne  2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Splendide est le fruit des bons labeurs"

Sagesse 3, 15

                    Chers amis

      Et voici l'automne arrivé.... avec ses couleurs chatoyantes, le crépitement des feuilles qui tombent, la cueillette des champignons ou des mûres... Au royaume du symbolisme, la saison est rayonnante...! Cette saison est propice aux évaluations, nous récoltons et recueillons les fruits mais aussi, nous sommes encouragés à nous alléger, à nous détacher de ce qui encombre, se découvre périmé, inadapté, non ajusté... L'été est fini oui, mais l'automne est si beau ! il s'est gorgé de soleil et transfigure le paysage, nos paysages intérieurs...

Pour nous aussi "Communauté du Béguinage", l'été a porté ses fruits. Dans notre dernière lettre nous annoncions notre retraite annuelle. Elle eut lieu du 31 juillet au 6 août, Fête de la Transfiguration. Nous restons  fidèlement attachés à cette fête. Évocatrice de  cette transformation intérieure opérée dans les apôtres sur la montagne où le Christ Jésus les a emmenés, là où Il se montre à eux dans toute sa Gloire. Cette fête récapitule toute notre vie: le "déjà là" et le "pas encore"... cet aujourd'hui où nous nous laissons entrer dans la "révélation des fils de Dieu", au travers de ce qui fait notre vie ordinaire et qui ouvre à la dimension contemplative. Émotion lors de la célébration de nos engagements. Nous fûmes treize à nous engager officiellement et à avoir expérimenté le force de l'Esprit Saint. Huit d’entre nous sont sur la propriété ou dans un rayon d'environ 3 km. La Communauté a pris un nouveau visage et un nouveau virage. C'est ensemble et personnellement qu'il nous revient de garder vivante la flamme, de garder la fraîcheur et l'enthousiasme des commencements.

En août toujours, Thérèse et Maurice ont participé à une session à Valpré-Lyon, organisée et animée par la "Communauté Mondiale des Méditants Chrétiens", fondée par un bénédictin John Main, décédé en 1982. Le thème: "retrouver son unité avec la terre". Ils furent joyeusement impressionnés par la "densité de présence" durant les temps de méditation ainsi que par la qualité des participants. Joie de communier aux mêmes valeurs de sobriété, de simplicité, de vérité, indépendamment de nos histoires, états de vie et chemins  personnels. Expérience qui entre pleinement dans la ligne de "à l'école de la Sagesse" créée en 1996. Plus que jamais nous avons foi en cet  enracinement dans la méditation et nous nous savons en alliance avec de nouveaux frères et soeurs de par le monde.

Fin août, il était temps de préparer notre séminaire tout proche animé par le Frère Benoît Billot, bénédictin, fondateur de la Maison de Tobie. Le thème: "Chemins d'initiation à la vie spirituelle". Frère Benoît a su nous éclairer et nous encourager à emprunter et persévérer sur le chemin d'accomplissement de nous-mêmes, en valorisant les dimensions d'intériorité et de spiritualité par "l'éveil du corps que nous sommes", la méditation silencieuse et le recours aux traditions chrétiennes ou asiatiques. Il a répondu à notre attente au-delà de notre désir par l'apport de son enseignement certes, mais aussi et surtout par sa qualité d'être et de présence et son écoute attentive de chacun. Il serait trop long de vous rendre compte de ces deux journées mémorables, mais bientôt, sur le blog de notre site (http://ecolesagesse.free.fr) vous en aurez un aperçu. En tous les cas, nous vous invitons à relire les 6 premiers chapitres du livre de Tobie et à vous laisser entrer dans la symbolique profonde de ces pages ! Véritable initiation à la transformation de tout notre être.

Si, dans notre lettre de printemps nous évoquions "le retour des béguinages" paru dans le journal La Croix, aujourd'hui, en ouvrant le même journal, deux grandes pages annoncent la réunion des catéchistes du monde entier à Rome sur le thème "Initiation spirituelle"! Il est vrai que dans notre monde occidental englué dans la sécularisation, ils sont nombreux ceux qui ne savent plus très bien ce qu'est la vie chrétienne. Si les chrétiens n'ont pas tout laissé tomber, beaucoup se contentent de choses  temporelles, existentielles et négligent la vie spirituelle ou la réduisent trop souvent à un code de croyances, une pratique sans profondeur ! à moins qu'ils ne pratiquent le tourisme spirituel ! Comme l'écrit Jacqueline Kelen dans son dernier ouvrage "Parlez-moi je vous prie du royaume des cieux" (éditeur François Bourin) : "la pratique des sacrements, la prière, une existence vertueuse et la lecture des textes saints ne représentent pas la finalité d'une vie chrétienne, mais elles permettent de bondir plus haut jusqu'à rencontrer "l'unique nécessaire" dont parlait Jésus à Marthe de Béthanie. Il faut remettre au centre de sa vie spirituelle l'élévation mystique qui mène à la vie en Dieu" (p.116- 117).

Après le diaporama sur les "Béguines et Vie mystique", et celui, encore non exploité, et pourtant si riche "Sous le signe du Temple", nous mûrissons le projet sur le "pèlerinage du chrétien mystique". Convaincus que cette démarche n'est pas l'apanage des chrétiens mais de tout homme en recherche.

Pour nous nourrir sur ce chemin nous avons décidé de nous retrouver en communauté une fois par semaine durant une heure et demie et, une fois sur deux, pour échanger à partir de la lecture d'un livre. Actuellement nous creusons "l'Âme du monde" de Frédéric Lenoir. Il décrit la rencontre de 8 sages du monde qui ont entendu l'appel à se retrouver sur une même montagne en Asie et partagent sur la recherche de l'Absolu. Quelles richesses de pouvoir ainsi puiser aux sources de l'Éternel ! Cette lecture commune aide à nous élever ensemble et à mieux communiquer.

Ces mois d'été nous ont permis de retrouver de nombreuses visites qu'il serait trop long d'énumérer.

Tout a débuté mi-juin avec la belle rencontre "franco-belgo-canadienne": ressourcement, convivialité tels étaient leurs souhaits...exaucés et nous fûmes émerveillés de la densité et de la profondeur qui s'installa dans le groupe. Le rythme était pris, les amis ont suivi et certains comme Raoul et Loulou accompagnés de leurs épouses nous ont offert leur temps et leurs compétences pour l'installation électrique dans le "dernier né" des chalets qui deviendra le lieu de consultation pour Ludivine. Situé à l'entrée de la propriété, il sera d'accès plus discret pour les patients comme pour les résidents. Nos espaces s'habillent et se créent à la mesure des besoins et des arrivants. De gros travaux vont être entrepris dans notre grange. Le chantier démarrera mi-octobre. Agnès et Dominique devraient en être les premières bénéficiaires. En attendant, Dominique nous quitte pour 3 mois! Notre "potière" va suivre une formation "au tour". Elle espère bien revenir enrichie et apte à transmettre son savoir. La création d'un atelier se mûrit lui aussi. Que de projets ! Nous remettons les nôtres et les vôtres à Celui qui conduit tout avec Sagesse et murmurons ces versets du psaume 20: "Que le Seigneur te donne à la mesure de ton coeur, qu’Il accomplisse tous tes projets"!

Nicole et Bernard ont renoncé à construire leur maison. Ils en ont déniché une toute à leur convenance à 300 m du béguinage! La providence répond à ceux qui osent prendre des risques en confiance.

Autre projet mis en oeuvre : "la plantation de Safran". C'est chose faite depuis le 17 juillet avec notre  "parrain" Frédéric de Ste Foy. Nous guettons l'apparition du premier crocus... C'est dans cette disposition "d'attention éveillée" que nous clôturons cette lettre, gardant au cœur le secret espoir d'en annoncer la floraison lors de notre prochain rendez-vous d'hiver. "Splendide est le fruit des bons labeurs"...

                                               Bel et fructueux automne !

 

Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                         


 retour haut de page           retour Béguinage 


 

Béguinage


 

 

 

« La lettre des 4 saisons» N° 14

 

 

                Eté  2013 

 

 

Il faut monter plus haut.
L’homme doit devenir extérieurement et intérieurement transfiguré.
Tauler

    Chers amis

Nous voici au seuil de l'été et c'est à peine si nous avons goûté au printemps ! Partout la pluie, le ciel gris, le froid, le vent ! Et pourtant, dans nos coeurs l'action de grâces et l'émerveillement résident et  la foi en tous les printemps et les renouveaux possibles.

Comme nous l'écrivions dans notre dernière lettre, le carême nous a engagés sur un chemin de "dépoussiérage" et nous avons pu nous laisser entrer dans la grande joie pascale. Celle-ci s'inaugurait à Chauffailles, avec la messe Chrismale : moment fort de communion en Eglise avec notre évêque et le presbyterium. Et dans cette grâce pascale, les inattendus vont se succéder. D'abord, l'accord du curé de la paroisse permettant le baptême de Nathanaël dans notre chapelle du Béguinage, entouré de ses parents, des familles des Vosges et de Chauffailles et de sa famille spirituelle. Sur le plan plus vaste de l'Eglise universelle la grande et Bonne Nouvelle de l'élection du Pape François : Pasteur dont les manières toutes franciscaines de vivre sa charge donne envie aux chrétiens désireux de renouveau de reprendre souffle.

L'Esprit Saint a des temps en réserve. Il étonne toujours, car Dieu aime « faire toutes choses nouvelles» Apocalypse 21, 5 ! de l'inattendu, de l'inédit; il nous suffit de méditer quelques instants cette scène de la fête de la Visitation (31 mai) et ce qui advint pour ce couple de vieillards stériles, Zacharie et Elisabeth et pour cet autre couple jeune Joseph et Marie et à peine formé, habitant un lieu absolument inconnu du 1er testament : Nazareth. Comment nous étonnerions-nous de l'effarement de Marie à l'annonce de l'Ange : « Kairé, kékaritoménè Maria - Réjouis-toi, Marie, comblée de la grâce ! » Pourquoi n'en serait-il pas de même dans nos vies? Pourquoi hésiterions-nous à croire en cette irruption du divin dans nos existences ? Peut-être parce que personne ne nous a appris à reconnaître ses Visitations!

Nous croyons de plus en plus non seulement nécessaire mais urgent "d'initier" à la vie spirituelle. Pas seulement l'enseigner mais favoriser "l'expérience". Nous pouvons être chrétiens, croyants, voire même religieux sans être spirituels ! Dans la foulée de notre belle expérience du Séminaire de février sur "Béguinage et Vie mystique", nous avons décidé d'en renouveler l'expérience les 21 et 22 septembre prochains avec Frère Benoît Billot (bénédictin) sur le thème: "Les chemins d'initiation à la vie spirituelle". A notre petite mesure mais à toute notre mesure, nous désirons offrir et partager à ceux qui y aspirent le charisme d'une vie « mystique » en communion avec le Seigneur dans le quotidien de nos vies.

Pour vous : un petit coup d’œil sur le rétroviseur : En avril, du 22 au 26 nous avons inauguré un "stage d'initiation à la connaissance de soi pour des filles de 13 à 16 ans. Très belle expérience, possible, grâce à Ludivine disposant des compétences de psychothérapeute. Approche en douceur de la dimension spirituelle pour certaines jeunes (3 d'entre elles n'étaient pas baptisées). Nous renouvellerons cela. Il nous semble tellement essentiel avant même d'envisager la question de la "vocation" de découvrir, d'explorer cette première vocation fondatrice : être femme ou le devenir!

Le 20 avril, soeurs M.Emmanuel et Thérèse se sont retrouvées pour la journée annuelle des religieux, religieuses du diocèse à Paray le Monial. Le 31 mai, nous avons accueilli le P. Jean-Noël et Christine qui  "exploraient" des communautés religieuses dans le diocèse, en vue de l'inauguration d'un service des vocations. Nous avions également rencontré Marie -Thérèse - vierge consacrée- qui fait partie du conseil pour la vie religieuse et qui désirait nous connaître. Nous accueillons avec joie les occasions de nous ouvrir à la vie du diocèse.

A l'Ascension, soeurs Thérèse et M.Emmanuel se rendaient à Nantes pour célébrer les 100 ans d'un frère franciscain, qui fut d'une grande sagesse aux moments des graves décisions que dut prendre soeur Thérèse, il y a de cela 22 ans. La reconnaissance valait bien ce déplacement vers cet homme rendu fragile par les ans mais lucide et fidèle à lui-même.

En atterrissant sur cette terre, nous avions demandé au Seigneur de nous accorder l'esprit des premiers béguinages.

Ainsi Nicole et Bernard ont "perdu le Nord" mais ils rejoignent le Centre. Les voici posés à 3 kms du Béguinage. Quant à Dominique, elle vient également de déposer ses valises. Guy et M. Céline continuent leur va-et-vient, préparant leur nid futur dans la région. D'autres suivront...

Pour l'instant, ils cheminent et notre retraite du 31 juillet au 6 août, réservée aux membres de la Communauté et à ceux qui aspirent vivre une appartenance à la Communauté par un lien plus concret manifesté par une oblature, précisera leurs attentes, leurs soifs, leurs brûlures et façonnera le visage qui sans cesse se renouvelle. Le Père Auduc, délégué de la vie religieuse pour le diocèse, a accepté l'invitation à venir clôturer cette retraite et célèbrera avec nous cette fête de la Transfiguration qui, le plus souvent, tombe dans les oubliettes ! Les vacances estompent ce mystère. Pour nous cette fête reste centrale. Elle est un sommet au coeur de l'été !

En attendant, nous nous apprêtons à accueillir pour un temps de "ressourcement" une vingtaine de personnes, principalement des belges, canadiens et quand même: 4 français.

Les visiteurs se succèdent à l'hôtellerie de la ferme, trop nombreux pour que nous les énumérions. Mais à chaque fois, se sont de belles Visitations.

Le programme 2013-2014 vient de sortir, nous savons qu'il évoluera encore car la vie est "mouvement", mais nous pouvons déjà le diffuser, il est possible également de le découvrir dans notre site : http://ecolesagesse.free.fr

Nous rendons grâce pour ce lien de communion entre vous et nous ! Aujourd’hui vous êtes environ 120 à nous soutenir par votre amitié, votre aide financière ou matérielle et aussi spirituelle. Nous allons pouvoir lancer un autre chantier d’aménagement d’une grange pour  héberger les « nouvelles nées » à la Communauté : Dominique et les autres qui attendent une place. Oui, par vous la Providence prend «Visage »…
Pour vous nous avons refait lecture de ces derniers mois écoulés et avec vous nous regardons devant et vers les hauteurs ! Que cet été soit pour chacun d’entre nous un temps d’élévation, d’ascension; que nous nous laissions happer par le Vrai Soleil qui Seul donne vie et sens à nos existences : Celui de la Transfiguration, Bel été à chacun d’entre vous.

 

Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                         


 retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage  

Printemps 2013

 

 

 

« La lettre des 4 saisons» N° 13

 

 

 

 

           

 

    

Rien d’autre aujourd’hui que d’aller dans le printemps, Rien de plus.

Haïku

Chers amis

L’hiver touche à sa fin ! « Tant mieux » disent certains…car pour beaucoup cette saison semble ne parler que de mort…pour d’autres, elle évoque le repos. La neige qui nous fit plusieurs apparitions durant cette saison, ressemble à un écrin protégeant ce qu’il y a de plus précieux : la

vie. L’hiver est un temps qui réclame toute notre attention, une grande écoute, celle du silence au travail ! Du long parcours de la sève à l’intérieur et sous la terre. Avec le printemps tout se met à bouger…la nature semble s’étirer comme sortant d’un long sommeil. C’est la saison des miracles où ce qui paraissait mort laisse apparaître des signes de résurrection. Le livre de la nature et des saisons a tant à nous enseigner ! Toute une sagesse à nous transmettre.

En Eglise, nous fêtons l’anniversaire d'un printemps : celui du Concile Vatican II si prometteur alors pour la société. Saurons- nous retrouver l’enthousiasme qu’il avait suscité il y a 50 ans ? C’est vrai, ce fut une aventure folle et bouillonnante. Elle a ses défenseurs et ses critiques, mais les pentecôtes seraient-elles encore des pentecôtes si elles ne connaissaient parfois ces débordements qu’on lui reproche ? Peut-on dire au feu : c’est assez ? Lui ne le dit jamais. Proverbes 30, 16

En ce même temps, nous nous apprêtons à accueillir un nouveau successeur de Pierre. Puisse-t-il être un homme du printemps, prêt à cultiver avec respect toutes les diversités de ce grand jardin qu’est l’Eglise, à l’image de Jésus qui sème à temps et à contre temps, ne rejetant rien mais faisant confiance à la puissance des semences…

Dans quelques jours, nous inaugurerons la grande semaine qui célèbre le Renouveau des univers :ce Printemps invincible, éternel, infini. Ainsi nous passons notre vie à « entrer dans ce printemps » en lequel nous avons notre part active : ôter de nos vies tout ce qui a le goût du vieux, non pas du vieux dans le sens de ce qu’il porte en lui de sagesse, « nous savons tous la qualité du vieux vin, le meilleur ! »…en ce sens-là, le vieux est jeune ; mais de tout ce qui sent la morosité, la moisissure, la naphtaline : nos rigidités de pensées, de jugements et nous pourrions allonger la liste. Le carême nous a engagés sur ce chemin de dépoussiérage, pour « devenir des hommes nouveaux ». « Chaque homme naît emmailloté dans les mots et les préjugés qu’on lui inculque. Devenir jeune en vieillissant, c’est se libérer de la peur, moins céder aux pesanteurs sociales…/... Devenir libres et joyeux ! Des hommes dépris des ordinaires avidités, capables d’humour, la fantaisie dans l’esprit et le coeur, cela ne court pas les rues. Ce sont eux cependant qui aident le monde à ne pas sombrer dans la vulgarité. L’homme a besoin de se désencombrer d’informations, de télés, de lotos pour retrouver une vie intérieure, sortir du sous- développement spirituel. Pour cela

il ne suffit pas de « croire ceci ou ça », mais que la vie spirituelle commence dans le corps, avec les pas, les yeux, tous les gestes de la vie » J. Sulivan dans « hygiène mentale ».

C’est dans ce sens que les 1 et 8 mars, au Centre de formation de Bourg en Bresse, Sr. Marie Emmanuel et Maurice ont présenté, le « Credo revisité ». Celui-ci a suscité un joyeux enthousiasme de la part des participants. Comment ne pas vibrer à cette déclamation :

Je crois : c'est là toute la vie ; avec ou sans raison,

La foi est l'horizon qui ouvre à l'infini et fait que l'homme est homme

A l'image de Dieu, fondé en dignité au creuset de l'Amour.

Précédemment, en février, Ludivine a animé une conférence sur le thème : « Ma vie a-t-elle un sens ? » Sa simplicité, son enthousiasme et son professionnalisme ont su toucher l'auditoire. Devant plus de 60 personnes, sans dévoiler la Source qui donne sens à sa vie, elle a su La suggérer, en donner le goût. Vivre libre pour déployer les ailes de l’amour, tel notre désir. Ce désir, ce feu furent bel et bien nourris lors de notre Séminaire des 9 et 10 février sur le thème « Béguinages et vie mystique ». La neige et le verglas n’entravèrent pas l’élan de plus d’une trentaine de participants à  commencer par Rita, notre conférencière, accompagnée de Françoise et d’Arthur, venus de Belgique. D’autres de la région parisienne, Poitiers, Cahors, le Morvan et bien sûr de Saône et Loire. Quelle richesse, quelle profondeur dans ces 2 journées ! L'intensité de la rencontre, l'érudition de Rita et sa manière si personnelle de transmettre et communiquer la flamme qui l'habite nous ont émerveillés, voire enflammés. Pour beaucoup la mystique de ce mouvement béguinal était inconnue et pour cause ! Qui aurait pu transmettre une telle brûlure ? Certainement pas les théologiens de l'époque qui privilégiaient la froide raison au détriment des surprises du coeur et allumaient des bûchers pour faire taire ces femmes éprises d'absolu, qui se laissaient séduire par le Bien-Aimé dans un total abandon à travers joies et tourments. En elles, a surgi de manière inattendue, surprenante, l'Esprit Saint qui créa du neuf au milieu du grand courant monastique de Cluny ! Elles ont ouvert le chemin à la mystique, cette expérience de l'Amour en leur coeur. Ces femmes, hors du conformisme ambiant, témoignaient ensemble par la louange, la prière, la méditation et vivaient une vie fraternelle au coeur et à l'écoute du monde de ce XII°s. si novateur ! Regroupées en maisons individuelles ou dispersées en ville, elles ont été un poumon spirituel humble et bienfaisant rappelant que l'Évangile est une aventure pour passionnés ! Que de similitudes avec notre époque. Si aujourd’hui beaucoup de valeurs fondamentales sont relativisées, l’esprit des béguines apparaît comme des « puits de sagesse » auprès desquels nous pouvons nous désaltérer. Seul celui qui se laisse prendre par le coeur et expérimente l'amour met en jeu la liberté d'être, abandonne tout abri, s'expose à l'Aventure et ne veut rien maîtriser ! Il a l'audace des amoureux. Éprises de liberté, « libres pour aimer !». Voilà ce qui nous séduits, qui nous agrée et qui est et sera pour nous « source d’inspiration déterminante ». Pour nous engager dans cette vie d'amour, nous avons besoin de liberté, celle qui nous est constamment offerte et que nous célébrerons avec plus de conscience encore en ces fêtes pascales si proches. A partir d’un écrit de Jacqueline Kelen, (écrivain) nous avons eu beaucoup de joie à composer un audio visuel (DVD) qui évoque cette emprise divine dans une personne désireuse d'aller au « bout de son chemin ». Nicole et Bernard ainsi que Dominique arrivent non pas au bout du leur, mais à cette étape où il va commencer nouvellement. Ils déménageront, les uns en mai pour Marcigny (provisoirement) et l’autre en juin, dans un espace que nous allons mettre en chantier, selon notre principe : la structure suit la vie…Marie Céline et Guy continuent leurs séjours réguliers pour rendre habitable leur longère. D’autres aussi se rapprochent du puits...après tant de recherches ! En juin, nous ferons un « bout de chemin » et animerons un temps de ressourcement avec nos amis belges auxquels se joindront des amis canadiens et quelques français…la porte reste ouverte… Nous aussi, avec vous, désirons aller jusqu’au bout de notre chemin, comme Jésus est allé au bout du sien. Votre amitié fidèle et généreuse nous y encourage et de près ou de loin vous êtes embarqués dans cette aventure. Nous ne manquons pas de faire mémoire de vous et désirons

pour vous un printemps plein de promesses, celles d’un Dieu qui marche à nos côtés.

Belles et joyeuses fêtes pascales.

                                                        Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                           


retour haut de page           retour Béguinage 


 Béguinage

 

« La lettre des 4 saisons » n° 12           

 

 

 

 

 

 

                 Hiver 2012  

 

 

"Je suis venu allumer un feu sur la terre,

et comme je voudrais que déjà il soit allumé!"
Luc 12, 49

 Chers amis,

            Selon le calendrier Maya et les croyances populaires, la fin du monde serait programmée pour le 21/12/2012, il serait donc vain de commencer une lettre qui ne parviendrait jamais à son destinataire! Nous assistons à l'émergence d'un monde qui souvent nous dépasse, nous dérange et qu'il nous est difficile d'appréhender! Au lieu de nous cramponner jusqu'à épuisement à maintenir ce que nous avons connu, nous n'avons pas d'autre alternative que d'avancer dans la voie de liberté, d'audace et de créativité que propose l'Evangile. C'est le temps de la grâce, c'est le temps de notre chance. Nous sommes sans crainte, c'est ensemble que nous pourrons accueillir la „nouveauté“ du message de Noël.

En regardant la peinture mise en entête de cette lettre -vitrail peint dans la nuit par Sr Thérèse- nous pressentons tout le mystère d‘Amour, d‘Alliance, de Feu qui s‘offre à nous en cette fête de Noël. Car c‘est bien cela que nous célébrerons: l‘alliance du ciel et de la terre, du divin et de l‘humain, et nous pourrions allonger la liste de ce qui est appelé à devenir „UN“.

C'est chacun d'entre nous qui est invité à prendre place dans ce „Buisson ardent“.

N‘est- Il pas venu apporter le Feu sur la terre? Ah ! Si nous pouvions désirer autant que Lui l'invasion de ce Feu ! Feu de l‘Esprit à l‘ombre duquel chacun peut se blottir pour se laisser épouser par la Parole venue jusqu’à nous : “L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre” alors, tous les „impossibles“ s‘écrouleraient, les stérilités du monde seraient fécondées et les ténèbres reculeraient.

Tels sont les souhaits portés dans nos coeurs: nous vous les destinons à l‘approche de ces fêtes qui inaugureront, non seulement une année nouvelle, mais la naissance d‘un monde nouveau.

Notre route humaine est jalonnée de deuils, de séparations, de peines et de combats. Nous les partageons avec ceux qui en sont particulièrement touchés. Regardant avec eux et pour eux vers cette lumière d’espérance et de consolation qui transpire dans toute la Parole de Dieu en ce temps d’Avent et de Noël, nous rendons grâce pour les victoires, les libérations et les guérisons dont nous sommes parfois d’heureux témoins et pour toutes celles opérées dans  le secret des vies.

Nous nous sommes réjouis avec Maurice qui, dans le cadre du service de formation diocésaine de Belley- Ars, a pu transmettre le message d’Apocalypse à plus de 65 personnes. Tant de confusion règne sur les simples mots apocalypse ou fin du monde ! Les „fins dernières“, c’est l’eschatologie (du grec eschaton c’est-à-dire dernier) alors que „Apocalypse“ veut dire: révélation, dévoilement. On enlève le voile qui couvre la réalité des choses et c‘est alors qu‘apparaît la face cachée à nos yeux de chair, qui est la vraie réalité. Et si les prophéties mensongères nous donnaient le goût de nous plonger dans ce merveilleux livre de l’Apocalypse de Jésus-Christ, transmis par ce visionnaire, Jean, l’exilé de Patmos! Nous trouverions tous les encouragements pour inaugurer une année neuve et accueillir les changements de société et de civilisation dans un optimisme, non pas naïf mais lucide et créatif, bref dans l'enthousiasme!

Autre fut le message qu’il adressa aux séminaristes d’Ars.

Nos temps de ressourcement restent ouverts à tous mais nous en sommes les premiers bénéficiaires tant il est vrai que la foi comme la prière ont besoin de nourriture solide et profonde pour ne pas en rester à la superficialité, ni stagner dans les seules eaux du sentiment, de la sensibilité et des émotions.

Nous nous sommes départagés, en octobre, pour participer à la retraite animée par notre évêque à Paray le Monial et nourrir le lien de communion dans l’Eglise qui est à Autun, Chalon, Mâcon.

Nous maintenons les soirées d'initiation à la méditation silencieuse… ainsi que des temps de relaxation, animés par Ludivine. Ne pas séparer le corps et le cœur profond ! Quel bel hommage rendu au mystère d’Incarnation !

De plus en plus nous entrons dans cette conscience des exigences imposées par notre choix de vie. L’appellation «béguinage» qui décrit notre style de vie, nous entraîne à creuser profond notre jardin intérieur. Nous désirons ardemment aller au cœur de l’expérience béguinale et en vivre, entrer dans le Buisson ardent et nous laisser brûler par la Parole, pour nous-mêmes devenir feu. C'est un appel à dépasser la forme «d’habitats groupés réservés aux seniors» surgissant aujourd’hui de tous les coins de France.

Pour cette raison, nous proposons les samedi 9 et dimanche 10 février 2013, chez nous, un Séminaire dont  le thème est «Béguinages et vie mystique», avec Rita Fenandael, spécialiste de ce mouvement béguinal. Nous convoquons tous ceux qui, à travers la France, sont rejoints par cette expérience. S'ouvrent devant  nous des perspectives de rencontres, de dialogue, d'enrichissement mutuels, de communion...

Avec ces paroles d'Isaïe nous clôturons cette lettre. Elles traduisent toute la joie promise, le réconfort dans l'épreuve, la confiance dans le triomphe de la lumière et de l'amour dans nos vies : «Le désert et la terre de la soif, qu'ils se réjouissent ! Le pays aride, qu'il exulte et fleurisse, qu'il se couvre de fleurs des champs, qu'il exulte et crie de joie …/...  Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s'affolent : «Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu. Il vient Lui-même et va vous sauver. ».../... L'eau jaillira dans le désert, des torrents dans les terres arides.../... Ils reviendront, les captifs...un bonheur sans fin illuminera leur visage; allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s'enfuiront.» Isaïe 35.

 

          Belle et joyeuse entrée dans ce monde nouveau et que Dieu vous garde en santé et dans la paix.

                                                        Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                           


retour haut de page           reto


Béguinage

 

 

« La lettre des 4 saisons» n° 11         

 

Automne 2012  

 

 

 

 

Seul l‘homme aux semelles de vent nourrit en lui des passions

Il glisse sur les années sans laisser d‘empreintes

 

Chers Amis,

 

L‘automne, temps des mûrissements, mais aussi des détachements. C‘est le temps de la légèreté. L‘existence est un espace mouvant, on s‘y déplace à tâtons, on s‘y agite souvent. On avance sans pouvoir souffler sauf l‘espace d‘un été... où l‘on est allé quêter un peu de légèreté oui, c‘est bien le mot. On a laissé les soucis, on a essayé d‘oublier la lourdeur quotidienne, la nôtre et celles que les médias nous assènent chaque jour. Face à ces écrasements, il reste la légèreté ! non dans le sens de frivolité ou désinvolture mais celle qui habille la vie d‘élégance, qui a un pas de danse comme les feuilles soulevées par le vent. N‘est-ce pas à cet Art que mène la vie dans l‘Esprit ? Le souffle permet de traverser le gué sans nous laisser emporter par les courants. Comme le goéland qui plonge dans l‘eau et en jaillit pour regagner le ciel, garde sec son plumage, nous sommes invités à laisser les lourdeurs de ce monde et à prendre de la hauteur.

„Prendre de la hauteur“! Certains l‘ont expérimenté en faisant halte au Béguinage. A les entendre, ils s‘en retournent plus „légers“.

Nous aussi avons voulu prendre de la hauteur lors de notre retraite communautaire.

Voici ce que nous recevions au début de notre rencontre: Il nous faut entrer dans Son Mystère et non seulement le percevoir intellectuellement. Entrer dans la nuée de ténèbres lumineuses pour goûter, voir, toucher le Royaume. C’est pour cela que je nous veux mystiques, c’est-à-dire habitués à la grande réalité qu’est Dieu, au divin : familiers du Divin. Par la restauration, la conquête de notre être unifié, que nous annoncions le Royaume et plus encore, nous l’incarnions ! Nous faisons l’expérience maintes fois répétée du mensonge, de l’hypocrisie, de la duplicité, des ténèbres ! Mais il n’est pas dit que les ténèbres triompheront de la lumière! Elle vient la vraie lumière.“Heureux sommes-nous, car nous ne mourrons pas avant d’avoir vu le Royaume venir avec puissance.” Ce mystère d’épousailles et de noces, Dieu nous invite à y croire. Mon ambition est de vivre cette communion à laquelle Dieu nous appelle tous, aussi loin que possible; d’étendre cette expérience à tout mon être, intégrant, harmonisant toutes mes facultés, toutes mes fibres, dans cette unité à l’image de l’unité trinitaire. Poussant cette expérience mystique au maximum des possibilités de notre nature humaine, dans les limites voulues, prévues et désirées par Dieu..“ Extraits de lettres de Sr Thérèse, 1988.

C’est vrai, il nous faut repartir de l’Evangile. Pour proclamer le Royaume, il nous faut renaître d’En Haut (Jean 3,7), afin de ne pas offrir à nos contemporains une religion en forme de coquille vide. L’homme d’aujourd’hui a besoin de témoignage, il voudrait sentir une présence, découvrir une vérité qui s’impose par elle-même, c’est-à-dire par sa force intérieure. Il ne pourra croire en Dieu que s’il Le sent naître de lui, de son monde, de sa propre expérience et nous ne pouvons l’y aider qu’à partir de l’authenticité de la nôtre.

A ceux qui nous demandent quelle est notre spiritualité, nous répondons que nous n’en avons pas d’autre que celle de l’Evangile. Les premiers chrétiens comprirent que la contemplation est un élément essentiel de la condition humaine. Les 2 soeurs Marthe et Marie ne sont pas seulement 2 types de personnalité mais 2 dimensions complémentaires de la personne. Sans l’immobilité de Marie en notre centre, assise aux pieds du maître et à son écoute, nous devenons comme Marthe: irritables, insatisfaits, grincheux et distraits. Le philosophe orthodoxe Bertrand Vergely poursuit ainsi la méditation de ce chapitre 11 de St Jean:“Marthe et Marie incarnent 2 faces de la relation de l’humanité avec Dieu. Marthe représente la religion extérieure, active, humaine. Marie représente la religion intérieure, mystique, divine. La religion extérieure est nécessaire, l’humanité vit dans la réalité concrète, elle a besoin de se construire. Les Marthe jouent un rôle utile, mais s’il n’y a que des Marthe, l’humanité manque l’essentiel : elle se limite à un plan humain, au lieu d’aller vers son plan divin. Lazare, homme divisé, ne sait pas trancher entre l’extérieur et l’intérieur. Il sent qu’il faut aller vers le côté intérieur et divin de l’humanité mais il n’ose pas vraiment faire le saut. L’extérieur le mobilise encore au point qu’il en est malade...à en mourir. Le Christ n’est pas seulement ému par cette situation ; il se sent appelé par ce qui se passe; il faut affirmer avec force le côté divin de l’existence. Il faut mourir au concret terre à terre afin de naître au transcendant. Le ressuscité vient de naître dans le Christ. Il est sans peur et se fait fort d’aller en Judée, où il est menacé d’être lapidé. Il est sorti de la nuit, il peut fait sortir le monde de la nuit. Les disciples sentent qu’il se passe quelque chose d’important: ils sont prêts à aller mourir avec Jésus. Ils sont décidés à quitter la religion extérieure afin d’aller vers la religion intérieure. Tout le monde est en train de muter. De mourir sur un plan pour renaître à un autre plan. Il faut que Lazare arrête de mourir : le temps de la religion intérieure et divine est venu ; il n’est plus nécessaire de s’en faire ! Le Christ invite Lazare à se délivrer de la mort dans laquelle il s’est laissé enfermer. Il peut le faire. Lazare ressuscite à Béthanie, là où le Christ sera emmené aux cieux, car le Christ ne ressuscite pas en sortant du tombeau. Il n’est pas Lazare. Jamais il n’a douté de la religion divine. La résurrection n’est pas un prodige, un exploit magique. Elle est l’état normal de la vie. Quand on vit de l’intérieur, sans hésiter, comme le fit Lazare, le côté divin de l’homme ressort. La force de la vie face à la mort jaillit comme une évidence. Simple et glorieuse à la fois.“ Extrait de Essentiels 14 mars 2002, supplément à la Vie Catholique. Cette méditation appuie nos réflexions et commente notre Charte. Ainsi de plus en plus toutes nos activités et enseignements s‘orientent dans le sens de l’intériorité.

Grâce aux rencontres, nous avons vu se préciser ce que nous n‘arrivions pas à formuler clairement auparavant parce que nous mettions les structures avant la vie. Aujourd‘hui, à l‘école de la vie, tout se pose et se précise avec simplicité. Ainsi la communauté se voit rejointe par certains qui quittent leur pays et leur maison. D‘autres souhaitent poursuivre leur vocation là où ils ont été semés, mais inspirés par l‘esprit de la Charte de la Communauté et soutenus par l‘amitié de ses membres. Ceux -là ont vécu une expérience „d‘alliance“ avec la Communauté et désirent épouser la même dynamique de vie en devenant „oblats“. Ils viendront régulièrement se ressourcer près de la Communauté et celle-ci sera leur lieu d‘ancrage. Nous allons nous ouvrir à cette réalité désirée.

Ouverture encore à la Vie avec la naissance de Nathanaël au sein du couple de Ludivine et Yves.

Surprise et joie à la lecture de l’article sur « le béguinage revient à la mode » dans le journal La Croix de Juin 2012. Suite à cet article, Maurice a écrit au journal pour spécifier la démarche spirituelle de notre béguinage –aspect qui manquait dans l’article- Nous avons proposé un séminaire de 2 jours : les samedi 9 et dimanche 10 février 2013, chez nous, en Bourgogne du Sud, avec la présence de Rita Fenandael, spécialiste de ce mouvement béguinal. Elle accepte de venir l‘animer et nous convoquons tous ceux qui, à travers la France, sont intéressés par ce mouvement. Serez-vous des nôtres ? Vous y êtes invités.

Il est temps de conclure ! Les hirondelles se préparent à prendre leur envol vers d‘autres cieux ! Nous leur confions notre lettre et nos souhaits : Que cet automne nous entraîne vers plus de légèreté et que le Souffle nous mène vers de nouvelles ascensions et de beaux mûrissements. Nous y joignons nos cordiales salutations.

 

                                                          Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

 

Quelques livres qui pourraient vous aider sur votre désir de contemplation :

- Jésus, le maître de vie intérieure et Lettres sur la méditation de Laurence Freeman  chez Albin Michel

- Le ciel est en toi de Michel Cornuz chez Labor et fides

                           


retour haut de page           retour Béguinage 

 


Le Béguinage

 

 

« La lettre des 4 saisons» n° 10

 

 

                          Eté 2012 

 

 

 

 

« Moi, je vais en pèlerinage vers l’ami qui demeure en moi »
Silésius
[1]

 

Chers Amis,

Aller en pèlerinage vers l‘ami qui demeure en soi “! Telle est bien la grande aventure proposée à tous, celle que la liturgie a offert à notre méditation durant tout ce temps pascal. Aventure la plus grande, la plus périlleuse qui soit : le voyage vers soi et Celui qui y demeure. Expédition qui ne peut être entreprise que sous la motion de l‘Esprit Saint. «L’Esprit souffle où Il veut, mais tu ne sais ni d’où Il vient, ni où Il va, ainsi en est-il de celui qui est né de l’Esprit» Jean 3, 8.

C’est intentionnellement que nous commençons notre lettre avec la photo d’un labyrinthe ! En effet, le printemps venu, nous en avons tracé un au travers des grandes étendues d’herbe qu’habituellement il fallait tondre. Cette expérience, tout en allégeant le travail, a le mérite de respecter davantage la flore et la faune, de favoriser ainsi l’équilibre écologique et de nous enrichir d’un vieux symbole initiatique que l’on retrouve encore dans certaines cathédrales ou églises. Loin de proposer un cheminement dans les ténèbres et dans l’effroi, le parcours labyrinthique invite chacun d’entre nous, à une découverte de soi et à une réflexion sur la destinée humaine. Le labyrinthe est le chemin tortueux qui mène l’homme à la lumière et le guide vers la Sagesse. C’est vraiment l’image de nos vies, de ses quêtes, de ses tâtonnements, de sa marche vers son Centre, vers  l’Essentiel. Il est une voie méditative que nos hôtes pourront emprunter, symbole aussi de ce qu’ils viennent consciemment ou inconsciemment chercher en faisant halte au Béguinage. Ce projet entre dans notre détermination à donner sens à toute chose, ce qui demande du temps et de la persévérance mais cela se réalise  peu à peu. C‘est aussi une manière de vivre en conscience, comme l‘écrivait Sophrony [2] „Ne passez pas un seul instant sans conscience. Veillez à ce qu‘il n‘y ait rien d‘impersonnel dans vos vies. Que votre esprit demeure, jour et nuit, là où est le Christ“.

L’été est là ! Période tant attendue par nombre d’hommes et de femmes en désir de soleil, d’oxygène, de nature, de liberté et aussi de sens ! Nos maisons, nos têtes et nos vies sont parfois si remplies qu‘il reste peu de place pour „voir“, tout simplement. L‘été peut être ce temps de ressourcement. Dès l‘aube, nous pouvons vivre un véritable éveil. Tout l‘environnement s‘offre et se prête pour nous conduire sur ce chemin de sagesse. Nous apprenons à respirer, à regarder, à écouter, à vivre en conscience. „Regardez les oiseaux et les lys des champs...“ dit Jésus. Tout l‘évangile est là à chaque pas. Si la terre est malade de notre avidité, la méditation nous apprend à réorienter nos désirs nous souvenant que derrière chacun d‘eux se cache un désir d‘infini que seul l‘absolu peut satisfaire. Le cosmos est une splendeur et la vie un miracle permanent dont nous pouvons rendre grâces à tout moment. La liturgie, elle aussi, nous plonge constamment dans la louange, elle rythme notre temps et donne „le ton“ à nos journées. Les fêtes pascales nous amenèrent des amis du midi. Nous clôturâmes nos Vêpres par la bénédiction de 2 icônes écrites par Monique. Nous aurons la joie de l‘accueillir dans l’année pour animer un stage d‘initiation à l‘écriture de l‘Icône, puisqu‘après 7 années de formation à l’atelier St. Jean Damascène, elle est maintenant autorisée à transmettre.

Comme annoncé dans la lettre de printemps, le 14 avril, Ludivine et Yves se sont donné le sacrement de mariage dans la belle église romane d’Iguerande. Entourés de leurs familles venues des Vosges et du Brionnais ; leur célébration fut un véritable témoignage pour les nombreux jeunes -et moins jeunes- présents et éloignés parfois des réalités chrétiennes. Huit jours plus tard, nous nous unissions à l‘action de grâces des soeurs de St. Jean qui fêtaient leurs 20 années de présence à Semur, dans l‘ancien séminaire d‘Autun. Nous les retrouverons le 31 mai pour vivre avec elles un temps de partage qui nous permet de mieux nous connaître et de communier à nos missions et appels respectifs. Nous avons aussi reçu à notre table, Eric, notre nouveau curé et avons rejoint de nombreux religieux du diocèse, réunis à St. Désert, lors de la journée de la vie consacrée.

« L'Ascension-Pentecôte », temps fort dans la vie du chrétien, temps de l'accueil de l'Esprit dans nos vies, fut préparé par une journée d’approfondissement biblique et théologique ouverte à tous. C'est aussi dans cette période « pentecostale » que nous avons accueilli 3 amis canadiens venus nous rendre visite après un « compagnonnage épistolaire » de plus d’une année. Descendue de Hollande, Ilona s’est jointe à notre petit groupe de “chercheurs“. Nous nous retrouvions ainsi „d‘une mer à l’autre“, réunis par l’Esprit Saint qui ne pouvait qu’être l’Auteur d’une telle Visitation. Et nous l’avons senti tressaillir au-dedans de nous, cet Esprit Saint ! Lui qui fait toutes choses nouvelles, poursuivra son œuvre en chacun de nous. Les parents de Thérèse eurent encore assez de souffle pour venir nous visiter et faire découvrir notre Béguinage à 2 de leurs amis.

Le réseau relationnel s’étend un peu plus chaque année…voire même chaque saison ! L’été nous amènera encore des amis mais aussi de nouveaux visages. La Belgique nous reste fidèle et le sud également… Chacun vient se ressourcer au gré de sa faim mais aussi offrir de son temps, de ses compétences et de sa personne pour nous alléger de certaines tâches ou achever certains travaux. Ainsi notre jardin s’est orné de fleurs et d’arbustes, nos espaces sont signalés par des pancartes décoratives, notre « Salle d’exposition » est désormais fonctionnelle et pourra accueillir les visiteurs qui pourront y trouver cartes, livres, objets divers comme dans tout monastère.

Nous sommes reconnaissants à chacun et à tous ceux qui d’une manière ou d’une autre, contribuent à notre « bien ou mieux être ». Les moindres gestes nous touchent et vous rendent encore plus présents à nos vies, à nos cœurs et à notre prière.

Nos couples « associés » poursuivent leur projet de rapprochement géographique. Les rencontres plus fréquentes, occasionnées par les démarches indispensables à leur future installation, nous permettent de grandir ensemble dans la connaissance et l’amour les uns des autres.

Ces couples témoignent qu’il est possible d’adopter un style de vie simple, fraternel, en y intégrant la dimension spirituelle comme une priorité. C’est un choix, une option, une décision qui exigent réflexion, mais c’est dans l’ordre des « possibles » demandés par l’Evangile et non réservés aux  religieux.

En clôturant cette lettre, nous mettons la dernière main à l‘élaboration de notre programme d’année « à l’école de la Sagesse ». (Vous le trouverez joint à ce courrier ou sur notre site : http://ecolesagesse.free.fr). Certains nous demandent encore quel est son lien avec nous ! Tout simplement, elle est „l’outil“ de transmission de la Communauté mais aussi son Ecole de vie et de croissance de la Sagesse.

C‘est cette croissance que nous souhaitons pour chacun d‘entre vous.

Que ce temps estival nous donne d‘aller vers encore plus de maturité, d‘épanouissement de tout ce que le Ciel nous a confié afin de Lui rendre la joie et la Gloire. Bel été !

                                                              Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse


[1] Poète mystique allemand 1624-1677

[2] Moine et ermite 1896-1993 – publia la vie et les écrits de St. Silouane


                           retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage

 

 

    

 

 

 « La lettre des 4 saison" n° 9

 

 

 

                        Printemps 2012

 

 

 

 

« Celui qui vaincra,
je ferai de lui une colonne dans le Temple de mon Dieu;
j’écrirai sur lui le Nom de mon Dieu. »

            Chers amis,

« Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le Temple de mon Dieu …», ces mots tirés de la lettre de l’Ange à l’Eglise de Philadelphie, dans le livre de l’Apocalypse, nous furent donnés comme une exhortation, mais aussi -et c’est ainsi que nous les avons accueillis- comme une promesse par notre évêque venu partager notre prière du soir un jour de février tandis qu’il parcourait la région pour sa visite pastorale. Ces paroles d’encouragements à « durer dans la fidélité et la constance » nous sont allées droites au cœur et attisent notre désir de persévérance sur ce chemin de conversion permanente, de transformation, de transfiguration qui n’est autre que celui proposé par Jésus à tous ses disciples. Et nous sommes ensemble pour nous encourager dans ce labeur, pour nous entraîner sur cette route. C’est aussi le but d’une communauté.

Cette visite de notre évêque coïncidait avec le démarrage d’une retraite sur le thème de l’Apocalypse proposée au petit groupe d’étudiants théologiens spiritains venus tout spécialement de Paris pour vivre avec nous ce temps de réflexion, de prière et de ressourcement. Ils vécurent 8 jours avec nous, partageant les temps d’enseignements, de prières, de détente et de ressourcement. Notre hospitalité n’étant pas suffisamment grande pour les héberger tous, des amis des environs ouvrirent leur maison et donnèrent à ce temps une dimension d’ouverture et de partage. Grâce à eux, nous avions hâté certains chantiers demeurés en attente…et grâce à  des dons providentiels, nous avons pu fermer les granges avec de grandes baies vitrées afin d’économiser la chaleur… nous n’étions qu’en février et le froid comme partout avait sévi… Dans la maison communautaire, le fuel gela dans la cuve et le brûleur de la chaudière succomba ; nous fûmes également privés de téléphone et d’internet plus de 8 jours. Mais nous fûmes vite dépannés et face à tant de situations d’urgence nous ne saurions nous lamenter sur notre sort ! Nous nous savons privilégiés et il en découle des devoirs de reconnaissance. Reconnaissants ! Nous le sommes envers chacun d’entre vous qui nous soutenez et nous encouragez. Chacun de vos dons contribue soit à assurer les contraintes financières du quotidien ou à améliorer les espaces d’accueil qui voient défiler de plus en plus de personnes en quête de paix intérieure, de sens, de discernement. Nous désirons leur partager ce qui colore notre vie et lui donne sa saveur : la Sagesse.

Vous êtes de plus en plus nombreux à intégrer le cercle d’amis en adhérant à l’Association « COMAMis », que nous pourrions écrire « Comme Amis »… Dans cette lettre vous trouverez la « carte d’adhésion 2012 ». Nous l’enverrons chaque année, à la même période afin de simplifier les envois. Nous vous remercions de ne pas tenir compte des délais… Si certains d’entre vous ne souhaitaient plus la renouveler, vous serez aimables de nous signaler votre désabonnement. Ces cartes ont le bénéfice de tenir à jour nos répertoires. Quant aux dates anniversaires, elles nous donnent une occasion de manifester notre communion sous une forme ou une sous autre. En parcourant le programme, vous y trouverez une proposition de rencontres « Spécial COM’Amis » ! Nous espérons ainsi nourrir ce lien d’amitié en offrant des occasions de retrouvailles et de ressourcement dans une ambiance que beaucoup d’entre vous connaissent.

« L’Ecole de la Sagesse », qui continue à faire des propositions, a vu son programme d’hiver respecté et les parcours sur « croissance humaine et croissance spirituelle », co-animés par Ludivine et Maurice ont été suivi par une douzaine de personnes : il se clôturera sous peu mais un autre programme voit le jour, vous le trouverez en pièces jointes.

Les travaux des lieux d’habitation de la ferme étant achevés, nous avons poursuivi sur notre lancée pour entreprendre ceux de la salle de conférence, (qui sera dénommée « à l’Ecole de la Sagesse » - vous savez pourquoi !), et comme dans tout monastère la « salle d’exposition », pour présenter les livres et produits artisanaux.

Contagion ! Venez et voyez. Ils quittent et ils viennent. Surprise, étonnement ! action de grâces en voyant arriver deux couples voulant partager la vie de la communauté. C’est ainsi que Nicole et Bernard, qui ont mis en vente leur maison du bord de mer, dans le nord de la France, ont trouvé le terrain qui leur convient pour construire leur nid sur les branches de cet arbre qu’est le Béguinage, afin de vivre reliés à la communauté et en devenir membres. Ce terrain situé à quelques kilomètres de la maison, très exactement à Semur en Brionnais, un village en vis-à-vis séparé juste par la vallée et son église romane ; sur ce même terrain, Marie Céline et Guy sont en pourparlers pour acheter une vieille longère qu’ils comptent bien restaurer afin de s’adjoindre eux aussi à la communauté du Béguinage. Ces deux couples augurent avec celui de Ludivine et Yves, qui ont trouvé une maison à St. Martin du Lac, tout près de la maison communautaire. Quant à Dominique, elle vient régulièrement et le plus souvent possible pour calmer son impatience et nourrir le temps qui lui reste à vivre les obligations professionnelles qui sont les siennes. Ainsi s’incarne la branche laïque appelée à donner au Béguinage toute sa dimension…En parlant de Ludivine et Yves, ils célèbreront leur mariage le 14 avril à l’Eglise d’Iguerande dans la joie pascale et la nôtre.

Notre intention de faire de notre propriété « un jardin biblique » se  met  en place lentement. Nous avons trouvé dans les greniers des granges, une vieille charrue que nous allons placer au milieu d’un massif de fleurs. Ainsi en visitant le béguinage, en parcourant les allées, contournant les arbres fruitiers, nous asseyant sur un banc ou dans une des poustinias, nous pourrons méditer tranquillement à partir des symboles découverts dans cette promenade, et progresser à la belle école de sagesse !

Nous ne perdons pas de vue le  fil rouge de la Tradition : nous laisser inspirer et nous nourrir des trésors spirituels de nos Pères dans la foi. Jean Cassien (5°siècle) auteur spirituel et père du désert, a transmis des conférences spirituelles. Voici l’une de ses perles extraite de celle sur le discernement : il nous invite à « labourer à toute heure, à tout moment, la terre de notre cœur avec la charrue de l’Evangile, c’est-à-dire avec le souvenir incessant de la croix du Seigneur ».  C’est une image qui prend tout son sens en ce temps de carême qui s’harmonise si bien à la saison de printemps où l’on prépare nos jardins à accueillir les semences ! Tous nous sommes appelés à labourer et féconder notre cœur ; qu’il produise, avec l’aide de la grâce, des fruits de conversion, de patience, d’amour. Pour mieux entrer dans la liturgie, nous avons pu mettre à jour des livrets de chants pour chaque temps liturgique.

Et maintenant, nous poursuivons avec vous la route vers la lumière de Pâques… la fête des fêtes, celle sans laquelle nos existences n’auraient pas de sens… nos routes n’auraient pas d’horizons, nos joies seraient  sans lendemain et nos peines sans fin…puissent ces fêtes apporter à chacun d’entre vous l’espérance et la confiance que rien n’est en vain, qu’il y a des impossibles possibles, et que la mort n’aura plus jamais le dernier mot.

Belle et fervente montée vers Pâques et que la joie habite déjà vos cœurs.

                                                                 Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                         


 retour haut de page           retour Béguinage 


Béguinage

 

« La lettre des 4 saisons » n° 8

 

 

 

Hiver 2011

 

 

 

Le Christ peut naître mille fois à Bethléem,

cela ne sert de rien s’il n’est pas né dans ton coeur“

Angelus Silésius

Chers amis,

Tandis que nous prenons la plume, la première neige est tombée, intensifiant encore le sentiment de recueillement dans lequel le temps liturgique de l‘Avent nous plonge. Temps qui oriente tout notre être vers son ntérieur et l’invite à faire halte. Répondant ainsi à l’interrogation lancée par le poète : « Où cours-tu ? Le ciel est en toi. Si tu cherches Dieu ailleurs, il te fera toujours défaut. » C’est dans l‘accueil de ce message qui trouve écho chez les mystiques rhénans que nous nous sommes réunis ce samedi 17 décembre. Ensemble, nous nous sommes penchés sur la grande fresque de la naissance d‘un Nouveau Monde et nous avons contemplé la grandeur inouïe de ce mystère de l’Incarnation. Nous avons laissé descendre en nous des paroles fortes comme celles d‘un Tauler (XIV°s.) qui chantait « Dieu nous devient tellement nôtre, Il se donne à nous en telle propriété, que personne n’a jamais rien eu en si intime possession. » Le Fils de Dieu a été, dans l’éternité, engendré sans mère et, dans le temps, sans père. Ainsi Il ne peut venir à nous que si nous sommes dans le dépouillement et le désencombrement.

Nous étions près de 25 rassemblés à la ferme du Béguinage pour vivre ce temps de convivialité et d‘émerveillement. Le chauffage venait juste d‘être mis en fonction la veille pour le bien-être de tous nos hôtes. La journée se partagea entre les temps d‘enseignements, de prière silencieuse dans notre chapelle si appropriée à la méditation puisque nous lui avons gardé son aspect primitif : celui d‘une étable. Le repas dans la salle à manger toute rénovée, des temps d‘aération et de partage. Ce fut une belle journée d’approfondissement et de fraternité que beaucoup d‘entre vous avez connue. Expérience à renouveler !

Et nous voici déjà à clôturer un cycle de 4 saisons!

A la veille d’une année nouvelle, nous éprouvons de la joie à recueillir, rassembler, récapituler ce que la vie nous a réservé pour en faire un bouquet d‘action de grâces.

Nos coeurs sont remplis de gratitude en fêtant, en ce début de mois de décembre, notre 2ème anniversaire de présence ici à St Martin; nous nous sommes réjouis avec Ludivine pour cette première année passée en communauté.

Nous accompagnons avec bienveillance et respect les premiers pas de ceux qui s‘acheminent vers une approche du béguinage : Dominique et Colette, Nicole et Bernard et d‘autres, qui sont encore dans le questionnement et prennent le temps du mûrissement.

Nous aimons voir chacun avancer à son rythme et aller vers le meilleur de lui-même, là où il portera non seulement du fruit mais un bon fruit. Jean 15, 5.

Nous aimons cheminer avec ceux qui viennent se poser à la ferme... et déposer leurs fatigues, leurs fardeaux, leurs soucis mais aussi leurs espoirs et leurs aspirations. Souvent tout bascule dans le „coeur à coeur“ ou „corps à corps“ avec la Parole de Dieu rendue vivante et accessible lors de notre célébration matinale avec la lectio divina. Nos racines s‘enfonçant dans la terre, nos branches s‘ouvrent plus largement pour „donner abri aux oiseaux du ciel“. Luc 13, 19. Nous nous émerveillons du beau travail accompli par des artisans et ouvriers si coopératifs et actifs sur les chantiers divers qui améliorent et embellissent tellement notre environnement. Nous ne nous lassons pas de „dire merci“! Nous ne nous habituons pas à toute cette générosité et vous êtes les premiers nommés dans notre litanie d‘action de grâces ! Cette fin d‘année accroît ce sentiment de reconnaissance. Nous voyons venir de plus en plus de nouveaux visages et de nouveaux liens se tissent donnant de l‘extension à notre grande famille.

Nos eucharisties dominicales qui nous font nous joindre aux communautés paroissiales des villages environnants donnent plus de consistance à notre présence. Nous nous sommes ressentis plus pleinement de l‘Eglise qui est en Saône et Loire grâce à la visite de notre évêque avec qui nous avons vécu une page d‘évangile. Réunis autour d‘une  able sobrement garnie, dans une rencontre emprunte de simplicité et de joie, nous avons pu échanger et faire plus ample connaissance. Nous avons accueilli comme un cadeau de confiance, les encouragements à poursuivre notre route dans l‘humilité et la joie. Nos coeurs tout remplis de confiance et d‘espérance, s‘ouvrent à demain. Bientôt le jour se lèvera et pointe déja une année neuve! « Le début de l'année civile, qui coïncide avec les frimas et la rareté de la lumière, se tient sous le signe de Janus, un dieu romain réputé pacifique qui a donné son nom au mois de janvier (januarius en latin). Cette divinité était représentée avec un double visage, l'un tourné vers l'Ouest et l'autre vers l'Est, regardant à la fois l'hier et le demain. Janus était aussi le gardien des portes (en latin, janua), veillant sur ce qui s'ouvre et sur ce qui se ferme. Peut-être indique-t-il à chacun qu'il faut, pour demeurer vivant, tout à la fois savoir quitter et savoir accueillir. De ce dieu à double visage, on peut dire également qu'il porte son regard vers l'extérieur - le monde concret, visible, où nous nous activons, où nous pensons nous établir - et vers l'intérieur, espace subtil où l'âme se déploie et chante. Aussi Janus n'est-il pas un dieu scindé en deux, une figure de la dualité, mais une représentation de la paix intérieure qui unifie le passé et le futur, le "vieil homme" et l'être nouveau, et qui coud les soirs aux matins. » J. Kelen. C’est alors que nous ré-entendons la Parole de Dieu nous rappeler « qu’Il se tient à la porte et qu’Il frappe », pour murmurer à nos coeurs : « Voici, je fais toute chose nouvelle » Apocalypse 21, 5

Alors, quelle nouveauté ce Noël 2011 va-t-il susciter, comment allons-nous l‘incarner ? Ce sont les interrogations que nous déposons au coeur de notre prière pour chacun d‘entre vous et d‘entre nous. Qu‘en cette année 2012 qui, selon le calendrier maya prédit la fin du monde (le 12/12/ 2012), fasse naître en chacun de nous le désir de nous ouvrir à ce livre mystérieux qui clôture la Bible. L’Apocalypse n’est pas une prédiction du futur, mais une révélation : Dieu y dévoile le sens intérieur et la finalité ultime de l’histoire du monde et de l’Église. Il en montre aussi le chemin et l’issue victorieuse. Prendrons-nous le temps de nous laisser toucher par cette Révélation afin de participer à cette transfiguration de l’histoire et de la création ? Maurice a bien l‘intention de proposer à nouveau une initiation à ce message si actuel pour les chrétiens et les autres.. 2012 sera aussi l‘anniversaire du Concile Vatican II, 50 ans déjà ! Une année de la foi sera lancée en Eglise et là aussi pour vibrer avec Elle, nous projetons des sessions sur le Credo. „L‘Ecole de la Sagesse“ poursuit donc sa mission et nos soirées ou journées de ressourcement commencent à être connues. Interrogée par des demandes de cheminement personnalisés, Thérèse envisage adapter son outil „Itinéraire de conversion“, pour un cheminement par correspondance, via internet ! Projet à l‘étude! Et bien d‘autres qui verront le jour si Dieu veut. Joyeuses fêtes de Noël à chacun d‘entre vous,

Belle et féconde année 2012

Et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne vous et tous ceux qui vous sont chers.

                                                                Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                           


retour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

    

 

« La lettre des 4 saisons » n° 7

 

 

 

 

                Automne 2011

 

 « Qui nous dira où Tu nous mènes,

Nous ne savons d’où vient le vent ni où il va,

Ni quand le germe du Royaume s’éveillera »

   Chers amis,

Lentement, nous glissons vers cette saison de pleine maturité qu’est l’automne…la fleur est devenue fruit, le fruit a mûri… il lui reste à se transformer en semences…

Mais que fut notre été ?

Cheminer à la suite de Jésus, c’est faire l’expérience de l’inattendu, de l’imprévisible, de l’impossible qui se produit et qui intervient parfois de manière bouleversante ou banale… Une fois de plus, nous avons expérimenté cette réalité que Dieu n’est pas de l’ordre du prévisible; Il n’entre pas dans des plans préétablis, dans des schémas ou des programmes…Plus souvent la manière qu’Il a de nous rejoindre est de nous déconcerter.

« Qui nous dira où Tu nous mènes, nous ne savons d’où vient le vent ni où il va !» Rien de ce que nous avions programmé pour ce trimestre ne s’est réalisé mais tout s’est mis en place de façon harmonieuse et paisible, mené de « mains de Maître » ! Les visites se sont succédées les unes après les autres, parfois s’entrecroisant…mais sans jamais se parasiter. La maison n’a jamais désempli et cet accueil personnalisé nous a permis d’accompagner chacun de nos hôtes plus en profondeur.

Si nous devions résumer les motivations qui animaient nos visiteurs nous l’exprimerions en deux mots : ressourcement et discernement. Il ne nous appartient pas de mesurer des résultats et encore moins de juger des fruits, seuls les échos qui nous sont revenus disent le bienfait de ces rencontres qui font croître et mûrir les uns et les autres et fécondent leurs routes afin de porter, non seulement du fruit mais du fruit en abondance selon le désir de Jésus…                                         

Oui notre été fut un temps de fructification et de maturation d’abord et surtout pour nous-mêmes, tant il est vrai que ce sont les autres qui nous révèlent le plus à la mission qui est la nôtre : permettre à chacun de grandir dans la perfection de son être pour accomplir l’œuvre de Dieu là où il a été semé et faire advenir son Royaume.

« Sous l’enveloppe banale des choses, de tous nos efforts s’engendre graduellement la terre nouvelle » T. de Chardin. Dans la conscience que ce travail d’ensemencement des cœurs à la Réalité du Royaume se fait dans la discrétion et l’humilité, nous ne pouvons cependant occulter cette autre exigence de l’Evangile qui est « d’annoncer la Bonne Nouvelle » ! Ordre de Jésus auquel nous désirons être fidèles. Tous ceux qui se réclament de l’Evangile y sont appelés. Les nombreux documents du Concile, les exhortations des papes nous le rappellent sur tous les tons: « Aucun croyant, aucune Institution de l’Eglise ne peut se soustraire au devoir suprême d’annoncer le Christ à tous les peuples (cf. Lettre Encyclique Redemptoris Missio, 3). Personne ne peut se considérer comme étant dispensé d’offrir sa propre collaboration au déroulement de la Mission du Christ qui continue dans l’Eglise. Au contraire, l’invitation de Jésus est plus actuelle que jamais : "Allez, vous aussi à la vigne " Math 20,7.

C’était la Parole de Dieu d‘un des dimanches de septembre : Parole que Maurice a commentée dans son homélie et que nous résumons par ces lignes : « Allez, vous aussi à la Vigne  fut souvent interprétée comme « c’est la rentrée : Venez, engagez-vous, en paroisses, dans les mouvements ; en quelque sorte : nous embauchons... » Mais la Vigne étant symbole de l’Alliance entre Dieu et son peuple (Is.5, 1 à 7 ; Jérémie 2,21 ; Ez. 15, 4) nous pourrions comprendre: « Venez partager l’Alliance avec Moi ; vous êtes invités à la vigne du Seigneur, entrez dans l’intimité de Dieu pour vivre avec Lui, entrez dans la joie du Maître » (Mt 25,21). Dieu appelle sans cesse, à toute heure, à tout âge: "dès le point du jour… vers neuf heures ... vers midi...vers trois heures ... jusqu’à cinq heures du soir." Il n’est jamais trop tard pour entrer dans le Royaume. Tous ceux qui n’ont pas encore découvert l’Amour de Dieu, demeurent ses invités, en permanence. Quoi qu’ils en pensent et quelle que soit leur situation présente. »

Dès notre arrivée sur cette terre brionnaise, notre principal objectif fut de soumettre notre vie au souffle de l‘Esprit, et cela en nous immergeant dans la prière. Nous nous appliquons à nous enraciner dans le terreau qui est nôtre, en partageant la vie au quotidien, en travaillant de nos mains, en nous ouvrant aux joies et peines de l‘entourage, en manifestant notre intérêt pour le vécu de ceux que nous rencontrons... bref nous désirons offrir le témoignage d‘une vie unifiée, une vie simple, fraternelle et joyeuse.  

Pour mieux nous pénétrer de la Parole de Dieu nous expérimentons depuis plusieurs semaines comment nous préparer à accueillir la vie de l’Esprit dans tout notre être. Ludivine nous guide dans cet exercice de relaxation qui nous dispose à entrer plus consciemment dans la prière : les sens s’unifient et le mental laisse place au cœur. Il nous paraît important de prendre tous les moyens en notre pouvoir pour avancer dans cette voie de l‘unification, refusant ainsi d‘abandonner ce privilège aux sagesses orientales… S‘unifier : n’est-ce pas le premier sens du mot “monos” un, uni. Permettre à l’Esprit de régner en nous, car c’est Lui qui unifie le corps, l‘esprit et le cœur. C’est d’ailleurs dans ce souci que Ludivine a décidé de rencontrer ses patients sur place pour éviter l‘éparpillement et donner une autre profondeur à ses accompagnements.   

“Qu’ils soient UN comme toi Père tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient uns en nous afin que le monde croie” : Appel non pas à "faire" mais à  "être". Il s‘agit d‘être en plénitude „qui nous sommes“ en chaque réalité de la vie, répondant au souhait de notre évêque: „Existez „ ! Beau mot d’ordre.

En étant ainsi tout simplement, ouvertement, nous ne pouvons empêcher de faire naître des interrogations dans le cœur de ceux qui nous voient vivre, des questions irrésistibles : Pourquoi sont-ils ainsi ? Pourquoi vivent-ils de la sorte ? Qu’est-ce - ou qui est-ce - qui les inspire ? Pourquoi sont-ils au milieu de nous?»…/… Les questions que voilà seront peut-être les premières que se poseront beaucoup de non chrétiens, qu’ils soient des gens à qui le Christ n’avait jamais été annoncé, des baptisés non pratiquants, des gens qui vivent en chrétienté mais selon des principes nullement chrétiens, ou des gens qui cherchent, non sans souffrance, quelque chose ou Quelqu’un qu’ils devinent sans pouvoir le nommer. D’autres questions surgiront, plus profondes et plus engageantes, provoquées par ce témoignage qui comporte présence, participation, solidarité, et qui est un élément essentiel, généralement le tout premier, dans l’évangélisation. » Evangelii Nuntiandi.

A cause de ces questions ou grâce à elles, il nous a semblé important de lancer une opération d’informations ouverte à tous. Nous avons choisi de l’organiser dans la salle communale de 2 villages voisins afin d’ouvrir largement et de couper court aux confusions et aux rumeurs qui accompagnent souvent les nouveautés. L’inconnu et l’ignorance, nous le savons, engendrent de nombreuses méprises.

Autre fruit que l’été a mûri. Jusqu’à présent nous nous définissions comme « Communauté Apostolique et Monastique » ce qui entraînait de multiples autres questions… Nous avions bien perçu la difficulté à nous définir tant les mots sont piégés et souvent galvaudés. Pas plus que monastère, le mot couvent ne convenait pas davantage puisque que nous accueillons également des laïcs qui font pourtant le choix de vivre les mêmes exigences de fidélité à la prière, aux valeurs évangéliques… C’est alors que le mot béguinage nous est revenu en mémoire : héritage de nos cinq années en Belgique.

Après avoir longuement prié, il nous a semblé que cette appellation correspondait au plus près à notre vocation commune. Sans rien sacrifier des exigences qu’impliquent vie mystique et vie apostolique, la forme de vie des béguinages, en offrant un cadre souple mais propice aux plus grandes aspirations, respecte et encourage les appels particuliers de chacun et nourrit l’élan commun. (cf. Prospectus ci-joint).

Cet élan, nous pourrions dire ce feu qui nous brûle, ne peut que se communiquer. Dans cette ardeur nous avons lancé un programme proposant des rencontres de ressourcement. Invitations toutes gratuites à venir partager des temps de réflexion. Quant à Maurice, il a été sollicité pour accompagner une « équipe Notre Dame ».

Et pour le reste… nous désirons simplement laisser parler notre vie : « La rose n‘use point de langage, elle se contente d‘émettre son parfum et  même l‘aveugle, sans voir la rose, perçoit sa fragrance... » Gandhi

Tous ensemble, là où nous sommes plantés "Soyons, comme le demande St. Paul, la bonne odeur de Jésus Christ et de sa Bonne Nouvelle.. ».

                                                               Pour la Communauté du Béguinage

                                                                                                Maurice et  Thérèse

                           


retour haut de page           retour Béguinage 


 « Communauté Apostolique et Monastique

 

 

 

 

« La lettre des 4 saisons » n° 6

                        Eté 2011  

 

 

 

 

Tout ce qui commence a une vertu, une force, une nouveauté

Une fraîcheur comme l’aube,

Une jeunesse, une ardeur, une naïveté, une naissance.

Charles Péguy

A nos bienfaiteurs et amis,

Comme le dit le poète, nous sommes habités d’une ardeur, peut-être d’une naïveté, en tout cas d’une force qui accompagne souvent les démarrages... Arrivés en ce lieu fin 2009, il semble bien que nous ne sommes encore qu’au commencement d’une longue aventure. Chaque jour continue à nous étonner, à nous émerveiller et à chaque saison, nous sommes heureux de faire partager ce qui nous réjouit.

Notre dernière lettre annonçait l‘ouverture des portes de notre « ferme- auberge » comme lieu d‘accueil. C’est chose faite. Nous avons tout reçu comme en un germe et il nous revient de tout épanouir. Quoi de plus léger qu’une graine? Quoi de plus infime, de plus secret aussi? Un germe c’est bien peu de choses, une semence encore moins, et pourtant, une force incroyable, une concentration prodigieuse de possibles se tiennent là! Tout est inscrit , tout est dit d’un devenir qui ne demande qu’à parvenir à son terme! Philippe Mac Leod

Maurice qui a intégré sa petite maison le 1° jour de carême, peut chaque soir se reposer de ses oeuvres en contemplant, grâce à sa grande fenêtre en demi-lune percée dans le mur du soleil couchant, des magnifiques couchers de soleil.

Notre carême : un temps d’ascèse : Nous démarrons le chantier-peinture de la ferme: salon, chambres et salles de bain et nous espérons donner à nos lieux un cachet spécifique qui dise ce que nous désirons vivre, ce que nous sommes. Nous avons lu que «Notre habitat reflète nos valeurs premières, que c'est notre miroir. Que nous nous prolongeons à travers notre habitation, que nous habitons tels que nous sommes. «Votre maison est votre corps élargi » dit Khalil Gibran dans le Prohète? Choisir la simplicité, la sobriété : expressions de la pauvreté et de l’obéissance c’est choisir et s’ouvrir aux chemins de libertéExtrait de « Cabanons à vivre » Ch. La Grange - Ed. Terre vivante. C‘est bien dans cet esprit que nous avons poursuivi notre labeur. La pauvreté rend inventeurs, imaginatifs et astucieux. Les résultats sont satisfaisants, nous semble-t-il ! Vous y verrez vous-mêmes lors d‘une halte ou un séjour.

Carême, temps de partage ! Grâce à Colette venue nous prêter mains fortes, nous pûmes relever le défi de voir les travaux achevés pour Pâques. Immédiatement la ferme fut opérationnelle et put accueillir 2 jeunes femmes venues en repos thérapeutique. L’une des missions de la communauté vient ainsi de s’inaugurer.

C’est avec joie que nous sommes rentrés dans la grande Semaine Sainte. Avec les beaux jours, viennet aussi les visiteurs: Gustave et Monique, Bernadette et Dominique, Eugénie et Camille, les parents de Thérèse pour les jours saints. Pâques fut célébré dans la belle église romane d’Anzy le Duc rassemblant les 26 villages qui forment la grande paroisse de St Hugues. Nous avons accueilli à notre table le Père Grobot, curé, puis le Père Auduc -délégué diocésain pour la vie religieuse. Grâce à ce dernier, nous avançons prudemment et tissons des liens avec les prêtres, religieuses et communautés environnantes.

Evénements marquants: le jeudi Saint, la 1ère communion de Ludivine, puis sa confirmation le 5 juin. Cette étape fut un bouleversant cadeau offert par notre évêque, Mgr Rivière en personne. Quelques jours avant, le 25 mai, Thérèse le rencontrait à l’évêché d’Autun. Belle rencontre dans la confiance qui resserre le lien de communion. C‘est au sortir de cette visite que Mgr invita à présenter Ludivine pour la confirmation à la cathédrale de Chalon sur Saône. Celle-ci n’eut qu’à consentir et à poser son « oui ». Sr.Bernadette, son ancienne voisine de palier arriva du Nord pour s’unir à l’action de grâces liée à l‘événement.

Le 31 mai, fête de la visitation, nous rencontrions Sr.Elisabeth notre voisine de Semur en Brionnais où se trouve la maison-mère des Sœurs Apostoliques de St.Jean. Oui nous confirmons : ce fut une visitation !

Et nos journées sont rythmées par les prières ensemble, le travail, les allées et venues: nous avons la chance d’être situés à quelques kms d’une petite ville bien agréable (Marcigny). Tout se passe dans un calme tranquille et pourtant dans le secret de nos coeurs se trament les grandes transformations, les grandes entreprises, tant il est vrai qu‘une vie soumise à l‘Esprit Saint ne laisse aucun repos et nous brasse en permanence ; la vie ici est un véritable laboratoire ! Nous sommes dans l‘expérimentation de l’évangile. Rien n‘est laissé au hasard. Tout prend un nouveau sens dès lors que notre vie se veut véritablement inspirée par cette Bonne Nouvelle. La conversion permanente est exigée de chacun.

Dans ce climat apparaît un autre événement qui apportera une joyeuse fébrilité souterraine : l’anniversaire de Maurice. Nous le fêterons le lundi de Pentecôte. Occasion idéale pour faire mémoire des années de grâces et faire se rencontrer le maximum de personnes. Nous en profiterons pour ouvrir nos portes à tous et permettre à ceux qui, depuis de longues années nous soutiennent de visiter nos lieux de vie.

Cette Pentecôte sera vraiment le temps de l‘Esprit sous le signe de la rencontre. Dès le samedi, des amis du Nord et du Sud arrivent pour goûter par avance la joie des retrouvailles. Avec eux, le lendemain, fête de la Pentecôte, nous la célébrons solennellement dans la belle église romane d’Iguerande puis nous improvisons un repas festif dans notre grange. Lundi 13 juin à 10h.30, la fête est ouverte : rendez vous sur la propriété et visite guidée pour la joie de tous. A 11h30, à l’église de St.Martin, débute l’eucharistie joyeuse et recueillie; Maurice nous entretient sur les âges de la vie « Chaque âge a sa grâce » et nous encourage à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu. (Cf. Document joint).

Et la fête se poursuivit dans la grande salle des fêtes de St Martin du Lac. Ils furent plus de 100 à s’être déplacés pour concrétiser les liens d’amitié dont chacun garde le secret en son coeur.

L’été est là ! Pour nous, il est arrivé depuis 3 mois si l’on en juge à la terre dure comme le béton, à la nature qui crie sa soif...elle nous rappelle la soif de l’homme... « Mon âme a soif du Dieu vivant...comme une terre desséchée, aride et sans eau... ». Qu’elle réveille nos coeurs et les fasse se tourner vers Celui qui est la Source de vie...

Nous espérons contribuer à désaltérer cette soif des mendiants de vie et de sens lors des sessions et retraites programmées pour ces mois d’été... (Cf. Rappel des dates ci dessous ou sur le site –http://ecolesagesse.free.fr - Il est encore temps pour s’inscrire.)

Il nous reste à vous souhaiter à tous, un été rempli de découvertes, de rencontres neuves, de joies partagées et de repos bien mérité pour certains, de surprises et rendez vous avec le soleil…celui qui brille dans les cieux et ce Soleil intérieur qui attend pour nous illuminer. Encore tous nos mercis pour ce que vous êtes sur notre route, avec nous et pour nous. Que notre joie déborde sur vous et vous accompagne.

Pour la communauté : Maurice et Thérèse

 

 

PETIT CHANGEMENT:

Désormais nous vous invitons à libeller vos chèques à l‘ordre de COMAMis

L‘association a changé son appellation réservant COMAM à la gestion interne à la communauté

                           r


etour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et monastique

 

 

 

« La lettre des 4 saisons » n° 5

 

                 

               Printemps 2011

 

 

 

 

« Apprends-nous la vraie mesure de nos jours,

que nos cœurs pénètrent la Sagesse“ Ps.89

 

A nos bienfaiteurs et amis,

 

Il y a un an nous lancions notre 1° lettre de printemps, de lettre en lettre, de saison en saison, de jour en jour, ”nous apprenons aussi la vraie mesure de nos jours“ et nous souvenons que le temps est offert pour croître en Sagesse, selon une image aimée de Sr.Marie Emmanuel......

Effectivement, c‘est un seuil qui s‘est franchi avec la passation de l‘association „à l’Ecole de la Sagesse“ dans celle de la Communauté. Début du mois de mars, à l‘occasion de cet événement, nous eûmes la joie de nous retrouver une bonne vingtaine pour une initiation à la méditation : apprendre à s’arrêter, à se poser, pour rejoindre le coeur de notre coeur, là où s’originent nos actes. Nous anticipions ainsi sur la session qui sera proposée durant le mois d‘août. Cette quête de Sagesse que nous poursuivons depuis de longues années avec un bon nombre d‘entre vous; nous vous invitons à la poursuivre, la renouveler, car nous ne faisons qu‘aller de commencement en commencement, la vie n‘étant que commencement...

Plus que jamais nous vous invitons à demeurer à l‘Ecole de la Sagesse, c‘est une urgence pour chacun d‘entre nous, pour l‘avenir du monde également.

C‘est Elle, la Sagesse qui nous fait signe et nous interpelle, c‘est vers Elle que nous nous sentons attirés durant tous ces derniers mois, et c‘est Elle qui a donné l‘orientation de nos entreprises.

Ce qui soutendra toute notre démarche de l‘été, c’est l’apprentissage de la Sagesse vécue comme une connaissance approfondie du mystère de Dieu dans une expérience de tous les jours. Il ne s’agit plus d’en rester au niveau des constats (personnels ou communautaires), il est temps de s’engager dans un réalisme de conversion des moeurs; il nous semble que la véritable „conversion évangélique“ entraîne nécessairement un changement dans nos relations avec nous-mêmes, nos proches, notre vie concrète, la nature et le monde... Nous ne pouvons plus en rester pieusement au niveau des déclarations faciles; il est urgent de consacrer le meilleur de nos énergies à cette reconstruction de l‘humain brisé ou détérioré. Dans le monde blessé, agressé qui est le nôtre, nous cherchons à vivre la paix offerte par Celui qui vient à notre rencontre comme un ami “Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père je vous l’ai fait connaître”.

Etre disciple c’est faire un choix radical qui engage toute l’existence. Cela paraît difficile, voire impossible ? sauf si l’Esprit de Dieu vient fortifier notre esprit qui est faible. S'ouvrir à l'Esprit, c'est prendre le risque de la nouveauté en acceptant de mourir à l'ancien, à toutes les crispations qui nous attachent au sensible, au palpable, au visible, à la matière que nous appelons passions. L'Esprit rend libre et ouvre sur la vraie vie , la vie de la Vie. Dans l'Esprit, l'homme est appelé à être transfiguré, en voie de déification pour devenir un être de communion, pleinement participant de la vie divine. L'Esprit pénètre l'homme tout entier comme le feu embrase le fer ou comme la lumière illumine l'air. Le fer participe du feu mais n'est pas le feu, l'air participe de la lumière mais n'est pas la lumière, écrit le Père Philippe Dautais (orthodoxe).

C‘est ce bouillonnement qui ressort de nos matinées de ressourcement hebdomadaire qui a inspiré le programme d‘été de „à l‘Ecole de la Sagesse“ et attise notre désir de partager le feu qui nous habite que nous ne pouvons garder pour nous seuls.

Pour semer autour de nous, il est nécessaire de s’imprégner, de se recevoir de la Source même afin que notre „faire“ découle de l’être en profondeur. Pourquoi ne pas saisir l’occasion d’une rencontre avec d’autres... connus ou inconnus, pour se déposer, se reposer...faire le point, se ressourcer, apprendre à remettre ses fardeaux, à se réconcilier avec soi, sa vie, son histoire  ?

Sous peu, l‘hospitalité va ouvrir ses portes et nous pourrons accueillir ceux qui désirent s‘arrêter en chemin, faire escale et reprendre force, souffle et élan pour poursuivre leur route.

La chapelle (provisoire) va nous réunir pour les temps de prière communautaire que nous sommes heureux de partager avec ceux qui passeront à „la Croix aux Boeufs.“

Nous avons appris que notre lieu dit n‘avait pas le sens que nous lui avions donné...La revue du village nous a éclairés: „ Dans les lieux-dits, le carrefour est souvent marqué par la présence d‘une croix. Le boeuf n‘est pas ici l‘animal cher à nos contrées. Il s‘agit de l‘interprétation populaire d‘une ancienne forme désignant le bois „le beû“.“ Actualité pour ce temps de carême qui fait tourner nos regards vers ce Bois de la Croix qui a porté le Salut et la vie du monde...

Carême, printemps, renouveaux, renaissances, nous sommes sur le chemin...

Printemps, accroîssement de vie avec la présence de Ludivine. Avec et parmi nous depuis la mi-décembre; arrivée du Nord, elle a déposé ses valises pour chercher la vie en plénitude et creuser son sillon en profondeur. Elle apporte sa jeunesse, ses exigences mais aussi son expérience de vie, son  service auprès des personnes qu’elle accompagne dans leur quête de sens, leurs fardeaux et leur mal- être.

Elle n’a pas attendu longtemps pour se faire connaître auprès des services sociaux, médicaux etc.. et déjà elle a ouvert son cabinet de psychothérapeute.

Maurice a été sollicité par le Père Grobot, curé de la paroisse, pour animer 2 soirées de carême. En avril il se rendra avec Sr. Thérèse et Sr.M.Emmanuel à la rencontre des religieux-ses du diocèse.

En janvier, M.Emmanuel et Ludivine sont allées à une session d‘initiation à la cithare chez les dominicaines du Puy en Velay. Depuis, elles se stimulent à la musique et au solfège...elles rêvent bien sûr de cithares... alors! si vous aviez quelque écho d‘une cithare au chômage, pensez à elles...

Quant à Pasquale, ces derniers mois ont été éprouvants du côté santé et elle a été obligée de refaire un bilan complet. Nous la confions à vos prières.

Les chantiers? ils sont très avancés, les artisans de tout bord se donnent à fond pour rendre fonctionnelle et belle notre hospitalité. Parmi eux, Loïc et Yohan son fils, frère et neveu de Ludivine, venus des Vosges offrir leur compétence de carreleur (meilleur de France!) et bien sûr découvrir les lieux et personnes avec qui Ludivine partage sa route d‘aujourd‘hui. Maurice lui, est „monté“ dans sa maison le jour des cendres...

Ainsi chacun d‘entre nous trouve peu à peu son espace qui lui permettra de vivre sa mission propre au service de celle de la communauté. Ainsi tout s‘ajuste, se place, s‘ordonne et nous met dans un émerveillement continuel. La confiance, la générosité, l‘amitié d‘un grand nombre garde notre coeur dans la gratitude.

Nous évoquons votre souvenir, le chemin parcouru, celui à poursuivre...ensemble. Nous le remettons entre les mains de Celui qui sait si bien nous conduire lorsque nous nous laissons mener.

Nous confions ceux d‘entre vous qui sont touchés dans leur santé et ceux qui ont perdu un être cher.

Gardons nos yeux fixés sur Jésus et sur son Evangile: ils sont source de vie, d‘espérance et de joie.

A tous, nous souhaitons une belle montée vers la joie de Pâques et la grâce des renouveaux.

 

                                                   Pour la Communauté : Maurice et Thérèse

 

PS/  Suite à la dissolution de l‘Association de la Sagesse, nous souhaitions garder les liens et nous en profitons pour rassembler en une seule liste : celles des parents, amis des quatre coins de l‘horizon et compagnons de la Sagesse. Vous avez reçu ou vous trouverez dans ce courrier une carte „adhérent-sympathisant“. Carte qui concrétisera le lien de reliance avec la communauté.

Nombre d‘entre vous ne l‘ont pas attendue pour nous manifester soutien, aide et amitié.

Nous leur demandons de renvoyer quand même le volet avec leurs coordonnées, ce qui facilitera grandement notre travail de secrétariat. Merci déjà.

                       


 retour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

 

 

 

 

 

 

« La lettre des 4 saisons » n° 4

 

                Hiver 2010

 

 

 

„Tu couronnes une Année de bienfaits

Sur ton passage ruisselle l‘abondance

Ps.64,12

A nos bienfaiteurs et amis,

 

En cette fin d’année, ce verset du psaume résume la prière qui monte spontanément de nos cœurs.
C’est dans cette action de grâce pour nous et pour chacun d’entre vous que nous murmurons ces mots.
Tandis que dehors, la neige tombe et nous met à l’abri dans son écrin blanc, tout porte au recueillement propice pour faire mémoire.
Nous remémorons tous les « passages » de Celui qui fait fleurir les déserts et illumine les nuits les plus sombres, et nous n’en finirions pas d’aligner ces « visitations » et d’en décrire les couleurs.
Pour vous, avec joie nous sortons notre palette et nous allons brosser quelques coups de pinceau ici ou là.
Ces lignes donnent le coup d’envoi de notre lettre :« Il y a pour l’homme deux livres et deux jardins : la création et l’Ecriture. La création est un Livre comme l’Ecriture est un jardin… Et, placé au centre de ces deux jardins, l’homme a la même tâche : une tâche de jardinier… jardinier de la nature et jardinier de l’Ecriture ; puisqu’il y a deux livres pour l’homme, création et Ecriture, il y a tout naturellement pour lui, une activité voulue et bénie par Dieu au cœur de ces deux livres » [i]
Après avoir laborieusement jardiné dans notre propriété, qui nous a bien récompensés, nous avons jardiné le Livre de la Parole et c’est Pasquale qui, le 9 octobre animait notre samedi de ressourcement. Le thème choisi étant « Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent. » Luc 11,28. Ce fut une première et pour elle et pour nous et une fois de plus, nous découvrons la joie de nous laisser enseigner les uns les autres, les uns par les autres. Cela confirme cette conviction qui nous habite depuis longtemps que nous sommes tous porteurs et révélateurs des richesses que l’Esprit distribue à profusion. St Paul 1 Co 12, 4 et…
Puis le 15 octobre, en la fête de Ste Thérèse d’Avila, nous prenions la route vers le Nord de la France pour partager avec nos sœurs carmélites de Boulogne S/Mer, un temps de ressourcement. Le thème de la retraite était « Vous êtes le Temple de Dieu »…Halte spirituelle, riche et fraternelle. La communion des cœurs en a été resserrée, et aujourd’hui, avec nos sœurs, nous traversons l’épreuve qui les a touchées par le brutal accroc de santé de leur prieure.
Durant ce temps d’éloignement géographique, à Champagnole/Jura, une autre sœur -amie et bienfaitrice- de notre communauté vivait sa pâque. A notre retour, nous avons voulu retrouver sa fièle compagne, Sr.M.Odile, pour vivre avec elle un temps de communion.
Pasquale, nouvellement arrivée en Juin 2010, a intégré sa petite « maison de bois » le 24 septembre, elle a demandé la bénédiction de son nouveau lieu de vie le 7 octobre, il porte ce nom : « la Bénédiction »….et traduit ainsi le « passage » de la grâce sur son chemin de vie. La Parole reçue fut la visite de Jésus chez le riche Zachée, chef des publicains. Luc 19.
Comme dans les familles nombreuses, on se pousse pour faire de la place aux derniers nés…L’arrivée de Ludivine, prévue pour le 14 décembre – il faut faire vite, car nous partirons en mission dans le sud de la France le 30 novembre et n’entrerons que le 13…- invite à élargir « l’espace de notre tente » et Thérèse va lui laisser sa chambre et profiter pour intégrer le 29 novembre son ermitage dénommé « Ermitage Anatolè » du fait de sa situation géographique à l’orient…Anatolè voulant dire « là où naît la lumière ».
Entre temps, nous avons eu la joie de célébrer la première eucharistie dans notre chapelle provisoire le 16 novembre. Inutile de vous dire que cette année, le sens de Noël prendra une nouvelle densité lorsque nous célèbrerons dans cette grange -ancienne étable et four à pain encore visible dans le mur- « Noël dans une étable…fourrage pour les animaux et nourriture pour les hommes… »
Plusieurs visites nous ont encore réjouis : celle de Louis et Madeleine -la sœur de Janine- de Martine et Jean et les parents de Thérèse mi novembre puis de nos amis barjolais Monique, Raoul et Annie et Loulou qui sont venus prêter mains fortes aux ouvriers travaillant sur nos chantiers…
Le 26 novembre, le Père Auduc, délégué diocésain de la vie religieuse pour le diocèse d’Autun, est venu nous rencontrer; ayant été vicaire général du diocèse durant plus de 20 ans, il connaît bien le terroir ; ses conseils nous seront très précieux pour réussir notre insertion pastorale dans cette terre au cœur du roman brionnais.
Le 30 novembre, devançant de quelques heures la neige apparue dans la région lyonnaise, nous gagnions la maison Saint Esprit de la Croix Valmer (83) pour l’animation chez nos frères spiritains de la retraite du 1er au 8 décembre, ayant pour thème l’Apocalypse : se mettre à l’écoute de l’Esprit Saint, à la suite de Marie, écouter « cette symphonie concertante » qui dévoile son grand secret à mots couverts, des mots qui intriguent et nous tirent de l’assoupissement “.
Livre écrit pour tous les temps, illuminant chaque croyant au milieu d’un monde aux prises avec la persécution ; Parole de Dieu pour nous, les disciples du Christ en ce siècle de mondialisation, de nanotechnologies, de pertes de repères. Ce temps fut un renouvellement de notre manière de prier par les rencontres du matin dans la lectio divina, les temps de silence, de respiration, la liturgie des heures et de l’Eucharistie célébrée avec grande beauté.
Joie de partager, prier et rencontrer des frères venant de tant d’horizons divers et chargés d’un vécu et d’expériences tellement denses. Ce fut u nréel temps fort où de nouveaux liens se sont tissés. Le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception de Marie, fut célébré d’autant plus solennellement que c’était la fête de la maison…

Le soir, nous reprenions la route vers la Londe en vue de l’assemblée générale de l’Association  « à l’Ecole de la Sagesse ». Créée en 1996 pour assurer la logistique et libérer les fondateurs de l’Ecole pour leur mission d’enseignement spécialement dans la formation de ses membres et soutenir leurs initiatives d’évangélisation, elle s’est transformée en une grande fraternité et ce, surtout du fait de leur départ de Barjols. Ce courant d’amitié s’est maintenu et fut entretenu par des rencontres variées toujours en lien avec les fondateurs et leur mission d’évangélisation. Le moment est venu d’harmoniser les structures existantes avec la vie réelle. En cela nous sommes dans l’esprit souhaité de la communauté : « les structures au service de la vie ».

Or la structure de l’association ne nous paraît plus indispensable pour garder ses liens et les nourrir ainsi que pour innover d’autres chemins. Ceux-ci peuvent se dessiner de par notre enracinement définitif sur cette terre où la communauté est désormais « chez elle » et totalement libérée pour assumer la mission qui est sienne.

Nous croyons que l’Esprit Saint qui ne cesse de « faire toute chose nouvelle » (Ap.21) saura nous inspirer des formes et des couleurs autres à donner à notre communion. En fait il s’agit plutôt d’une « mue »…Prochainement, début mars 2011, [ii] nous nous retrouverons pour poser cet acte et nous proposerons une nouvelle forme de « reliance » avec les membres de la Communauté . Cette centralisation des fichiers et adresses des membres amis de la communauté- de l’association ou en dehors d’elle, tels nos amis de Belgique et autres coins de France- facilitera pensons-nous, ce service de communion.«Ceux que le Père nous a confiés qui pourrait les arracher de notre cœur… ». Amis et compagnons de la Sagesse, notre chemin ensemble n’est pas terminé…

Des jours nouveaux sont « tenus en réserve » dans les projets de Dieu et il nous revient de les accueillir et d’y entrer…La fête de Noël nous y invite.

Que Celui qui est venu apporter un feu sur la terre vienne réchauffer la vieillesse du monde et le transfigure

Avec nous, rendez grâces au Seigneur pour tous ses passages et que, sous vos pas, en cette année 2011, « ruisselle l’abondance ».

 

                                              Pour la Communauté : Maurice et Thérèse

 


[i] Tirées du livre  « Quand la Parole prend feu » de François Cassingéna- Trévedy –Abbaye Bellefontaine N°36

[ii] Prochain rendez-vous le 6 mars, Assemblée générale extraordinaire.

 Mais la veille, samedi 5 Mars 2011 : toute la journée, à La Londe les Maures-(83) - maison de la Comtesse-, (9h15-17h) Maurice propose une journée de ressourcement sur le thème de la « Méditation chrétienne : se rendre disponible à la présence de Dieu, apprendre à prier ». Invitez largement vos amis (es).

                         


  retour haut de page           retour Béguinage 

 


Communauté Apostolique et Monastique

 

 

« La lettre des 4 saisons » n°3

 

 

         Automne 2010

 

 

A nos bienfaiteurs et amis,

 

Depuis la nuit des temps, l’être humain a appris à organiser son activité en fonction de l’alternance des saisons et de la disponibilité des ressources alimentaires. Dans un chapitre du Nei Jing su Wen -un très ancien traité médical chinois- sur « l’accommodation des esprits aux quatre souffles saisonniers », il est précisé que le printemps doit être consacré à « soigner la naissance », l’été à « cultiver la croissance », l’automne « à s’occuper de la récolte » et l’hiver « à vivre reclus »…
Il semble bien que la terre où nous sommes « plantés » depuis 9 mois et en laquelle nous nous enracinons, nous entraîne dans son rythme…Nous l’adoptons et nous nous y adaptons, assurés qu’il est facteur d’équilibre et désir du Créateur pour les enfants de la terre.
En nous asseyant à notre table et en « faisant mémoire » afin de récolter les souvenirs des évènements de ces mois écoulés pour vous les faire partager, la sensation que nous éprouvons est d’avoir épousé ces rythmes imposés par « notre sœur maternelle la Terre » St.François.
Notre été aura été ce temps pour « cultiver la croissance »…
Non seulement sur le plan du jardin qui nous offre une récolte généreuse et une surabondance de fruits et de légumes… mais aussi, sur le plan de nos rencontres.
Nous n’imaginions pas être témoins de ces croissances lorsque nous avons annoncé ces temps de retraite et de chantiers en juillet…Or, ces moments ont correspondu magnifiquement à la saison…Tandis que nous nous apprêtions à partir de Gentinnes, un groupe belge s’était formé et mis en chemin pour découvrir et approfondir l’esprit de la communauté, pendant que d’autres, en France, cheminaient à distance.
Cette semaine de retraite fut concrètement un temps pour « nourrir ce qui avait germé» secrètement et mystérieusement dans les cœurs…
Nous fûmes 20 -du grand Nord et du Sud, de l’Est et du Centre- à nous retrouver dans un climat qui sut allier fraternité, convivialité, simplicité et profondeur…Ce, grâce à la qualité d’être et d’ouverture de cœurs des participants. Nous avons pu avancer « en eau profonde». De nouveaux frères et sœurs se sont manifesté et nous les recevons avec action de grâces, les liens d’amitié se sont resserrés et affinés pour notre joie à tous.
Cette démarche spirituelle fut renforcée par le témoignage offert par des habitants des villages environnants -s’intégrant dans notre palette d’amis- qui spontanément, ont proposé d’héberger certains d’entre nous... Joie d’être témoins de l’Evangile qui s’incarne…Tout ce vécu s’est résumé symboliquement avec la plantation d’un mûrier qui s’élève droit vers le ciel et continue, nous en sommes sûrs, à enfoncer ses racines dans cette terre qui se veut « jardin de Dieu »… « le Royaume est semblable à une semence qui devient un grand arbre sur lequel viennent s’abriter de nombreux oiseaux ». Luc 13,19. Concrètement Maurice arrose notre arbre et « cultive sa croissance ».
« Cultiver la croissance » ? Oui, avec Pasquale, arrivée fin juin, qui se vit heureuse parmi nous et réjouit la communauté par sa riche personnalité. Depuis sa naissance, la communauté a toujours voulu offrir une terre favorable à la découverte ou redécouverte de la vocation de chacun. Comme notre charte l’indique, « la Communauté se veut lieu et terre d’expérimentation, selon la parole de St. François: on ne sait bien que ce qu’on expérimente ». C’est ce qui va s’inaugurer en décembre avec l’arrivée de Ludivine et d’Isabelle. Tandis que Sr.Huguette, se met en ouverture pour vivre l’étape d’apprivoisement. Elle passera un plus long temps fin septembre. Certains dans cet espace communautaire, découvriront leur "voie" et la "voix" du Berger, Celui qui assure que, dans son enclos il n'y a ni serrure, ni verrou. Jésus est la Porte et par Elle, "ils entreront et sortiront" Jean 10. Ainsi, Edda et Tony ont décidé, pour des raisons qui leur sont personnelles, de se retirer de la communauté.
Ces entrées et ces sorties nous font mesurer les enjeux de la liberté et les risques que prennent ceux qui ne se contentent plus de vivre uniquement de ce qui est offert par la société. La dimension spirituelle fait partie intégrante du développement humain et consentir à y consacrer du temps est loin d’être «perdu » mais « fécondant » mais chacun doit trouver sa terre de fécondation et d'inspiration.
Dans la foulée de ce temps pour notre croissance, ont suivi par vagues, les étapes « chantiers ». Ce serait trop long de nommer chacun, mais ils vinrent de Belgique et des environs…chacun offrant la joie d’une présence et d’une aide précieuse, contribuant les uns à récolter, à rénover ou rafraîchir, d’autres à construire ou édifier...
Temps de convivialité où nous goûtons la joie du partage et de l’amitié qui ne se paie pas de mots.
Depuis ces « temps forts », les visiteurs n’ont pas manqué, la période estivale y contribue. Trois spiritains dont 2 originaires de la région, sont venus rencontrer Maurice ainsi qu’un autre qui rayonnait dans la région.
Avec l’été, nous sommes allés chanter les vêpres dans l’Eglise romane (en restauration) de St.Martin la Vallée à 3mn de la maison. Tous les soirs nous avions la joie de voir se joindre à nous les uns et les autres des alentours avec lesquels se tissent des liens. Parmi ceux qui viennent nous rencontrer la curiosité est souvent présente…mais elle dit aussi l’amitié. De près ou de loin, chacun cherche comment contribuer à l’édification de notre « Monastère à ciel ouvert»…
Vous avez été nombreux à concrétiser votre affection, souvent en nous offrant toutes sortes de cadeaux et chaque geste nous touche profondément. Certains craignaient pour « notre bien être », aujourd’hui ils sont rassurés : nos besoins quotidiens sont maintenant comblés. Mais si nous ne sommes plus dans la nécessité, notre souhait est de partager. Parfois nous devons presque supplier pour pouvoir garder une sobriété de vie, tant on veut nous gâter !
Alors si vous désirez nous aider utilement -certains le font déjà de façon régulière- la meilleure façon est de participer au financement des travaux de restauration des espaces d’hospitalité qui permettraient de vous accueillir dignement; si nous faisons le maximum par nous-mêmes, certains travaux exigent des compétences…
Nous avançons au pas à pas, dans l’action de grâces et la confiance. Et le merci que nous voulons exprimer -mot hélas trop léger pour traduire nos sentiments- nous fait nous tourner vers le Seul qui sache récompenser à la mesure de vos coeurs…C’est ce que nous faisons spécialement à chaque eucharistie. Nous y confions vos intentions, vos joies et vos peines. En parlant de peine, Sr.Marie Emmanuel a regagné le Nord pour accompagner son père en sa dernière demeure, celui-ci est décédé le 10 août. Elle remercie tous ceux qui lui ont manifesté de quelque manière sympathie et amitié. Nous associons à nos prières celles et ceux des vôtres qui ont également vécu une pâque…celles et ceux qui traversent des passages difficiles et éprouvants en leur cœur et leur corps…Peines et joies s’entremêlent…ainsi va la vie, et Maurice s’est déplacé jusqu’en Sud-Ouest pour partager la joie d’amis de longues dates et célébrer l’alliance de Claire et Arnaud.
Maintenant nous nous apprêtons à prendre la route en vue de missions ponctuelles : octobre nous conduira chez nos sœurs carmélites de Boulogne/Mer pour leur retraite annuelle. Au retour, les 23 et 24 octobre nous accueillerons une petite délégation de nos associés du sud qui désirent découvrir notre lieu…
Avec la rentrée notre « programme » va se renouveler.
Déjà des souhaits se présentent et des projets s’élaborent pour 2011.
Nous poursuivons nos « temps de ressourcement communautaire » que nous déplaçons « ad experimentum » les samedis matins…Les dates prochaines sont le 9 octobre, le 20 novembre et le 18 décembre.
Depuis le début du mois, Maurice est envoyé par le P.Grobot, curé de Marcigny, pour célébrer l’eucharistie des dimanches dans l’un ou l’autre village.
Nous sentons urgent de rendre visible la « communauté en prière » et de pouvoir inviter à venir partager notre louange, aussi allons- nous aménager une chapelle provisoire dans une de nos granges.
Les chantiers restent multiples et divers…et nous nous relions à tous les priants du monde unissant « Ora et labora ». Oui notre labeur essentiel est de mener à bonne fin l’œuvre de Celui qui nous a envoyés…/…le moissonneur récolte du fruit pour la vie éternelle, en sorte que le semeur se réjouit avec la moissonneur …autre est celui qui sème autre celui qui moissonne… Jean 4, 34,36-37. Et nous savons que « c’est Dieu qui donne la croissance » 1 Cor.3, 6 Qu’il veille sur la vôtre et vous bénisse.
 

La Communauté : Maurice et Thérèse
 


                           retour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

 

 

 

« La lettre des 4 saisons » n° 2         

 

                E 2010

 

 

 

 

 

A nos bienfaiteurs et amis,

 

« Quelle profusion dans tes œuvres Seigneur, tout cela Ta Sagesse l’a fait » Ps 103. Tel est le chant qui monte de nos cœurs du lever au coucher du soleil…et c’est cette action de grâces que nous désirons vous partager en cette saison d’été qui vient nous assurer les mûrissements…Depuis l’envoi de notre lettre de printemps, nous avons assisté à une véritable explosion de la nature ; c’est une cinquantaine d’arbres fruitiers qui se sont donné le mot pour harmoniser leur couleur … Déjà nous goûtons aux fraises, aux nèfles, aux cerises et aux groseilles en attendant la suite. Les salades de la serre sont sur la table depuis des semaines…  « la terre est remplie de Tes bienfaits Seigneur» Ps 103.

Avec Pâques et toutes ses renaissances, nous nous sommes gavés de jardinage, nous en avions tellement été privés ! Ainsi les jardins prennent forme. Chaque espace trouve peu à peu sa signification, sa vocation. Nous nous mettons à l’écoute de la vie car c’est elle qui pousse en avant et nous fait envisager une structure qui la favorisera. Cette démarche exige pauvreté de cœur…celle qui sait renoncer aux vues et idées personnelles pour s’adapter au réel et l’accueillir non comme un obstacle mais comme un tremplin.

La propriété, riche en potentiel, nécessite cependant de grosses restaurations (installation de fosse septique, de sanitaires…). Après avoir fait faire plusieurs devis, nous avons dû remettre à plus tard ce projet faute de fonds. L’espace « hospitalité » que nous avons décapé, demeure sommaire, cependant certains l’ont déjà utilisé. Une petite grange, qui aurait convenu comme « point d’accueil », devrait dans le temps devenir la « maison du Père » c-à-d. de Maurice…mais pour ça aussi nous sommes freinés.

Et, puisque nous n’avons pas encore de lieu pour le Seigneur (nous avions bien pensé à une yourte qui nous aurait gardés dans le climat biblique « qui séjournera sous Ta tente Seigneur» Ps 14, mais après information, le coût est aussi trop élevé) nous pensons donc -jusqu’à nouveau signe - aménager « provisoirement » cette grange en chapelle.

Quant à Edda et Tony à qui est refusée la construction sur un terrain jouxtant la propriété, ils envisagent, en accord avec la communauté, de restaurer une des granges, avec clause que celle-ci soit, en finale, propriété de la communauté. Fin juin, Pasquale qui désire s’adjoindre à la communauté, va commencer son temps de probation. Prenant acte de son désir et de son état de vie, sa venue nous permet la réalisation d’un point de notre charte qui est le respect de l’espace privé des personnes selon leur vocation propre. Son chalet, en proximité de la maison commune, lui permettra d’aller au rythme que son handicap lui impose sans la priver des moments essentiels de vie commune. Par là nous renouons avec la tradition des « laures du désert » et des « béguinages ». Profitant de la baisse du prix d’achat si nous construisions un 2ème chalet, nous en avons commandé un pour Thérèse dont nous connaissons l’appel à la vie érémitique. Au pas à pas, nos pensées vont et viennent, cherchant des solutions intermédiaires qui laissent circuler la vie ; nous ajustons nos rêves à la réalité financière, changeant les projets immédiats mais non les choix fondamentaux.

Visites : Nous avons bénéficié de la visite renouvelée de Marie-Thérèse et Alain qui apportent une fois de plus leurs lumières expertes d’architectes. Raoul, qui s’y connaît lui aussi en construction, a également contribué à éclairer notre lanterne. Il est venu en « reconnaissance » accompagné de Monique, de Josette et Michel. Il accepte de revenir cet été pour être chef de chantier ; quant à Nicole et Jeannot, ils sont aussi repassés par la Croix au Bœuf et ont pu se réjouir de voir en bonne place leur caravane,  gracieusement amenée par Michel (garagiste de Barjols) que nous avons été heureux de retrouver après toutes ces années écoulées depuis notre départ de Barjols…Puisque nous évoquons nos visiteurs, La Londe est venue jusqu’à nous avec Monique et Gustave ; Dominique, notre président d’association « à l’école de la Sagesse » et sa famille. Puis de Belgique : Térésa et Jean Pol venus juste à temps pour retourner notre potager et leur terre intérieure. Michèle fait une halte, ainsi que Marguerite et Francis, Isabelle arrive pour l’Ascension ; les parents de Thérèse voulant « voir avant de mourir » (disent-ils) passent quelques jours sous notre toit…Entre nord et sud, nous avons noté les retrouvailles avec Henri qui, après avoir été instructeur à l’école d’aviation de St.Yan, retrouve l’attrait pour d’autres envols; Annick de Souzenelle vient découvrir notre lieu et c’est Sr.Marie-Anne et 8 consœurs jubilaires d’Alsace qui clôturent la liste de nos visiteurs.

Formation : mi-mars, nous descendions à la Londe pour animer une session sur « la Passion », puis début mai nous remontions en Belgique pour la traditionnelle « journée de ressourcement ».

Nous venons d’inaugurer ici la première. C’est Maïthé qui nous a partagé l’enseignement d’Amba Thomas sur le Souffle et le Feu et a permis un retour aux sources du monachisme d’Egypte…Cet été nous animerons une retraite pour ceux qui cheminent avec la communauté et ceux qui désirent la découvrir de l’intérieur. Puis ce sera un chantier du 27 juillet au 6 août. En octobre les carmélites de Boulogne/Mer nous ont demandé d’animer leur retraite annuelle et les spiritains de la Croix Valmer en décembre.

Sollicités ! Maurice l’est par le papa de Thérèse qui cherchait un prêtre pour la journée pèlerinage de son groupe M.C.R au sanctuaire de Myans. C’est aussi le P.Grobot, curé de Marcigny, qui propose à Maurice de célébrer chaque dimanche à partir de septembre, dans un des villages alentours. Ces célébrations sont des occasions idéales pour créer des liens avec les gens de la région. Ainsi les offices des rameaux, de jeudi saint et Pâques ont permis de nouvelles connaissances. Peu à peu des liens de sympathies se tissent.

Action de grâces : Réjouie par ces rencontres, Sr. M Emmanuel qui fêtait ses 50 ans, a invité voisins et nouveaux amis à s’unir à sa joie en leur donnant rendez vous pour un temps de prière puis un apéritif.

Nous sommes gâtés par les uns et les autres qui rivalisent de gentillesse ; nos voisins proposent leur aide, leurs outils ; des services sont rendus; les dons en nature arrivent : vaisselle, linge de maison, offrandes de toutes sortes et tout cela contribue à faire de nous des « heureux ». Ainsi, vous-mêmes qui nous soutenez sous de multiples formes, nous maintenez dans une constante gratitude. La Providence a pour nous de nombreux visages.

·  Merci pour votre active contribution à la création de ce nouveau monastère et à sa vie quotidienne…

·  Merci à celui qui a permis la pose des 6 fenêtres du 2° étage de notre maison si éventée cet hiver.

·  Merci à ceux qui ont envoyé un chèque et à ceux qui ont adhéré au virement permanent.[1]

·  Merci à ceux qui ont contribué à nous trouver « l’engin » capable de tondre notre hectare de prés.

·  Merci à celui qui a pensé offrir l’abonnement au journal « la Croix ».

·  Merci à ceux qui ont déjà offert, non pas de leur superflu, mais parfois de leur nécessaire. Grâce à vous, nous partageons l’émerveillement de Jésus face au don de la veuve offrant tout ce qu’elle avait pour vivre. Nous mettons chacun d’entre vous sous le regard de Dieu qui sait Lui comment Il pourra vous attribuer une récompense. Nous nous efforçons et c’est source de joie, de vivre sobrement, de restreindre nos besoins, afin de permettre l’éclosion de l’Essentiel. Le Seigneur sait nos vrais besoins, nos désirs de communiquer Sa vie, Il saura inspirer les gestes de partage. Vous êtes dans notre prière et nous vous confions journellement à Sa Bonté.

Avec les rencontres, viennent les questions : « vous êtes là pour quoi faire ? » nous savons l’importance des questions et l’intérêt des réponses. Nous lisions dernièrement ces lignes dans le livre « Pour libérer l’Evangile » de P.Thibon. Dans sa lettre pastorale J. De Kesel s'interroge: comment donner corps au désir du Dieu de Jésus-Christ qui veut être auprès des hommes? La perspective est claire: ce qui importe, c’est qu’il y ait des communautés de foi, telles que les chrétiens puissent y entendre la parole de l'Evangile, la célébrer et la vivre. Pas seulement pour nous chrétiens. Car Dieu ne s’intéresse pas qu’à nous. Après avoir décrit le projet de regroupement des paroisses en unités pastorales, il écrit «lorsque nous recherchons une présence plus authentique et plus missionnaire de l’Eglise dans notre ville, les paroisses et les unités pastorales ne sont pas seules. Il y a aussi beaucoup de petites communautés informelles où la transmission de la foi peut se faire plus facilement, de personne à personne, à taille humaine. Beaucoup ressentent aujourd'hui le besoin de redécouvrir le coeur de l’Évangile. Ils cherchent des lieux de renouveau et d'approfondissement. C'est aussi bien sûr ce que nous visons dans une communauté paroissiale. Et pourtant nous avons aussi besoin de plus petites communautés, de lieux discrets, de maison de foi et de prière. Des lieux où l’on peut sans cesse redécouvrir la richesse de la Parole de Dieu, où l’on prie ensemble et où l'on partage. C'est peut-être là que dans le silence, on travaille le plus à l'avenir de l’Église.» Si une figure d'Église disparaît, rien n'est perdu, tant que l'Évangile continue de se montrer vivant.  p. 119 

Tel est notre désir : celui de répondre à cet appel d‘être “dans le monde sans être du monde“, de fleurir là où nous

sommes plantés, dans la fidélité créatrice aux appels de l‘Esprit et l‘accueil des hommes et femmes en quête d‘une vie en abondance, celle que l‘évangile nous invite à chercher, qu‘il propose et offre.

Fragiles nous le sommes mais brûlants de Sa flamme nous construirons grâce à vous, le Royaume de Dieu.

 

Il nous reste à vous souhaiter un bel été. Pour certains d‘entre vous il permettra les retrouvailles...

Puis, après ces temps d‘intenses activités, après les chantiers d‘août, les portes de la maison se fermeront pour nous permettre de prendre un temps de repos bienvenu avant de passer dans une autre saison...

 

 

La communauté : Père Maurice et Thérèse,


                           retour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

 

 

« La lettre des 4 saisons » n°1

 

 

 

 

 

 

               Printemps 2010

 

 

A nos bienfaiteurs et amis,

Vous avez reçu notre lettre circulaire de Noël- nouvel an…vous avez pu découvrir les horizons qui s’offrent à nous en cette nouvelle étape de notre parcours.

A ce point où nous en sommes de fondation, de création, d’incarnation de cet appel déposé en nos coeurs depuis près de 20 ans, étant désormais posés et nous le pensons définitivement car cette fois, nous sommes chez nous. La Providence, appelons- la comme cela, nous a permis, (grâce à des dons faits il y a longtemps et mis de côté en attendant l’heure de servir à l’édification de ce que le Seigneur veut pour nous et par nous) de trouver et d’acquérir une propriété qui corresponde et réponde en tous points à la forme de vie à laquelle nous aspirons depuis longtemps : à notre taille et à notre mesure…à notre sensibilité et à nos rêves mais aussi à la réalité…c'est-à-dire aux contraintes incontournables d’une vie en société….

Vous êtes nombreux à nous manifester intérêt et confiance, à nous avoir soutenus dans les moments difficiles, de toutes sortes de façons vous nous avez manifesté votre amitié et apporté votre aide… Conscients que l’aventure que nous poursuivons vous concerne, nous pensons que cela vaut la peine de vous partager régulièrement (plus d’une fois par an) quelques flashs de ce parcours qui vous permettra de nous accompagner au pas à pas.

Notre « lieu dit »: Aujourd’hui, nous sommes heureux de mettre en entête de notre lettre ce sigle chinois qui porte en lui tout le sens de notre lieu d’implantation : « la Croix au Bœuf ». Il nous vient directement de Taïwan où dernièrement Edda et Tony sont allés dans leur famille… S’émerveillant devant la façade d’un calligraphe, ils sont entrés et ont demandé comment traduire le « Bœuf »…Effectivement, dès l’arrivée sur le terrain, nous nous mîmes en quête de la signification cachée de ce lieu-dit qui, sur le moment, ne semblait pas très poétique…Déjà, nous savions qu’en hébreu le bœuf signifie la connaissance et la force d’incarnation… Comment faire le lien entre le bœuf et la croix ? et, c’est par un seul idéogramme que la réponse nous a été offerte…celui-ci résume et traduit avec force notre programme de vie. Nous avons joie à le mettre pour la première fois en haut de notre lettre. Voici une des nombreuses bénédictions qui accompagnent notre route depuis notre arrivée sur le terrain.

Nous redécouvrons que les sauts dans la confiance quand tout nous est retiré et qu’on n’a plus rien, ne déçoivent pas, que notre détermination à opter pour des moyens modestes, une vie simple, que l’acceptation de l’insécurité ouvrent le ciel.

Les débuts : Nous voici depuis près de 3 mois sur cette terre brionnaise. Une région qui nous charme par la beauté et l’harmonie de ses paysages, par sa richesse culturelle et ses énergies spirituelles.

Vous avez remarqué que nous n’avons plus Internet à demeure, que nous n’avons pas encore de téléphone fixe…c’est un choix d’économie pour aujourd’hui et cela redonne valeur à des modes de rencontres que nous abandonnions au profit de l’immédiateté qui, inconsciemment, nous asservissait. Nous sommes loin de mépriser ces moyens de communication et notre site vit toujours…mais nous avons trouvé comment les utiliser « autrement », plus sobrement.

Pour l’arrivée de notre déménagement, nous avons bénéficié de l’aide de nos voisins que nous avons invités pour un apéritif au début d’année. Les liens se tissent progressivement dans le hameau et l’entraide crée la relation. L’approche fait tomber des peurs…telle celle de voir arriver une communauté de 200 religieuses ou religieux ! de ce côté, ils peuvent être rassurés. Quant à Maurice qui a rencontré notre évêque le 26 décembre, il a reçu bon accueil et encouragements à exister et vivre selon notre appel. La seule exigence posée est de nous voir participer aux eucharisties dominicales dans les paroisses environnantes afin de manifester notre lien de communion en Eglise. Notre réponse à ce souhait nous permet de faire connaissance avec les villages environnants et facilite notre insertion. Le curé responsable a demandé à Maurice de célébrer dans la belle église romane d’Iguerande, le 2 février, le mercredi des Cendres et le jeudi saint et le dimanche de Pâques

Nos visiteurs : Déjà nous avons eu grande joie d’avoir quelques visites : des amis accompagnant Edda et Tony : Elsa, Maïté  et Sylvie qui habitent la région, Antonio prêtre - ermite d’Italie et, les premières médailles sont décernées aux barjolais qui ont bravé neige et tempête ainsi que les km pour nous offrir le cadeau de leur visite…Ainsi Marie Thérèse et Alain nous arrivaient fin janvier. Visite presque professionnelle et joie de voir notre couple d’architectes à l’œuvre ! Puis, fin février, par une journée de lumière printanière, ce furent Nicole et Jeannot qui nous surprirent…Ils nous font le beau cadeau d’une grande caravane qui attend juste de trouver un chauffeur pour la tracter de Barjols à St. Martin…cela fera un logement d’appoint bienvenu. Car pour le moment, en dehors du lieu d’habitation principale, qui ne peut même pas héberger les amis de passage (à moins qu’ils n’occupent notre salon…) nous n’avons encore aucun espace susceptible de pouvoir ouvrir nos portes, mais, disposant du nécessaire pour nous, nous avons confiance pour les aménagements et restaurations à venir. L’urgent immédiat sera l’aménagement d’un espace pour accueillir Pasquale qui attend de nous rejoindre dès que ce sera possible. Nous croyons que les structures suivent la vie…c’est aussi un pari !

Notre propriété, composée de 2 espaces de vie, séparés par un grand verger et une prairie nous permet d’envisager le lieu pour l’hospitalité - car nous espérons bien avoir la joie de vous y accueillir- nous serons loin des 90 chambres de Gentinnes- et nous pourrons désormais donner à l’accueil de nos hôtes toute sa qualité.

A quelques minutes de marche de la maison, nous avons découvert l’existence d’une chapelle romane St. Martin la Vallée en restauration. Nous comptons obtenir la permission de pouvoir y célébrer certains  de nos offices dès l’été…

Premiers pas : L’hiver nous a permis d’hiberner, surtout de renouveler nos forces et comme les semences dans notre grande serre, laisser secrètement se former nos racines et germer les projets dont vous aurez les échos prochainement mais aussi sur notre site.

Toutefois nous avons maintenu nos lundis de ressourcement en Belgique [1] et très prochainement c’est vers le sud (La Londe  les Maures) que nos pas nous mèneront pour méditer ce grand mystère de la Passion d’Amour.

Avec l’arrivée du printemps, la sève va grimper dans toutes les fibres de notre existence et en ce carême, nous ouvrons nos cœurs à la grâce qui nous invite à mourir à ce qui doit mourir pour accueillir la vie…

 

Méditation : En cette mi-carême et de cette terre bénie où tout nous renvoie au « jardin du paradis », qui, à en croire le président de l’institut européen d’écologie : Jean Marie Pelt, sera notre demeure, [2] nous vous partageons notre désir de réconciliation entre la terre et le ciel, les hommes et la nature, l’homme et la communauté humaine, la nature, l’homme et son Dieu. Ce désir est tellement inscrit en nous qu’il est inséré dans notre charte.

Nous croyons que le vrai chemin de plénitude pour l’homme est cet accueil plus conscient et libre des hommes au grand projet de Dieu venu dans le Christ se faire chair pour nous ouvrir à la très sainte chair de la terre transformée en eucharistie comme le dit le patriarche orthodoxe Ignace IV dans sa théologie de la création : «L’homme a voulu et veut encore se diviniser par ses propres forces, construire Babel et non accueillir la Jérusalem nouvelle ; Il a voulu et veut encore faire du monde une proie, être son tyran et non son roi- prêtre ; aujourd’hui le miroir se brise, la mer maternelle est souillée, le ciel se déchire, les forêts sont détruites et le désert grandit : il faut sauvegarder la création, l’embellir, la spiritualiser, la transfigurer. » Oui, le moment semble venu d’un engagement proprement chrétien car seule la force de l’Esprit uni au cœur pourra faire face au défi de la technique.

C’est un beau programme pour chacun d’entre nous, et spécialement en ce carême qui nous oriente vers cette recréation opérée en Jésus et par Jésus…

 Belle route vers Celui qui ne cesse de créer, de recréer et « de faire toutes choses nouvelles » Ap. 21, 5 par la puissance de sa Résurrection et notre coopération.

 

Pour la communauté :

Père Maurice, sœur Thérèse

 

1 Thèmes: „Vous êtes le Temple de Dieu“ avec Maurice et le „ Ruth qui déroute“ avec Edda (en mai „habités par l‘Esprit“ avec Maurice)

2 «Au fond de mon jardin » Fayard 1992


                           retour haut de page           retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

 

 

 

 

              Noël 2009

 

 

 

 

 

 

Pèlerins de l’Essentiel,

tu dois quitter ton bien-être

pour trouver plus loin que toi

le sens de ton existence : au-delà

         paroles :G.Lecleir  musique : Théo Mertens

    Bien chers tous,

De retour de Peyruis où eut lieu l’A.G de l’Ass. « A l’Ecole de la Sagesse » dans le climat chaleureux bien connu de tous, nous vous rejoignons pour faire mémoire de ce que fut notre année 2009 que nous pourrions mettre sous le signe de la « route » (nous en avons avalé des kms !) et de la « déroute »…Après bien des péripéties, nous voici posés au cœur de la France dans le Brionnais…C’est de ce lieu que nous écrivons cette lettre à vous tous, amis et proches qui avez accompagné, de près ou de loin, notre route de nomades, de pèlerins et de quêteurs. Vous nous avez suivis avec plus ou moins de longueurs d’avance ou de retard…selon que le Vent poussait notre voile ici ou là…Certains ont eu la surprise de nous voir surgissants, imprévisiblement, devant leur porte ; tandis que d’autres nous cherchaient : « Pourquoi me cherchez-vous » disait aussi Jésus aux siens ? Et, chacun à sa manière, a pu vivre ainsi une page d’évangile : la plongée au cœur de celui-ci  reste et demeure la seule issue « heureuse et fécondante ». Ce nouveau Noël vient nous conforter dans cette détermination à rester des pèlerins comme chantent Sr. M.Emmanuel et Théo notre ami et compositeur.

Pèlerins nous le serons encore et notre itinéraire nous fera remonter vers le Nord pour célébrer ce 3 janvier à Notre Dame d’Espérance les 25 années d’Alliance de Sr.M.Emmanuel qui a choisi de vivre cette action de grâces au milieu de nos amis belges. Cette fête de l’Epiphanie scellera notre lien avec la Belgique.

En regardant l’année écoulée, 2009 pourrait se résumer en 2 temps : une fin et un commencement.

La fin d’une histoire qui a duré 5 ans avec le Centre de Gentinnes et son ASBL. Nous ne saurons trouver les mots justes pour traduire notre merci à ceux qui nous ont aidés jusqu’au bout, et que nous avons aimé retrouver début septembre autour d’un repas champêtre, au milieu du bruit des marteaux piqueurs déjà en activité pour une nouvelle étape de l’histoire de la maison. Les liens tissés le furent à titres divers : durant les lundis de ressourcement, les eucharisties célébrées à l’oratoire ou dans les différents moments de peine, de joie comme cette belle retraite à Patmos en juin avec les associés de France «A l’école de la Sagesse ». Un livret de prières offrait à chacun une trame épousant les 3 volets de l’enseignement de Maurice sur l’Apocalypse : 4h de bateau pour gagner l’île nous mettaient en condition pour vivre ces 3 étapes que l’on retrouve décrites chez les mystiques : voie illuminative, purgative et unitive. Patmos fut pour chacun des 23 participants un temps fort d’expérience ecclésiale…comme dans les commencements de l’Eglise.

Notre joie fut grande aussi de pouvoir passer du temps cet été avec des français cheminant avec la communauté et de réunir, en Belgique, ceux qui voulaient découvrir la communauté de l’intérieur. Un petit groupe s’est mis en chemin; il se retrouve une fois par mois afin de se nourrir de son esprit en approfondissant la Charte. Ces nouveaux compagnons de route sont « pierres vivantes » sur lesquelles nous avons pu nous appuyer durant nos pérégrinations, ils sont semences d’Espérance, promesses d’avenir.

Nous étions alors préparés à affronter le 2° temps. Difficile de résumer dans cette lettre les rebondissements que la nouveauté suscite chez les uns et les autres ! Tandis que Tony se ressourçait au Mont Athos, nous entamions un long parcours qui nous conduisit dans nos anciens champs de mission: Nous fûmes témoins de l’action de l’Esprit Saint et nous avons le cœur rempli de reconnaissance envers tous ceux qui nous ont généreusement offert la chaleur de leur hospitalité, de leur amitié et, pardon à ceux que nous n’avons pu rencontrer.

Enfin ! Il nous fut donné de déposer nos valises là où les membres français de la communauté ont trouvé une demeure (cf. entête de la lettre). La maison est modeste mais elle nous offre sa chaleur en cet hiver 2009. La propriété dotée d’un verger (digne du paradis !) une serre, un potager, poulailler, puits, offre un beau potentiel d’avenir pour la communauté en croissance et pour ceux qui, au cœur du monde ont soif et faim. Ne vous précipitez pas trop vite, les chambres sont comptées, mais nous espérons sans tarder y remédier- si les fonds nous le permettent et grâce à votre aide, pourquoi douter ?

Nous clôturons cette lettre qui est loin d’être complète…mais elle a retracé pour vous les lignes maîtresses de cette année qui, commencée dans un désir de faire du neuf, se clôt dans la nouveauté incarnée. Les lignes tirées du témoignage d’Armelle et Guillaume de leur expérience à Patmos concluent bien notre lettre et sont dans la pleine actualité du mystère de Noël. «Le voyage à Patmos a été pour nous un exil volontaire permettant de mieux comprendre l’Apocalypse, la place d’Ephèse et la vie des Eglises, tous ces lieux (nous-mêmes, nos couples, nos groupes de prière, nos communautés, nos paroisses, les différentes églises du Christ….) où le Ressuscité est présent. L’Apocalypse est un livre complexe, rempli de multiples images, mais dont la trame est bâtie autour de la Révélation de la nouveauté si simple, née de la Résurrection : Dieu en Jésus, se révèle, se fait, est éminemment accessible, proche, disponible à tous les assoiffés, à tous les désirants.

Que cette année accroisse nos désirs et affinent nos aspirations. Tels sont nos souhaits avec ceux de santé et de paix.


                           retour haut de page           retour Béguinage 


 

Communauté Apostolique et Monastique                                                                  

Rue du Couvent, 140                

1450 GENTINNES – B               

 

 

 

 

 

 

 

 

Gentinnes - Noël 2008

 

 

Le Seigneur inclina les cieux et descendit.

 Béni soit le Seigneur, car toutes ses voies sont bénies 

Il  m’a libéré, mis au large.

Alors je louerai le Seigneur, car il multiplie ses délivrances.

Ps. 18

Bien chers tous,

Tandis que nous nous apprêtons à entrer dans la nouveauté qui se reçoit chaque année dans la célébration de Noël, c’est dans l’action de grâces que nous faisons mémoire de ce que le Seigneur a fait pour nous.

Notre lettre de l’an dernier annonçait les retrouvailles de la communauté rassemblée pour entrer un peu plus dans ce mystère d’incarnation par un temps de retraite qui nous disposait à accueillir la lumière, celle qui vient illuminer nos ombres et nos nuits, celle qui transfigure, nous traverse, tel le grand mandala réalisé sur fond transparent, concrétisant notre aspiration à devenir « épiphanie ».

Janine venue nous rejoindre pour les fêtes nous alarma et dût être emmenée aux urgences. Opérée du cœur, la « femme aux miracles » se remit debout et regagna sa maison dans le Var le 3 mai. Malgré la distance elle vivait chaque instant, présente aux moindres activités de la communauté. Le 27 novembre, un nouvel accroc survint. Totalement déprise d’elle-même, elle passa sur l’autre rive : « là où il n’y aura plus de larmes ni de deuil » comme le dit l’Apocalypse. Moments emprunts de tristesse certes, mais surtout, d’action de grâce pour celle qui, en fin de vie, a pu réaliser le rêve impossible de sa jeunesse. Maurice, descendu à Tavernes pour les funérailles, partagea la peine de sa famille mais aussi retrouva, non sans émotions, des visages et des lieux côtoyés durant les 6 années passées à Barjols.

De son côté après une année à Gentinnes, Michèle reprit, elle aussi, la route du sud où elle poursuit son chemin.

Cet été, M.Emmanuel a participé avec Edda et Tony a un stage de chants avec créativité.

Les temps de retrouvailles communautaires permettent chaque fois d’approfondir davantage ce qui nous rassemble et nous font ressentir l’urgence d’accueillir et d’entrer dans le coeur de l’intuition de la communauté.

Grâce aux refus successifs auxquels nous nous sommes confrontés, chaque fois que nous exprimions un désir de concrétisation de nos projets dans cette maison de Gentinnes, nous avions ressenti l’appel à creuser nos fondations. Ayant adopté un rythme de vie plus équilibré dans la gestion de l’hôtellerie du Centre, nous avons pu nous atteler dans la prière et dans une réflexion commune à l’élaboration de notre charte communautaire. Et nos vacances furent transformées en ateliers. Thérèse s’est à nouveau retirée un mois dans la solitude pour « couver » ce qui devrait être l’expression d’un désir de l’Esprit pour « nous ensemble ». En cette fin d’année, le cœur en joie, nous tenons cette charte entre nos mains.

Dans ce même souci de nous laisser « édifier », nous avons poursuivi nos rencontres des 1er lundis du mois. Ils sont des journées de ressourcement, des lieux de recherche et d’approfondissement de notre vie spirituelle tout autant que de croissance dans la confiance en nous-mêmes et les uns dans les autres. Les adhérents à l’association « à l’école de la sagesse » trouveront dans le compte-rendu de l’Assemblée Générale du 6 décembre dernier, la panoplie des thèmes abordés. Cette année, Maurice a beaucoup voyagé, missionné et moissonné. Passionné par la lecture de l’Apocalypse, il a pu communiquer son enthousiasme et partager ses découvertes ici à Gentinnes, dans le Var et le Doubs. Une soixantaine de personnes ont pu accéder à cette Bonne Nouvelle. La retraite à Patmos du 8 au 15 juin, animée par les membres de la Communauté, couronnera ce parcours.

Notre circulaire de l’an dernier nous laissait sur ces mots: « En relisant l’Apocalypse, nous comprenons ce message d’espérance : l’Histoire, notre histoire, n’est point programmée par les puissants de la terre mais se trouve dans les mains de Dieu » ; celle-ci s’achève dans la conscience d’avoir été conduits par la Bonté de Dieu qui s’est manifestée au cœur de notre de quête.

Notre prière a été entendue et exaucée et comme à l’habitude, se réalise la Parole : « en temps voulu, j’agirai vite ». Isaïe 60, 22

Nous avons eu toute l’année pour « mûrir notre avenir » et, face à la question qui se pose de renouveler ou pas le contrat avec les spiritains belges en septembre 2009, l’Esprit, de façon imprévisible, nous a ouvert des horizons en mettant sur notre route un évêque que Maurice avait connu (non encore évêque) lorsqu’il était à Lyon. Celui-ci, ainsi que son vicaire général, souhaitent vivement notre collaboration et la venue de notre communauté dans son diocèse.

Nous ne pouvions recevoir plus beau cadeau de Celui qui vient pour nous offrir liberté et abondance de vie.

Beaucoup disent: "Qui nous fera voir le bonheur?" Fais lever sur nous Seigneur la lumière de ta face. Tu as mis dans mon coeur plus de joie qu'aux jours de la moisson et du vin nouveau. Psaume 4

Ce psaume dit nos interrogations, nos doutes mais aussi nos souhaits : que e Seigneur fasse briller Sa lumière sous vos pas et qu’Il exauce vos prières. Lui est fidèle à ses promesses.

 

La communauté : Maurice et Sr.Thérèse

 

PS : la Communauté peut animer des sessions ou retraites sur demande (cf.site : http://ecolesagesse.free.fr/ ); elle peut désormais recevoir des offrandes ou des dons à l’ordre de : COMAM ; chaque jeudi la communauté célèbre l’Eucharistie aux intentions de nos bienfaiteurs. Maurice peut aussi célébrer des eucharisties  aux intentions demandées.


          retour haut de page          retour Béguinage 


Communauté Apostolique et Monastique

140 rue du couvent 

B - 1450  Gentinnes

 

 

                     année 2007

 

 

 

 

 

 

Le 8 décembre 2007

 

 

 

« Amour qui nous attends au terme de l’histoire,

Ton royaume s’ébauche à l’ombre de la Croix

Déjà sa lumière traverse nos vies, Jésus, Seigneur,

hâte le temps, Reviens, achève ton œuvre

Quand verrons-nous ta gloire transformer l’univers. 

Bien chers amis,

Nous voici en Avent, début d’une année liturgique nouvelle. Ce chant résume bien cet amour de Dieu vers lequel nous sommes tendus de tout notre être.

Cette année finissant, c’est avec joie que pour vous et grâce à vous nous faisons lecture de ce que nous repérons comme l’action de l’Esprit.

Tandis que notre lettre de l’an dernier laissait entrevoir le démarrage d’un projet architectural enthousiasmant, divers éléments sont survenus qui nous ont acculés à l’abandonner. Après une réaction de déception, nous avons rebondi : ne fallait-il pas d’abord rassembler les pierres vivantes pour « l’édification du Temple fait non de mains d’hommes » ? Réorganiser nos activités liées à la vie du Centre en fonction de cette « priorité » qu’est l’édification d’une communauté vivante, signifiante et appelante ? Les engagements successifs de Michèle puis de Janine et d’Henriette dans la communauté ont appuyé cette orientation : nous avons proposé un autre contrat de travail à notre employée Christine qui préféra ne pas le renouveler.

Avant le printemps, nous avons donné corps à notre ASBL belge « CASEM» qui a tenu sa première Assemblée générale le 27 février. Encouragée par elle, nous avons entrepris un minimum d’amélioration dans les étages des chambres de l’hôtellerie avec installation de douches. Notre ami Raoul, de Barjols, a donné le premier coup de pioche à ce chantier. Nous apprécions son travail consciencieux, sa compétence tout autant que ! sa compagnie. Il en est ainsi à chaque passage de membres de nos familles ou d’amis qui nous font la surprise d’un séjour. Chacun laisse sa trace…n’est-ce pas Colette, Anny, Sylvaine, Irène, Hubert, Marie Caroline et … ?

En mars, Maurice apprenait le décès subit de son frère aîné : le royaume s’ébauche à l’ombre de la croix et oriente nos regards vers Pâques. Nous décidâmes d’aller célébrer la « sainte Veillée » à la cathédrale de Namur. Nous fûmes déçus devant la faible participation et la pauvreté de la liturgie ! Henriette est venue pour vivre Pâques avec nous et Janine l’a rejointe ; mais cette dernière nous habitue à des exploits dont nous nous passerions bien et elle aussi ! A la Pentecôte, elle fit une chute spectaculaire et après plusieurs semaines en hôpital belge, elle retrouvera le midi.

Après des mois d’intense activité, la communauté, va prendre un temps bien nécessaire de vacances en France…Repos physique mais occasion de goûter à la puissance tout autant qu’à la douceur de la vie fraternelle. Nous profitons d’être ensemble pour élaborer le Programme de sessions et d’activités pour 2007-2008. Nous nous apprêtons également à co- animer la retraite d’août à Peyruis pour une trentaine de participants : créativité, silence, profondeur, liturgie furent au rendez-vous ! Temps constructif qui déploie la grâce de la complémentarité. Dans la foulée de cette retraite, en fidélité à la grâce du désert, Thérèse part pour 3 semaines de solitude dans un chalet perdu dans la forêt du Haut Doubs. Elle rentre à temps pour la rencontre avec le cardinal Danneels qui a entrepris l’acheminement de notre reconnaissance canonique à Rome. Régulièrement nous sommes sollicités par des personnes touchées et sensibilisées par notre « vie ensemble » et par l’intuition de la communauté Cette réalité ne peut pas nous laisser indifférents. Elle ouvre à de nouvelles perspectives que nous mûrissons.

Le 16 septembre : rencontre avec nos amis du Centre: eucharistie, barbecue et présentation du programme bien fourni de l’année, avec nos sessions et activités bibliques. L’année de formation est inaugurée et notre vie prend un rythme plus équilibré. Nos lundis mensuels de ressourcement communautaires demeurent passionnants et riches pour chacun d’entre nous. Thérèse a clôturé ses cycles de formation en France et Maurice a pris le relais avec un enseignement sur l’Apocalypse. A la Toussaint, il est allé célébrer ses 40 ans de sacerdoce dans son village. Occasion pour rendre grâces mais aussi renforcer les liens familiaux après un temps rude d’épreuves, de séparations survenues dans la famille. Dernièrement, Maurice et Marie Emmanuel ont été invités dans le studio de la TV belge, interrogés sur l’Avent…De quoi se mettre dans les dispositions pour entrer dans ce climat liturgique.

C’est avec joie que nous y entrons. Nous fêterons le 8 décembre à Ars au cours de « l’Assemblée Générale de l’Association de la Sagesse ». Le temps de Noël réunira la communauté au complet et c’est ensemble que nous formulons ce souhait: « que le Seigneur poursuivre Son œuvre et l’achève dans nos vies personnelles, dans nos communautés qui se construisent, dans nos pays, dans le monde. »

« Quand verrons-nous ta Gloire transformer le cosmos, l’univers ? » Prière incessante de nos cœurs. En relisant l’Apocalypse, « révélation du Christ ressuscité », aventure dans laquelle nous nous sommes lancés, nous comprenons ce message d’espérance: l’Histoire, notre histoire, n’est point programmée par les puissants de la terre mais se trouve dans les mains de Dieu :

Marana tha ! Viens Seigneur.

la communauté


        retour haut de page           retour Béguinage 


 

 

Communauté Apostolique et Monastique

140 rue du couvent 

B - 1450  Gentinnes

Année 2006

 

 

Bien cher tous,

2006 ! année charnière entre l’activité du Centre et l’édification de la Communauté. Nous avons trouvé ici à Gentinnes, le lieu d’ancrage où nos projets peuvent prendre corps ; cette année écoulée nous a permis de prendre la mesure des structures de fonctionnement du Centre, découvrir des solutions concernant l’organisation, l’intendance tout autant que la gérance et l’administration de notre grande maison. Allègrement nous pouvons envisager l’avenir à long terme et de façon durable puisqu’au chapitre des spiritains de Belgique (juin 2006) « l’assemblée nous renouvelle sa confiance ».

 

1/ Le Centre Spirituel demeure un lieu bien fréquenté qui voit apparaître de nouveaux groupes. Nous nous réjouissons de pouvoir faire bénéficier de ce lieu nos plus proches voisins, habitants des communes de Chastre: à l’occasion de funérailles, de baptêmes ou rencontres informelles ; opportunités pour faire connaissance, et voir se formuler des aspirations à partager notre vie de prière, de communion avec la communauté.

Un temps fort durant cette année : le 4° campus missionnaire  de la fête de la Transfiguration (6 août) à l’Assomption de Marie, (15 août) : 9 jours de rencontre, ressourcements, approfondissements, tissés de conférences, carrefours, ateliers, célébrations festives; ensemble découvrir et vivre « l’Eglise comme famille » sur le thème « Joyeux dans l’espérance » ; difficile de résumer cette longue semaine qui rassemblait chaque jour entre 40 et 50 personnes -aux repas- portant en elles cette Espérance de transfiguration dans leur vie de tous les jours. Le 11 août, fête de Ste Claire, en soirée, une surprise nous attendait : un spectacle inédit : vie de Ste Claire contée et chantée par Sr.Marie Emmanuel : « au fil de l’eau, Claire ! » Les compte-rendu et bilans sont rassemblés dans le site http://ecolesagesse.free.fr

2/ La communauté « Apostolique et Monastique » :

Avez-vous remarqué ? Dans notre site il nous a semblé opportun de réunir à « Communauté apostolique » ce second attribut « et monastique ». Nous avons perçu que ce qui était pour nous une évidence ne l’était pas pour la majorité. Or cet équilibre entre « climat monastique » et « vie ouverte à la mission» nous est vital et il nous est apparu important de le faire ressortit et ce, surtout, depuis le séjour qu’Edda, Tony et Thérèse ont effectué sur les pas des Pères du désert, en Egypte en mai dernier. Temps fort dont les grâces continuent à colorer les orientations et choix de la communauté.

Dès son retour du désert, Sr.Thérèse était attendue sur le plateau de TV tandis que Maurice et Sr. Marie Emmanuel avaient eu leur part de participation dans un documentaire télévisé de notre Centre pour la Pentecôte, fête du Souffle, de ce Vent dont on ne sait ni d’où Il vient ni où Il va….

La veille de Pentecôte, comme les années précédentes, nous avions accueilli les 300 pèlerins du Mémorial Kongolo mais, pour la première fois, (et sans doute pas la dernière) des chorales se sont succédé l’après-midi, pour célébrer l’harmonie, l’Unité et donner à l’Esprit Saint de se dire par nos voix : « Chorales en écho… ».

Janine qui a passé plus de 9 mois parmi nous et devait prononcer son engagement communautaire a été stoppée dans son élan par une mauvaise chute lors de nos vacances communautaires en montagne grâce à de généreux amis qui nous ont prêté leur chalet. Janine a continué à nous faire trembler en prolongeant son séjour hospitalier suite à un accident cérébral dont elle sort victorieuse car elle vient de réintégrer sa maison de Tavernes…nous lui souhaitons une année 2007 plus sereine et un complet rétablissement.

Grâce à Edda et Tony  nous avons replongé au cœur de l’intuition communautaire : « épousailles, alliance et unité ». Emotions, beautés et grandeurs des engagements scellés dans le Mystère de Dieu, ce Mystère que la fête de Noël nous donne à contempler pour mieux y rentrer.

Henriette et Michèle ont entrepris résolument un chemin de vie avec la communauté, heureuses d’en découvrir la richesse et la force offertes. Elles attendent l’heure pour formuler leur décision de se relier à la communauté.

En novembre, en remuant ciel et terre, presse et radio, Henriette a réussi à faire se déplacer Srs M. Emmanuel et Thérèse pour offrir le spectacle sur Ste Claire à Annecy et ce fut un réel bonheur de transmettre ce message de lumière.

En regardant le calendrier à venir, nous avons décidé de nous accorder des plages afin de pouvoir œuvrer librement à l’amélioration des conditions d’hébergement et à l’aménagement de l’environnement : lieux propices au ressourcement, à la méditation, au silence, espaces jeux, détente, remise en forme tant humaine que spirituelle.

Et pour l’année 2007... le ton a été donné au cours de l’Assemblée Générale de notre Association « à l’école de la Sagesse » où nous avons eu la joie d’être présents avec quelques amis et membres actifs et moteurs de notre environnement proche. Nous avons cumulé les anniversaires. L’Association célébrant ses 10 ans et Thérèse ses 40 ans de vie religieuse, l’ambiance fut aux festivités et aux projets que nous avons pu partager et présenter à 70 des membres présents à Lyon ces 8, 9 et 10 décembre. En écho direct avec la conférence de Michel Quesnel, recteur de la catho de Lyon qui fit l’éloge de la Sagesse, nous avons pu exprimer notre souhait de porter nos efforts vers une « visibilité » de ce que nous avons dans notre cœur et qui est une des expressions de la Sagesse et de son Œuvre : créer, aménager des lieux d’harmonie, de beauté. Cette exigence n’est pas un luxe superflu mais une des formes que prend aussi l’évangélisation en cette ère nouvelle. Nous voulons vivre dans un lieu qui reflète ce don déposé en nous comme une appel : simplicité, grandeur, dignité, beauté, aspiration à l’harmonie, à l’unification. « Pour ne pas risquer de fausses ou maladroites manœuvres, nous nous sommes entourés de collaborateurs capables de penser, réfléchir et peser avec nous les tenants et aboutissants » : architecte, géomètre, maçons, plombiers et toutes les bonnes volontés ont été mobilisées. Même Baudoin notre frère architecte nous a accompagnés et a pu faire le lien entre l’invisible à contempler et le visible à incarner.

Grégoire de Nysse écrit : 

                        « On incarne ce que l’on contemple et ce qu’on aime :

                        en s’étant rapprochée de la lumière, l’âme se transforme en lumière, elle brille et elle rayonne. ».

Lyon fête de la lumière…Nous avons engrangé de puissants encouragements et nos forces sont renouvelées pour aller avec détermination vers « l’incarnation de la Beauté » dans notre lieu de vie pour nous et pour tous ceux qui avec nous, voudront se ressourcer et se mettre en quête de Celui qui se donne dans un amour qui rend la dignité et révèle notre grandeur. Telle est notre orientation pour cette année 2007

Nous Lui remettons ce projet ; nous le confions à votre prière ; nous le partageons à votre capacité de nous accompagner, chacun comme il le peut, avec ce qu’il peut….et comme il le peut.

Nous sommes assurés que dans cette quête d’harmonie, vous avez chacun votre place et que notre contribution à cette œuvre a un lien secret et direct avec chacune de vos vies. Rien de ce qui est vôtre ne nous est indifférent et notre prière vous place dans la lumière de Celui qui s’offre une fois de plus comme Lumière du monde…

 Heureuse, féconde et joyeuse année 2007

 

L’association « à l’Ecole de la Sagesse » a pris un nouvel essor depuis un an ; nous ne sommes pas sûrs que vous ayez tous été informés de la nouveauté qui a surgi de cette assemblée de Cluny…conséquences des transferts de fichiers à la nouvelle secrétaire : Françoise Bellanger.

De ce fait nous nous permettons de vous joindre le compte-rendu de la dernière Assemblée. Si vous souhaitez poursuivre l’aventure avec nous, il vous est toujours possible d’adhérer à l’association qui demeure pour nous aujourd’hui plus que jamais le moteur et le supporter de nos activités.

Par ailleurs vous pouvez recevoir les nouvelles de la communauté et si vous souhaitez soutenir nos projets, vous pouvez adresser vos dons à l’ordre de Thérèse LEMAY ou en Belgique virement à Maurice Pritzy 001-4388696-07


                 retour haut de page            retour Béguinage 


"la liberté ignore les serrures de l'espace et du temps

pour traverser les murs,

il suffit d'ouvrir les portes, ouvrir les ailes, ouvrir les rêves."

                                                 Jacques Savoie

 

 

Décembre 2005 - Janvier 2006

 

                        Bien chers tous,

        Cette période de l’année est propice aux rêves, pas seulement pour les enfants…. Depuis un premier Noël où Dieu « ignorant les serrures du temps et de l’espace et traversa » l’épaisseur de notre humanité et rendit possible tous nos impossibles, la liberté nous est offerte non comme un bien à posséder mais comme une naissance qui nous habite. Voici un nouveau Noël et les cadeaux qui l’accompagnent ! « Il nous suffit d’ouvrir nos portes, nos cœurs, nos ailes et nos rêves ! » C’est le souhait que nous formons pour vous qui nous êtes chers et proches.

Au fil des ans, nous avons eu à cœur de vous partager nos parts de rêves, assurés que notre aventure était aussi quelque part, la vôtre et en échange vous savez combien votre chemin et celui de ceux que vous aimez, avec toutes vos aspirations, soucis et espérances, devient nôtre aussi et est porté dans la prière et soutenu par notre espérance unie à la vôtre.

Pour vous, un petit tour d’horizon de ce que cette année nous a réservé; avec vous nous en faisons mémoire afin d’accroître l’action de grâces.

Nous pourrions vous parler du Centre ! Durant cette première année, nous avons pu prendre la mesure de l’intérêt que représentent pour beaucoup la vie et l’animation du Centre appelé « Centre spirituel » afin d’orienter les appels qui nous sont faits : il s’agit d’un lieu de repos, prière, silence, écoute qui favorise le ressourcement pour les jeunes et moins jeunes. Les groupes continuent à se succéder, et si quelques uns se distancient, d’autres apparaissent… Eh oui, si certains accoutumés à la maison ont dû prendre acte de la présence de la communauté sur place (avec ce que cela peut avoir de dérangeant lorsqu’on a pris des habitudes) d’autres apprécient. Il faut dire qu’avec sœur M. Emmanuel comme hôtesse d’accueil, nul n’est perdant. Cette dernière nous a rejoint il y a un an. Quant à Janine venue passer un mois cet été, elle a décidé de rester pour partager notre aventure. Avec elle, d’autres mûrissent un engagement « adapté et personnalisé ». Notre petite communauté a vécu sa première pâque avec le départ du P. Jacques le 18 septembre dernier. Après une détérioration progressive de sa santé, il entrait à la clinique d’Ottignies aux soins intensifs et rendit son dernier souffle 2 ans après avoir fêté si joyeusement son jubilé d’Or sacerdotal à La Londe. Il repose au cimetière de Gentinnes et il est notre première pierre posée en sol « céleste ».

Durant toute l’année, des personnes ont gravité autour de la Communauté, certaines continuent à vivre à l’hôtellerie. Nous avons dépanné quelques-unes en échange de renfort durant des périodes de grand flux. Nous avons accueilli pour plusieurs mois, 2 religieux polonais, l’une pour un perfectionnement de langue française et l’autre pour des raisons de santé. Nombreux sont les amis qui viennent nous visiter et beaucoup laissent des traces de leur passage nous faisant bénéficier de leurs dons ou compétences… Nous cultivons ainsi l’amitié tout en exploitant les talents de chacun. Merci aux uns et aux autres pour ces visitations.

Comme nous l’avions expérimenté à Barjols, nous avons relancé les dimanches en « famille élargie »  ils donnent d’expérimenter la convivialité et redonnent le goût de la fête. Cela semble prometteur, même si c’est engageant. Christian, Nathalie et leurs 7 enfants en ont compris tout de suite l’enjeu et sont radicalement acquis à l’expérience ainsi qu’Agnès, Angelo et leurs 3 enfants…et d’autres qui s’additionnent.

« L’Ecole de la Sagesse » a proposé à petite dose ses enseignements… Edda et Tony (de la communauté) sont venus offrir plusieurs sessions, Maurice aussi en a programmées. Quant à Thérèse, les londais l’ont réquisitionnée pour à la fois poursuivre ce qui avait été commencé et pour démarrer un autre groupe avec 20 nouveaux inscrits…

En Avril, eu lieu notre pèlerinage en Terre Sainte… C’est toujours aussi passionnant, dérangeant et interpellant ! Nous avons emmené 2 belges devenus amis et partenaires fidèles de notre communauté.

Les projets pour cette année ? Poursuivre sur notre lancée. Franchir les étapes suivantes pour la reconnaissance officielle de la communauté (puisque officieusement elle est acceptée par notre évêque et pour sa joie…). Affiner l’accueil des hôtes et groupes de passage.

Cet « espace » à Gentinnes correspond tellement à la vision que nous portions dans nos cœurs au commencement de notre route commune : « un lieu qui soit comme une piste d’atterrissage tout autant qu’une piste d’envol ! »

Ces 2 images sont en permanence sous nos yeux…d’une part dans l’architecture même du toit de la chapelle du Mémorial et lors de chaque arrivée d’oiseaux migrateurs en partance vers de nouveaux horizons… 2 images qui disent la mission, l’évangélisation, le don de soi ! 2 temps d’un même mouvement : se ressourcer pour aller vers…s’arrêter et repartir, un temps pour recueillir le don de Dieu, un temps pour le communiquer.

C’est cela « Pentecôte », c’est aussi Noël… !

Vers chacun d’entre vous s’envolent nos vœux et nous y mettons le meilleur…santé, paix, joie et espérance.

                   Pour la Communauté: Maurice et Thérèse

 


                        retour haut de page           retour Béguinage 


« Voici que je fais toutes choses nouvelles » Ap 21

« Que vois-tu, Jérémie ?

Je répondis : je vois une branche d’amandier

Alors le Seigneur me dit : « Tu as bien vu, car je veille sur ma Parole pour l’accomplir » (Jr. 1,11)

 

Gentinnes,

décembre 2004 – janvier 2005

 

                    Bien chers tous,

    L’amandier, (en hébreu saqed = veilleur ) est le premier arbre à fleurir au printemps. A cause de sa précocité, il représente le Seigneur qui veille à l’accomplissement de sa Parole. Après l’épreuve de l’attente, voici le temps de la réalisation de la Promesse : l’arrivée en terre hospitalière, la Belgique !

Tandis qu’en fin d’année 2003, nous cherchions à sortir d’une impasse! Malgré de nombreux contacts, restés vains quant à notre prochaine destination; il ne restait que 8 mois avant de quitter La Londe. Lassés de démarches infructueuses, de discours et engagements creux, nous décidâmes de faire «comme si» nous n’avions pas à partir, de vivre (secret de la Sagesse !) le « moment présent », dans une confiance dynamique que nous voulûmes concrétiser. C’est alors que le Ciel, libéré de notre « vouloir faire » pu intervenir et, lorsqu’il s’en mêle, Il offre le centuple, jusqu’aux persécutions… !

La proposition de reprise de la maison de Gentinnes en Belgique prit corps, plusieurs rencontres confirmèrent  le recoupement des aspirations des uns et des autres. L’année 2004 laissait place pour le rêve.

Dès Janvier, nous allions préparer la communauté chrétienne à ce départ prochain. Est-ce la prise de conscience des derniers mois à partager ensemble qui donnait à chaque rencontre, chaque évènement, chaque situation une autre saveur ? l’envie de vivre intensément tous les instants ? toujours est-il que beaucoup eurent le sentiment de goûter à la « réalité de la communauté ». Des liens se tissaient, se fortifiaient, se resserraient. Une page des actes des apôtres s’écrivaient…Les mois se succédaient au rythme des saisons de la vie et celles de la liturgie…le sillon se creusait toujours plus profond.

L’Ecole de la Sagesse, elle, poursuivait la proposition de sessions ; le pèlerinage à Assise en mai, fut un temps fort ; une marche, devenue traditionnelle dans la montagne des Maures ; une rencontre  des associés du Sud, le 14 juillet…tout cela colorant et dynamisant de l’intérieur les différentes activités ou animations de la paroisse.

Les jours filaient et nos sentiments à tous étaient contrastés… sentiment d’inachèvement, d’incomplétude, de hâte,  de gourmandise : se réunir le plus souvent possible… nous voulions rester en éveil pour accueillir tout ce qui était possible de vivre ensemble dans l’écoute et l’accueil de l’Esprit Saint. Mais la vie n’est qu’une suite de départs pour aller vers des commencements sans fin… Comment accueillir la nouveauté sans accepter de se détacher du connu ? Nous avons compris que nous nous aidions à traverser cette étape pour qu’elle soit pour tous occasion de croissance. Accepter que la fleur se détache pour accueillir le fruit… !

Le 15 août : dernière Eucharistie solennelle en communauté paroissiale. Nous avions organisé une brocante dans l’objectif de nous alléger au maximum et le 25 août au soir, dans la cour du presbytère : ce furent d’émouvants au-revoir à la communauté et à la ville de La Londe. Il nous fallait arriver en Belgique pour le dimanche 5 septembre, jour de « la remise des clés de l’agenda » du Centre dont nous devenions gérants. L’accueil fut très chaleureux de toutes parts.

 Et nous voici dans cette maison de Gentinnes depuis 3 mois. Temps pour nous familiariser,  prendre la mesure de l’espace et du lieu; c’est une joie d’y vivre et chaque jour nos cœurs sont dans l’action de grâce; la devise inscrite en latin sur le fronton central de la maison nous y invite « Spe gaudentes » « joyeux dans l’espérance ». Avec émerveillement nous faisons défiler les évènements qui nous ont conduits jusqu’ici. Posés, nous le sommes, reposés ? pourrons-nous l’être un jour quand il nous semble que le Feu apporté par Jésus n’a pas encore brûlé toute la planète et que nos cœurs eux-mêmes ont encore besoin de s’y réchauffer ! C’est ainsi que les jours précédant Noël, se sont voulus et reçus fondateurs et constructeurs pour notre communauté naissante. Ce temps de retraite animé par Edda et Tony fut un temps d’édification.

  Déjà 2 séjours à Gentinnes : A la Toussaint, premier contact avec une royale bâtisse et un tourbillon de participants pour animer l’ensemble ; 130 personnes au plein de la vague aux repas ; 90 chambres en ébullition…tout le monde s’est affairé pour assumer. Le 2° séjour fut plus calme et intériorisé. « L’accueil de la lumière de Noël en nos cœurs » n’a peut-être pas attiré du monde, mais ceux qui étaient présents – notre communauté apostolique- ont pu vivre en profondeur ce temps dans la créativité, la prière et l’Eucharistie partagés. Edda & Tony.

Tout ce qui vient de Dieu ne commence-t-il pas dans le silence et l’humilité. Nous voici 6 engagés dans cette aventure. Nous avons pu également nous projeter dans l’avenir et envisager un programme pour 2005-2006: Initiation à la prière de Jésus, en février par Tony, 1°seuil par Maurice au carême et la Passion....Nous écrivions sur un bulletin d’amitié qui paraît tous les trimestres : « nous assurons le bon déroulement des passages et des séjours tant pour les groupes que pour les personnes seules. Nous offrons un lieu de prière, de repos, de silence et d’écoute qui favorise le ressourcement et l’approfondissement spirituel et humain, avec possibilité d’accompagnement personnel ; ce chemin d’intériorité est prioritaire pour notre époque ; des jeunes (ou moins jeunes) en recherche de vocation, de discernement ou ayant simplement envie de creuser leur foi, de poser leurs questions pourront venir passer une année avec nous…nous faisons aussi bon accueil à toutes les bonnes volontés qui, de près ou de loin, souhaiteront contribuer à ajouter de la vie. »… joyeux dans l’espérance n°112

Des demandes commencent à arriver. Nous sommes sollicités pour des animations… Nous y voyons un encouragement à devenir réellement ce que nous sommes et ce que nous portons dans notre cœur depuis longtemps. Si Dieu le veut, la Communauté s’agrandira en accueillant des laïcs ou religieux qui sentiront l’appel à donner une orientation renouvelée à leur vie consacrée ou qui entendront l’appel à rejoindre l’intuition :

Dans un monde et une société divisés, souvent écartelés, nous croyons à la communion et à l’unité. L’alliance du divin et de l’humain, masculin et féminin, de l’homme et de la femme, du Christ et de l’Eglise, de l’intérieur et de l’extérieur, de l’homme et du cosmos, de l’Orient et de l’Occident est un défi pour notre monde. Nous croyons possible ce retour aux sources, avec la puissance de l’Esprit Saint. L’alliance entre grandes traditions monastique et missionnaire, jointe à un esprit de créativité sont des atouts supplémentaires pour l’évangélisation : les différences peuvent être une richesse et devenir « signe » d’une Eglise « apostolique et prophétique » comme dit St Paul dans la lettre aux Ephésiens. L’appellation « communauté apostolique » ne signifie pas que ses membres sont voués à l’action, mais qu’ils trouvent leur source dans la vie avec le Christ et dans le souffle de l’Esprit, comme aux temps « apostoliques ».

 

Il se trouve que le cadre de vie est tout à fait propice à l’épanouissement de la vie contemplative. L’environnement laisse « vierge » l’espace pour la prière. Tout peut être pensé et inventé dans la lumière de l’évangile, le dynamisme et la nouveauté de l’Esprit. Il est permis d’envisager la présence de plusieurs groupes à charismes et sensibilités religieuses et spirituelles différentes.

Plusieurs rencontres avec notre évêque depuis notre arrivée et fin décembre, nous passions encore 2h avec lui pour chercher comment tracer des chemins nouveaux dans notre vieille Europe. Tout est possible lorsqu’il y a la confiance. Alors nous allons chercher, inventer…et faire confiance à l’Esprit Saint.

En plus de l’animation du centre, Maurice a reçu un ministère comme vicaire dominical à Louvain La Neuve, Jacques lui, plus disponible est prêt à vous écouter au téléphone 0032/71880044, il « est » le lien avec la communauté des anciens qui partagent un espace de la propriété et nous vivons en harmonie et en bon voisinage.

Nous ne pouvons clore ce courrier sans redire à chacun notre merci de ce qu’il a été sur notre route qui ne s’arrête pas là ! sans rappeler combien nous faisons nôtres vos intentions, soucis, joies et peines, sans vous dire notre reconnaissance à ceux qui malgré les vents contraires n’ont jamais douté de nous et nous ont aidés à tenir debout dans les turbulences…c’est aujourd’hui leur  victoire et leur exaucement. Vous nous êtes restés constants sans douter de notre appel. Le Seigneur nous gardera fidèles et avec celles et ceux qui le désirent nous poursuivrons la route, celle de 2005…. Joyeuse entrée dans la nouveauté de Dieu offerte en cette année.

Avec toute notre amitié :

                                            la « fratrie » de la Communauté Apostolique

 

PS/  Pour tout don à la communauté, mettre à l’Ordre: à « Association à l’école de la Sagesse » Pour la France 

et pour Belgique CASEM : 001-444 36 87 96


                            retour haut de page           retour Béguinage 


La Londe le 31 décembre 2003

 

  Cher tous,

Il y a juste un an, nous vivions le passage dans la nouveauté de l’année 2003 chez Tony et Edda, accueillant avec eux le don du temps qui mûrit les Promesses de Dieu inscrites dans nos cœurs. Conscients que le présent est garant de l’avenir, nous avons eu à cœur de vivre chaque instant comme le plus précieux. Et en cela, nous avons goûté la saveur du don de Dieu.

Cette année 2003 a été pour nous source d’un grand bonheur et de nombreuses joies. Nous nous rappelions la parole de l’évangile: «considérez les fleurs des champs et les oiseaux du ciel et ne vous inquiétez pas pour demain, votre Père sait ce dont vous avez besoin, cherchez d’abord le royaume de Dieu… » Luc 12, 27, 31.

Ces paroles de Jésus n’invitent pas à l’insouciance mais à la confiance qui ne met pas à l’abri des turbulences et des doutes. Au contraire! elle fait éclater tous nos petits arrangements et calculs humains pour nous jeter dans la grande Aventure de l’Esprit. Nous nous sommes accrochés à cette parole comme à une ancre « Ne craignez pas : votre Père a trouvé bon de vous donner part au royaume » et nous nous sommes consacrés, du meilleur de nous-mêmes, à cette grande tâche de la transformation du monde, de notre monde intérieur et de celui dans lequel nous sommes enracinés, sûrs que « tout le reste sera donné de surcroît ». Nous avons reçu l’abondance avec les dépouillements ou grâce à eux !

 Notre insertion dans la paroisse de la Londe nous rend témoins de l’action de l’Esprit Saint dans une communauté. Les liens se tissent, se fortifient et se multiplient. La vie jaillit et s’exprime sous de multiples formes. Difficile à la décrire sans la figer. C’est comme un grand jardin. «L’un sème, l’autre moissonne mais c’est Dieu qui donne vie. » St. Paul. Tout ce qui a été lancé l’année dernière s’intensifie : des chrétiens décident ensemble de mettre leurs dons au service de la réalisation d’une plaquette sur ’Eglise de la Londe: recherche de documents, photos, composition et confection qui demandera 6 mois de travail.

En mai, répondant au besoin de sortir des murs et d’aller au monde, s’ouvrait l'antenne "Paroiss'Com ". Local situé en pleine ville: 8 permanents bénévoles assurent un service d’accueil. Le même souci missionnaire en juillet-août, amène Maurice à se rendre présent sur la plage au "Sea-way"; les portes du Congo n’ayant pu s’ouvrir à lui cette année.

 L'Ecole de la Sagesse qui a tenu son Assemblée Générale le 14 décembre, continue à offrir sur le terrain, ses propositions de formation et de rencontres. (cf.compte rendu).

 L’année se poursuit par des temps de festivité. La fête de la paroisse, le 8 septembre : Nativité de Marie. Occasion de redécouvrir les sources de tous les commencements et d’intensifier les liens entre paroissiens.

 La grande fête du Jubilé d'Or de Jacques le 5 octobre. Ils sont venus nombreux de tous les coins de France pour ce grand moment de célébration. Ce furent des moments de grande émotion, de ferveur joyeuse, favorisée par la présence d’amis africains, de partage et de communion autour de grandes tables rassemblant parents, confrères, amis, proches et lointains, barjolais et londais…

 Et en trame de fond, notre quête d’un lieu stable se poursuivait par des démarches régulières ici ou là… jusqu’à ce jour « J » que rien ne laissait prévoir. Deux rencontres…et toute la promesse du Seigneur se déployait sous nos yeux étonnés. « En temps voulu, Moi, le Seigneur, j’agirai vite.» Isaïe 60, 22b. Nous avons attendu l’officialisation du contrat pour vous partager la nouvelle. La grande maison de Gentinnes en Belgique, (propriété des spiritains belges), nous sera confiée en août 2004. Les autorités religieuses (supérieurs et évêques) ont donné leur accord et exprimé leur satisfaction de cette heureuse alliance.

 Nous serons propulsés au cœur de l’Europe et vous, vous demeurerez dans le nôtre. Ensemble nous accueillerons la Vie à travers et au-delà de certaines morts que sont toujours les séparations. Nous croyons que chacune porte en elle les germes de croissance et de liberté. L’occasion est donnée de dire notre gratitude à tous ceux qui ont cru avec nous en cette promesse de Dieu et qui, malgré l’épreuve du temps… et du reste, sans fléchir, nous ont accordé leur confiance.

En ce nouveau « commencement » de l’an 2004, sûrs de cette Parole : « Si Dieu habille l’herbe dans les champs, Il fera tellement plus pour vous…votre Père sait ce dont vous avez besoin, sois sans crainte petit troupeau… » Luc 12, 28 et 32, nous vous invitons à la confiance.

A tous, vœux de santé, bonne et féconde année.

Jacques , Maurice et Thérèse


               retour haut de page     retour Béguinage 


La Londe, le 12 décembre 2002

Chers tous,

Arrivés à La londe en septembre 2001, nous nous apprêtions à y dresser notre tente...et pourquoi pas définitivement? Alors que nous avions entrepris quelques recherches d'un lieu propice, celui-ci, aurait pu convenir presque parfaitement à l'enracinement de notre communauté naissante. Nos premiers mois sur cette nouvelle terre semblaient confirmer cette éventualité: hébergement, Église belle et lumineuse dans sa sobriété, bienveillance de notre environnement.

Or, en janvier, notre responsable religieux venait nous faire part d'une lettre surprenante qui nous laissa "cois". Nous apprenions qu'il nous faudrait "cesser toute collaboration avec le diocèse en août 2002 /' . Le premier choc passé, nous conclûmes que le Ciel avait d'autres vues et sans le savoir, nous étions invités à nous laisser devenir "nomades" comme nous l'écrivions l'an dernier "prophétiquement".

Très bien! Nous reprendrons notre bâton de pèlerins. Si nous avons gardé la discrétion de cette information jusqu'après les fêtes pascales pour ne pas assombrir la joie de la communauté paroissiale, nous avons, hélas constaté l'aptitude du "monde religieux" à utiliser le téléphone arabe et la nouvelle se répandit jusqu'à certains de nos proches bien évidemment ébahis.

Pour nous, il s'agissait de découvrir l'origine de ce "conflit" et de nous laisser entraîner plus loin par l'événement. Dès Pâques, nous réunissions nos paroissiens pour les mettre au courant de la situation. Ils se mobilisèrent et après dialogue avec l'évêque, nous fûmes reconduits dans notre mission.

Semaine sainte: Le village disposant d'un jardin dénommé "jardin des oliviers", nous envisageâmes un chemin de croix à partir de ce lieu jusqu'à l'église. Ainsi pour une rare fois la célébration de la Croix qui suivit ce chemin dans les rues du village, vit l'église pleine. Les alléluias de Pâques retentirent joyeux, accompagnés d'une chorégraphie. Au fil des mois, la liturgie prend de plus en plus d'ampleur: servants d'autel, orgue animé par Jacques, équipes pour la décoration florale, chorale pour les grandes fêtes (plus d'une vingtaine de personnes dont 1/4 d'hommes). Un groupe de prière charismatique s'est lancé et se réunit tous les jeudis soirs. Un autre de veilleurs permet de garder l'église ouverte chaque jour. Les gens se rencontrent davantage, s'appellent par leurs prénoms... Nous avons l'impression de voir se dessiner les' balbutiements d'une communauté. longs chemins que ceux qui conduisent à l'Évangile!

Au cours de l'année, nous avons eu la joie de nous retrouver à plusieurs reprises avec ceux dont le chemin intérieur a croisé le nôtre et a été traversé par ce qui ressemble bien à un appel à vivre le mystère de l'Église. Nos diverses rencontres ont permis de creuser nos aspirations communes et aujourd'hui, Edda et Tony, Chantal et Joël, Ludivine et d'autres en phase de mûrissement attendent de nous rejoindre. L'Esprit Saint nous avait inspiré de rassembler des pierres vivantes avant de trouver les murs de pierres. Nous y avons cru et nous restons ancrés dans cette certitude que Celui qui a déposé dans nos cœurs un même appel saura à l'heure H, nous réunir. Temps de diaspora, temps d'approfondissement et de fondations. Les semaines et les mois se sont écoulés, chacune avec ses nouveautés, ses rencontres. Celles-ci n'ont pas manqué.

En juillet, comme l'an dernier, Maurice s'est envolé pour la mission au Congo Brazza, Thérèse s'est exilée dans un monastère près de Cluny, juste au moment où Tony et Edda s'installaient dans., leur nouveau nid... elle put ainsi les rejoindre et vivre un moment de partage. Pendant ce temps, Jacques était fidèle au poste, entouré de son fils spirituel et toute sa petite famille. A cette occasion, les paroissiens rivalisèrent de gentillesses et d'attentions: création de liens, ouverture à l'Afrique...Tout le monde était prêt à accueillir les nouvelles fraîches apportées par Maurice. la paroisse St. Kisito de Brazza souhaite une filiation avec celle de La Londe. En septembre nous avions la joie d'accueillir le P.Matthieu, cssp, directeur du centre Sala Ngolo "sois-fort" de Dolisie, (Congo) Centre de formation pour jeunes, espoir pour ce pays qui souffre.

Le 11 août, en la fête Ste Claire, à leur grande joie, les associés de l'Ecole de la sagesse (50) se réunissaient dans le jardin du presbytère. Puis ce fut la rentrée, l'arrivée de l'automne, des pluies diluviennes qui firent bien des ravages; pour nous, nous fûmes préservés.

Nous venons de vivre l'Assemblée Générale de notre Association "à l'Ecole de la sagesse" ce 8 décembre et nous voici prêts à inaugurer une nouvelle étape de cette grande Aventure dans laquelle l'EspritSaint nous entraîne. Alors, à chacun nous souhaitons une année dans la motion de ce Souffle" qui pousse vers le large, qui invite à faire un pas en dehors des chemins connus, à la suite de Celui qui n’a cessé d’aller de l’avant et qui vient à notre rencontre." Joyeux Noël à tous.

Jacques, Maurice et Thérèse


                          retour haut de page            retour Béguinage 


La Londe le 21 décembre 2001

Chers tous,

L’an dernier nous vous écrivions que Mgr. Madec avait envisagé pour nous une mission possible sur la Côte mais le projet était resté sans suite. Et pourtant, depuis le 8 septembre dernier, nous voici sur la côte d’Azur. Maurice est arrivé le premier, suivi de Thérèse et Jacques - en attendant Chantal et Joël dont le logement est en voie d’élaboration à proximité du presbytère, en bordure de notre pinède !
C’est une région bien agréable ! La Londe : un village qui a gardé un aspect encore « naturel », situé entre Hyères et Bormes les Mimosas -8500 habitants, 40.000 pendant les 2 mois d’été- Nous sommes situés en bordure du village, entre la forêt et les vignes, à quelques minutes du bord de mer. Il nous semble être au bout du monde et cependant si proches des grands centres !

Nous avons laissé Barjols : le moment était bienvenu, l’année a été calme, jalonnée de réconciliations. Mais un départ ne s’improvise pas…il faut le préparer, s’y préparer tout en continuant à vivre et à susciter la vie et la créativité. Il y avait en chantier le Campus Missionnaire et Maurice devait organiser sa tournée d’évangélisation au Congo (une quinzaine de jours entre le campus et l’arrivée à La londe)
Ce campus 2001, dont le thème était:« homme de boue, homme debout » a eu une coloration particulière, une dimension thérapeutique, selon de nombreux témoignages. L’accueil des divers intervenants: conférenciers et animateurs d’ateliers ont été pour nous, comme à chaque fois, un véritable cadeau…ces rencontres nous ont fortifiés dans nos intuitions. Entre autre celle décrite par Sulivan: que « l’Eglise est autre chose que la gardienne d’une doctrine, d’une morale, la communion ne se fait pas avec des directives et des compromis, elle naît d’une expérience intérieure de libération »
      C’est dans cette ligne que nous voulons poursuivre, dans le sens de l’évangile comme écrit Sulivan : « se laisser devenir des nomades spirituels, ne cherchant plus comment accorder le Message pour le rendre percutant, mais simplement rejouer l’évangile… accepter le provisoire, accepter que des communautés naissent, croissent, se défont pour renaître ailleurs, autrement.. rien à défendre, pas trop besoin de savoir ce qui viendra après..« allez enseigner toutes les nations oui, mais il s’agit de proposer une transformation intérieure, une transformation du regard. » Itinéraire spirituel Edit. Gallimard.

Plus que jamais « l’Ecole de la Sagesse », voit se préciser sa mission et découvre la portée « prophétique » de son appellation pourrait-on dire! Nous lisions dans « le chemin des neuf mondes » d’Eric Julien, (l’auteur nous fait part de sa découverte de la culture amérindienne où la formation est inséparable de la quête du sacré) :« la formation ce n’est pas l’acquisition de connaissances isolées, c’est un type de comportement et de valeurs qui se développent au cœur de l’expérience par une relation globale avec les autres et le monde »

Alors, et les projets d’avenir ? Nous les laissons mûrir… Nous prenons le temps de nous insérer dans notre environnement, nous explorons ces terres nouvelles. Nous avons trouvé une communauté priante, simple, composée pour la grande majorité de personnes de 55 ans et plus, un potentiel extraordinaire semble caché, enfoui… attend-il un peu de temps pour surgir ? un peu de vent ? Le mistral ne manque pas…

Notre unique (unique pour le moment !) lieu de culte favorise l’unification. Nous sommes heureux de célébrer dans une église belle, claire et sobre…L’eucharistie du dimanche prend son air de fête…Jacques renoue avec ses amours et fait vibrer l’orgue… beaucoup découvrent ou retrouvent la joie de la participation active à l’eucharistie.

Après ces quelques échos, il nous reste à vous offrir nos souhaits pour que cette fête de Noël ravive en chacun de nous le désir et la volonté de construire un monde meilleur.
Nous terminons par ces quelques lignes tirées d’une interview de Christian Bobin :
« Nous avons à désencombrer le monde du « monde » pour qu’y advienne un peu de ciel. A une condition : désencombrer notre existence de tout ce qui ne lui est pas essentiel. Notre vie n’a qu’un temps. Qu’allons-nous en faire ? Noël n’est pas qu’une belle histoire. A Noël, je vois venir à ma rencontre un faible nouveau-né qui, déjà est mon maître. Un enfant qui va m’apprendre des vérités élémentaires et pourtant tellement essentielles. Il va m’apprendre que, d’un côté, il y a les stratégies, les calculs, la force, la puissance, l’argent, la jalousie.
Et, de l’autre, il y a l’attention à l’autre, l’oubli de soi, le don, l’ouverture, la bonté. Cet enfant va me faire prendre conscience qu’à chaque pas, geste, j’ai à choisir entre 2 chemins, celui du monde ou celui de la vie.

A Noël, arrive un enfant qui va nous rendre la vie impossible, mais, sans cet impossible, il n’y a rien. 

A tous, joyeux Noël, Bonne et féconde année 2002     

                                                                 Jacques, Maurice et Thérèse


        retour haut de page           retour Béguinage 


Barjols le 20 Décembre 2000

Chers tous,

« Evangile, je reviens à toi» c'est l'entête d'un chapitre de « l'itinéraire spirituel}) de Jean Sulivan. Sans succomber à la tentation de vous transcrire les pages entières! nous pourrions résumer par ces mots, la lumière, l'étoile qui a conduit nos pas au long de cette année. Toutes les situations ont contribué à nous ramener à l'Essentiel: Jésus! «C'est maintenant que vous en arrivez là ? » diront certains! Une rencontre n'est jamais acquise mais, toujours à venir. Jésus est toujours ailleurs!

Eh oui, prises de conscience foudroyantes comme des éclairs ou imperceptibles comme l'éclosion de la fleur! Découvrir que ce que nous savons ou croyons savoir de Lui, peut faire barrage à Sa vie offerte, à la Parole Vivante, au Souffle qui illumine, met en marche, déroute, déracine, casse nos assurances et nos certitudes mais aussi, ouvre des horizons et met au large!

Oui, année vécue dans la dynamique de la remise en question - celle qui permet d'aller de l'avant- d'une recherche toujours plus ardente d'ajustement aux désirs de l'Esprit pour déceler ses appels. Grâce à ce rendez-vous de Noël, l'occasion nous est donnée de rafraîchir des souvenirs et réveiller des rêves.

Cinq ans depuis notre arrivée à Barjols. Temps pour voir se purifier et se confirmer l'intuition, traverser les épreuves incontournables de la mission, lancer des défis et les tenir, connaître l'aridité du désert et l'âpreté de l'indifférence, mais aussi l'éblouissement des germinations naissantes au cœur de l'hiver. Comme chaque année, nous choisissons un axe: Pour 2000, nous nous proposons d'œuvrer pour constituer «la communauté apostolique ». Les événements et rencontres ont confirmé la justesse de l'option.

Avec Jacques nous avons grande joie à partager temps de fraternité. et mission. A ce titre, Chantal et Joël s'établissent au presbytère de Va- rages. Déjà, leur présence fait naître des signes d'éveil dans le village! Madeleine aussi entend l'appel, et un couple, hors région, se garde en ouverture et discernement.

Investissant pleinement sur le territoire, nous recevons l'invitation à sortir de nos frontières. Thérèse est sollicitée pour les «itinéraires de conversion}) en Savoie, dans le Nord et le Doubs, sans abandonner les bariolais.

 Semaine Sainte: Yves, spiritain, est de passage à Barjols. Il rêve d'y planter sa tente! Mgr.Madec nous fait envisager une mission possible sur la Côte. Le projet sera sans suite.

Jeudi saint, nous invitons les responsables de services divers autour d'une table festive. Nous serons les hôtes. Manière d'exprimer notre gratitude et d'inverser les rôles, nous sommes tellement guettés par l'habitude.

Le chemin de Croix dans le village garde son climat priant, nous voyons les barjolais plus nombreux se glisser dans la procession. D'abord spectateurs et doucement, participants! chacun mûrit à son heure.

Les repas sont des lieux privilégié s pour créer des liens. L'initiative des «tables jubilaires» lancée par le diocèse reçoit bon accueil. Des équipes se forment pour inviter des gens de tout bord qui, à leur tour se feront invitants.

Avant Pentecôte, nous nous retrouvons une trentaine pour réfléchir sur «notre vie communautaire en Eglise ».

 Mai: pèlerinage à Patmos. Pour Thérèse, c'est la concrétisation du cadeau offert par sa famille à l'occasion de ses 50 ans. «Si le ciel est sur terre, ce pourrait bien être à Patmos ! le ciel n'étant ni là haut, ni sur terre mais «ici et maintenant», la préparation du campus 2000 -sous-tendu par le thème: les Béatitudes- aide à entrer davantage dans cette vérité évangélique à laquelle nous avons si peu été habitués.

 Juin: remontée rapide dans le Nord pour les 20 ans de l'IFAC et les 30 de Mess’Aje, Maurice faisant partie de l'équipe de fondation.

 Avant Campus, c'est l'invasion -heureuse- de parents et amis qui ne pourront y être. Certains en profitent pour nous faire des travaux de restauration au cloître.

 Campus 2000 ! vous avez reçu le prospectus! La couleur dominante: «œcuménisme et différences», tant dans les églises représentées que dans les activités proposées et les couleurs de peau! Septembre nous donne un nouvel Evêque : Dominique Rey et voit le village de Brue Auriac (800 hts) réintégrer l'interparoissial alors que nous perdons Artignosc sur Verdon (120 hts).

 La rentrée: nous la démarrons avec une grande fête inter paroissiale, nous sommes 250 dans une très bonne ambiance.

La 1 ère réunion du conseil pastoral -très animée- réa juste la mission entre chaque service et l'association «à l'Ecole de la sagesse». Celle-ci a tenu son Assemblée Générale le 16 décembre et vu son bureau s'enrichir de nouveaux membres moteurs.

Plein de signes de vitalité, de responsabilisation de la part de ceux dont nous partageons la vie sur ce territoire du Haut Var. Ce n'est pas la foule et sans doute n'est-il pas souhaitable que ça le devienne, même si la tentation nous effleure parfois. Le grand nombre a-t-il jamais servi la cause de l'Evangile?

Nous sommes dans l'émerveillement et c'est dans ce sentiment que nous clôturons l'année, même si depuis un mois Thérèse a traversé un passage difficile dû à quelques ennuis de santé, (tout est maintenant dans l'ordre) d'où ce petit retard pour vous rejoindre à temps pour la grande Nuit qui donnera le jour à la Lumière: Noël!

Nous le souhaitons rempli de semences de joies et d'espérance capables d'ensoleiller votre route 2001 !

Jacques, Maurice et Thérèse


                   retour haut de page            retour Béguinage 


La vie est généreuse, donatrice: Mais, nous qui jugeons ses dons d’après l’apparence extérieure, nous les rejetons, les trouvant laids ou pesants ou durs. Enlevons cette enveloppe et nous trouverons au-dessous d’elle, une vivante splendeur tissée d’amour par la Sagesse. Accueillez-la, saisissez la et vous toucherez la main de l’ange qui vous l’apporte
                  Fra Angelico da fiesole

 

Barjols le 20 Décembre 1999

Chers tous,

Le temps est venu de «soulever l'enveloppe» et de rendre grâce à notre généreux Créateur pour les cadeaux de la vie. En relisant les évènements, nous découvrons qu'ils ont été tissés d'amour par la Sagesse. Oui, l'année fut riche d'expériences, de rencontres neuves et de retrouvailles.

Nous voici au seuil de l'An 2000 ! et, ces paroles de St. Pierre: « pour le Seigneur un jour est comme mille ans!» nous ramènent à l'Essentiel: «L'Esprit du Seigneur est sur moi, Il m'a envoyé proclamer une année de bienfaits de la part du Seigneur ». C'est ce que nous tentons de vivre lors des rencontres et occasions qui jalonnent notre route. Mais, chaque jour qui passe fortifie en nous le sentiment que Jésus est peu connu! Impression confirmée par le récent livre de Mgr Hippolyte Simon évêque de Clermont- Ferrand « Vers une France païenne?» (Edit. Cana). Cela voudrait-il dire que nous nous découragions? Non! Mais, face à ce constat, nous entendons l'appel à la vigilance, à l'éveil, à l'écoute attentive, afin de nous ouvrir à la nouveauté que Dieu prépare pour son Eglise. L'Esprit Saint veut nous donner force, audace et confiance pour inventer, innover, quitter nos vieilles habitudes. Là est le lieu de notre conversion.

 Depuis juin, environ, Thérèse a laissé le ministère paroissial, (c'était pour palier à une situation de transition); elle retrouve sa spécificité de moniale, même si elle la vit en dehors des structures traditionnelles. Elle partage son temps entre «ora et labora», l'animation de retraites et l'accompagnement. Cet ajustement donne une nouvelle impulsion à notre vécu et nous rapproche davantage de l'intuition primitive; nous y trouvons plus d'équilibre, de souffle et d'élan pour partager notre amour de l'Eglise et tenter de communiquer cette flamme.

 Fin septembre, l'arrivée du P.Jacques (spiritain) a renforcé notre petite communauté et c'est avec joie que nous le voyons s'adapter et s'intégrer dans notre dynamique pastorale.

 Nous nous acheminons vers Noël. Nos chrétiens se sont retrouvés pour chercher comment célébrer joyeusement l'événement, spécialement en cette année jubilaire. En février, Thérèse est retenue comme peintre exposante au salon RELIGIO... ! à suivre! Quant au Campus 2000, il est déjà en chantier (sous peu vous recevrez le programme). Le thème: «les Béatitudes». N'est-ce pas l'invitation de Jésus en ce nouveau millénaire et le don qu'II nous offre? Bienheureux!

 « Bien heureux... » tel est le souhait que nous formons pour chacun d'entre vous, qui de près ou de loin, est associé à notre histoire et fait route avec nous

Avec nos vœux les plus chaleureux, Maurice et Thérèse


                           retour haut de page           retour Béguinage 


«Montre-nous le Père et cela nous suffit!

Qui m'a vu a vu le Père

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par Moi.»

Jn 14,10

Barjols le 7 décembre 1998

 

Chers Tous,

En cette veille de la fête de l'Immaculée Conception, fête chère à nos coeurs pour de nombreuses raisons; et dans cette période hivernale durant laquelle la terre, « à /'image de Marie, se recueille pour se laisser assumer par la semence, pour s'assimiler, s'abandonner à elle pour la faire devenir vivante »(1) nous sommes heureux de faire mémoire avec vous de toutes les grâces que nous avons reçues durant cette année

En franchissant cette nouvelle étape, qui est la dernière de notre XX siècle, nous avons le coeur rempli de souhaits et de voeux qui pourraient se résumer en un seul mot: le bonheur. N'y a-t-il pas 2000 ans que celui-ci nous est promis?

Lorsque l'apôtre Philippe dit à Jésus : «Seigneur montre-nous le Père et cela nous suffit! ». nous pourrions faire nôtre cette demande; même si nous n'empruntons pas les mêmes mots; nos aspirations sont contenues dans cette phrase. Voir le Père, voir Dieu... accéder à une plénitude de lumière, de paix, d'harmonie, de sérénité... La réponse de Jésus:« Je suis le Chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par Moi » est d'une étonnante puissance, puisse-t-elle illuminer notre route en cette année 1999, consacrée à la paternité de Dieu!

Voici maintenant pour vous, en bref, une petite révision de l'année écoulée, les axes vous avaient été tracés dans notre dernière circulaire.

 la Mission du secteur de notre doyenné, les fêtes de village, le Chemin de Croix du Vendredi Saint à Barjols (400 personnes) et une Fête de Pâques fervente furent sans doute des événements importants. Mais, la vie ne se réduit pas à quelques événements, elle est bien trop subtile pour être décrite. Où sont les vrais lieux de croissance, de naissance, de conception, de création? qu'en est-il du changement de nos cœurs ? Nous ne pouvons évaluer; simplement, nous croyons en l'action de la Grâce...

 l'Ecole de la Sagesse continue sa mission avec toutefois des aménagements d'horaire, différents des années précédentes, dans l'intention d'offrir une variété de possibilités ou chances d'accès à la source d'enseignements. Avec Maurice, pendant toute l'année 12 participants (dont 4 mamans avec enfants) pour les cours de théologie et bible (comme indiqués sur le programme,) ce qui fait 30 semaines de formation Mess'AJE, catéchèse d'adultes répondant aux questions de notre temps, et avec l'impact de Vatican Il. En septembre 97, Thérèse recommençait ses parcours « Itinéraire de conversion» 2 groupes en 20 année + 2 nouveaux groupes; elle les a arrêtés à Pâques pour susciter chez les participants un approfondissement. Tandis qu'un nouveau groupe dénommé:« un Esprit-Saint dans un corps sain. », coanimé avec Marie-Pierre, (maman de 4 enfants) a motivé une dizaine de personnes. Ces groupes comptent 8 à la personnes, hommes et femmes.

 L'installation du chauffage central dans le cloître a permis l'hébergement de Valérie et sa fille Linda, arrivées du diocèse d'Oran le 24 avril. Nos communautés chrétiennes les ont accueillies avec un dévouement à toute épreuve. Cela nous vaudra la joie de rencontrer (et ppur Maurice de retrouver) les Pères Raymond Gonnet et René You, tous deux spiritains, et François Chavagne dominicain, de tisser ainsi des liens avec l'Algérie. Aujourd'hui, nous sommes fiers et heureux de cette réussite: après 7 mois de présence à Barjols où il a fallu affronter quelques avanies pour héberger nos deux pensionnaires, celles-ci ont désormais appartement, travail et papiers en règle.

 Le 3 Mai: la sortie interparoissiale, le 11 Mai: visite au P. Madec pour maintenir le lien, reformuler les raisons de notre présence dans le diocèse.

 Après avoir traversé une phase difficile due à l'interrogation de son Président, l'Association « à l'Ecole de la Sagesse» a tenu son assemblée générale le 28 Novembre; nous avons un nouveau président et un nouveau conseil d'administration. Nous comptons environ 120 adhérents. Au programme: des projets et surtout un projet qui nous tient à coeur: celui d'un « campus missionnaire d'été» grand chantier que nous sommes entrain de lancer. (cf. invitation jointe à ce courrier) Réservez-vous cette première semaine du mois d'août.

 Un temps de vacances s'imposait et, grâce à Raphaël revenu chez nous avec sa petite communauté, nous avons pu prendre un peu de large. Le temps de se croiser, mais sait-on jamais tout ce qui peut passer dans une simple rencontre! C'est un peu trop court, mais c'est toujours très riche, vitalisant et dynamisant.

 Fin août, à Montpellier, avec une soixantaine de personnes du sud de la France, nous suivions la session « Ascension- Pentecôte» avec Jacques Bernard, Jean-Marie Beaurent et Catherine de l'Ifac: joie de recevoir confirmation intérieure, forte, claire et fulgurante de notre intuition. Celle-ci, comme toute intuition a le don de nous traverser et de s'emparer de tout notre être de façon limpide puis de nous ramener à nos tâtonnements, à notre quête de Sa Volonté, ce qui nous garde dans l'humilité et nous accule à l'abandon à Sa grâce:« Nous devons redevenir des hommes qui attendent, rassemblés vers l'intérieur, qui, dans la profondeur de la prière, du désir et de la foi, laissent en eux de la place pour une croissance. »(1). Depuis la rentrée, la vie continue et nous entraîne dans son cours... Nous avons pris des options et fait des choix pour l'année. Entre autre celui de nous mettre dans les dispositions intérieures de mûrissement, d'approfondissement, de recherche, d'étude, de méditation, d'élargissement de nos vues, de discernement. Oeuvre jamais achevée !

Nous avons et sommes toujours heureux de recevoir de vos nouvelles mais nous ne sommes pas très loquaces; ce n'est ni oubli, ni indifférence...simples constats de nos limites et pour nous qui sommes impatients, entreprenants et...c'est une bonne école que leur acceptation! Nous avons communié aux joies des uns, à leur bonheur, à leurs rêves et espoirs...comme aussi aux peines, souffrances, épreuves, séparations ou décès. En cette année mise sous le patronage du Père, nous Lui demandons de veiller sur chacun d'entre vous, de vous garder en santé et de vous bénir.

(1) extraits de «Marie, la première Eglise» du Cardinal Ratzinger, Editions médiaspaul.

 

Que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de la gloire, vous donne un esprit de Sagesse et de révélation, qui vous Le fasse vraiment connaître! Puisse-t-il illuminer les yeux de votre coeur pour vous faire voir quelle espérance vous ouvre son appel, quels trésors de gloire renferme son héritage parmi les saints, et quelle extraordinaire grandeur sa puissance revêt pour nous, les croyants,

selon la vigueur de sa force déployée en la personne du Christ. Ephésiens I, 17-20

Joyeuses Fêtes de Noël pour 1999, bonne route!


                         retour haut de page           retour Béguinage 


 

 

 

 

Barjols Noël 1997

 

 

 

 

 

 

" Chacun tire à l’arc selon la limite de son bras

(Proverbe africain)

Que la limite de votre bras ne vous empêche pas d’entreprendre de grandes choses.

 

Bien cher tous,

Que cette année 1998 soit pour chacun d'entre nous l'occasion de tirer profit de ce proverbe africain. Il nous arrive si souvent de déplorer nos limites face à l’ampleur des tâches à accomplir ou de la mission à réaliser

Or les grandes choses ont toujours commencé dans la petitesse et l’humilité. Noël nous le rappelle. Qu’il vienne raviver en chacun de nous la confiance et l’audace pour oser entreprendre et risquer ; qu’il chasse de nos cœurs les peurs et fasse s’écrouler les justifications qui souvent paralysent ou entravent. Oui, il faut aimer les folies réalisables qui ne sont pas des utopies qu’on caresse mais de rêves qu’on incarne. L' Eprit saint sous la mouvance duquel notre pape a confié cette année est Celui qui peut nous faire croire à l’avènement des impossibles. C’est jacques Guillet qui écrit : « " On ne peut se mettre en face de l’esprit, le contempler, le connaître c’est d’abord éprouver son action, se laisser envahir par son influence et se rendre docile à ses élans ; c’est le vouloir toujours plus consciemment à la source de notre vie ». Que cette étape de nos existences nous donne d’entrer davantage dans cette expérience. C’est un de nos vœux pour vous qui nous êtes chers et nous y joignons des souhaits de santé et de sainteté ;

Notre dernière lettre vous partageait nos joies, nos espérances et nos épreuves…cet été, nous avons eu la chance d’accueillir sous nos toits le P.Pierre, un jésuite belge que nous croyons être des nôtres depuis toujours, puis le P.Raphaël et sa petite communauté venus du nord pour allier réflexions, prières et repos ; même si nous n’avons fait que nous croiser, le densité de la rencontre nous a permis de recevoir quelque chose de l’esprit.

Selon nos désirs, dès la rentrée scolaire nous avons essayé d’incarner ce que nous vous avions confié : l’accent fut mis sur notre vie de prière qui est beaucoup plus harmonieuse. Nous savons et surtout nous croyons que la mission a racine et fondement dans la prière ; la présence priante et aimante de notre moine bénédictin, le P.M.Bernard, dans un de nos presbytères, vient comme pour enfoncer le clou ! Notre ermite vit comme un poisson dans l’eau. Dans un autre de nos presbytères, nous avons hébergé une femme consacrée qui elle aussi vit une présence priante et des contacts simples avec les villageois tout en s’adonnant à la peinture d’icônes. C’est un séjour provisoire mais enrichissant pour tous ;

 L’École de la sagesse a ré ouvert en septembre en modulation de fréquences pour cette année. Nous vous avions déjà signalé que l’école pouvait se vivre sous diverses formes, selon les effectifs. Ce n’est pas tout le monde qui peut se libérer ‘ matinées de 2 h par semaine ! Maurice a eu assez d’élèves pour suivre le programme à temps plein : une quinzaine de personnes dont 5 jeunes mamans ayant 2 à (enfants !

 Thérèse poursuit la 2° année avec ses groupes de l’an dernier ; un travail sur soi, nous pourrions dire psycho spirituel mais cette expression soulève trop de peurs. en coanimation avec une jeune femme de Barjols qui a suivi les itinéraires de conversion. C’est un des fruits de ces é premières années ; et il est prometteur. Quant à l’association « à l’école de la sagesse », elle continue d’évoluer ; à la dernière assemblée générale nous étions 120 adhérents (1/3 de Barjols, 1/3 des autres paroisses et 1/3 d’ailleurs) vous en êtes peut-être…sinon, il est encore temps de vous inscrire.

 Nous vous disions notre souci concernant l’évangélisation des enfants ; dès septembre, malgré les remous, nous inaugurions une catéchèse familiale : un dimanche par mois se réunissent enfants et parents de 10 à 18h. Nous touchons une douzaine de familles et jusqu’à présent l’expérience se montre concluante même si elle est encore balbutiante. ; Bien sûr cette piste nouvelle n’est pas obligatoire, elle doit être une chance et non une charge comme le disait le directeur diocésain de la catéchèse ;

 Avec le Catéchisme, il y avait la perspective et les tentatives d’approche des jeunes du CES : une laïque et Thérèse ont pu assurer une présence et permanence, 2 midis par semaine. A ce jour, une cinquantaine de jeunes sont répertoriés. Nous constatons l’ampleur de la tâche ; Thérèse sait que là n’est pas la sienne, mais peut-être fallait-il sa présence pour oser croire que quelque chose pouvait naître ;

 Il en est de même pour la préparation aux baptêmes…vrais accompagnements humains et spirituels ! l’occasion nous est offerte de libérer de faux clichés, de montrer qu’il est possible de vivre en Eglise autrement que dans le ritualisme, la routine, la fixité ou la rigidité sans rien compromettre ou édulcorer pour autant du message évangélique et de l’enseignement de l’Eglise.

 Ainsi nous nous gardons dans la conviction d’une réelle et continuelle exigence de conversion personnelle ; nous avons bien conscience de notre charisme et de nos limites ; tout ce travail pourra être pris en charge par d’autres ; nous faisons tout pour détecter des relais, des dons encore cachés mais complémentaires des nôtres ;

Jésus n’a-t-il pas dit : » la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux »…certes les résultats sont déjà là : des hommes et des femmes plus confiants et audacieux se sont levés et prennent leur place ; la formation donnée est déjà fructueuse.

Ainsi notre centre la collégiale » fonctionne et devient opérationnel, fruit de l’action de nos laïcs ; une librairie y est ouverte. Quant à la mission dont nous vous avions parlé : si elle a été bien préparée par le P.Créach, spiritain, elle sera animée par des équipes de laïcs : soit «  couples que nous avons appelés et formés ; elle sera lancée par notre évêque le 4 janvier jour de l’épiphanie ! Nous confions ces temps forts de Mission à votre prière et intercession.

Voilà quelques nouvelles glanées ces derniers mois ; nous sommes en bonne forme et nous abordons cette année 1998 avec sérénité et dans la joie de l’Esprit Saint qui ne cesse de se donner. Qu’il illumine et conduise vos pas avec assurance e vous donnant d’entreprendre de grandes choses comme le disait le proverbe africain….

Bonne et heureuse année!

Maurice, Thérèse


              retour haut de page           retour Béguinage 


"Avec Noël tout bien vient

Dieu nous fasse la grâce de voir l'an qui vient,

Et si nous ne sommes pas plus que nous ne soyons pas moins. "

                          (tiré du cacho fio de Mistral)

 

Barjols - décembre 96

 

Bien chers tous,

C’est avec joie que je vous retrouve en cette étape de l'année et d'emprunter mes voeux à ça grand poète provençal.

Qu'avec Noël "tout bien" vous t accordé; en santé bien sûr, en progrès, réussites et fécondité.

Que d'année en année chacun d'entre nous s'approche de plus en plus de ce à quoi il est appelé, car là résident la vraie joie, la paix et l’harmonie.

Vous ne m'en voudrez pas d'utiliser la "circulaire" pour partager les nouvelles, je sais que c'est un peu "frustrant" et que cela enlève du charme, pourtant, c'est la seule solution actuelle pour vous garder "branchés".

Mon dernier courrier remonte au mois de mai. En le relisant, je perçois, qu'effectivement, tout ce que je vous partageais des projets ou intuitions, a pris corps et prend corps.

J'ai à coeur de relater, dans les grosses lignes" ce qui nous est donné de vivre aujourd'hui, car je sais qu'il y a beaucoup de manières de contribuer à la MISSION et que, dans l'Église, les mots "réussites" ou "succès" ne sont pas de mises. Nos mentalités ont toujours un peu de mal à adopter les critères d'appréciation de l'Évangile!!! Nous n'en finirons pas de nous convertir et de laisser l'Esprit Saint nous évangéliser ! De quoi pourrions-nous nous glorifier? Nous ne sommes et serons jamais que les serviteurs de la grâce. Celle-ci n'est pas le fruit de nos oeuvres ou entreprises, mais de notre fidélité à ce que l'Esprit attend de nous jour après jour, et le désir de Dieu peut prendre des couleurs variées selon le temps, l'âge, les circonstances, les lieux ou situations. L'important est donc que le Seigneur nous trouve fidèles là où Il nous attend, là où Il nous envoie, là où il nous a "semés". Facile à dire... pas toujours facile à accepter, parce que, pas toujours compréhensible par nos esprits logiques, pas toujours selon nos vues ou nos rêves! Accepter l'Évangile, l'Esprit Saint dans sa vie, c'est s'exposer aux "déroutes", nous le savons théoriquement, mais: "expérimenter", c'est une autre paire de manches!

Si je reprends ma lettre du mois de MAI, voici la "suite":

 "l 'École de la sagesse" qui était un défi, s'est ouverte comme prévu en septembre, avec 7 élèves, c'est un début modeste mais "prometteur" car, en fait, l’École est plus que 4 murs et quelques élèves, c'est le noyau qui sous-tend une dynamique pastorale que nous désirons: "missionnaire".Cette École n'est pas: la RÉALISATION de notre PROJET" comme certains le pensent, mais seulement UNE des expressions de ce que l'Esprit nous permet de vivre au bénéfice, nous l'espérons, de la mission et de l'évangélisation. Cette initiative, donne naissance à plein d'autres choses. Grâce à elle, une association a été crée par des laïcs, qui ont compris et perçu notre préoccupation de l'évangélisation. Ils sont 25 à être concernés et "mordus».

 C'est grâce à leur dynamisme et leurs compétences, que le 7 décembre a vu l'inauguration de l'École et a rassemblé plus de 150 personnes. Il nous semble que "l'association" sera le lieu de surgissement et de naissance de véritables « associés" pour la mission, le mot "associés" trouve Ici tout son sens... A suivre!

 Les 9, 10 et Il novembre, nous avons vécu une expérience assez nouvelle pour nos chrétiens : une retraite inter paroissiale. Nous ne pouvions imaginer l'écho qui serait donné. Ça a a regroupé 90 personnes de nos 10 villages: expérience encourageante.

 ll y aurait encore beaucoup à dire sur ce qui a été entrepris et qui se profile... ce qui est évident, c'est qu'après une année sur le terrain, nous percevons mieux les urgences, nous nous sentons beaucoup Plus à l'aise, des liens se s0nt tissés , nous voyons mieux sur qui nous pouvons nous appuyer, nous discernons Plus l'essentiel de l'important ou du relatif etc. La vie à Barjols se continue.

Nous poursuivons notre route, parsemée de joies et de s0uffrances, d'appels et de questions, de confiance, d'espérance de lumières et de promesses.

Je n'écris pas beaucoup! Ce n'est pourtant ni négligence ni oubli. Les compagnons de route s0nt autres et la communauté a un autre Visage, c’est vrai. Cela dit notre appartenance à une "famille" qui n'a pas de frontière et qui « l’Eglise » cela dit notre humanité! Mais aussi ce qui lui est inhérent: notre limitation dans le temps et l'espace... Nous ne pouvons être "ici et ailleurs!" Seule la prière qui nous met dans un même "courant" nous donne l'assurance et la joie de nous savoir proches les uns des autres, proches aussi par tous ces liens d'amour tissés au long de nos existences, "liens" qui nous ont faits "ce que nous sommes"et nous permettent de tisser d'autres liens afin d'allonger la longue trame d'amitié, liens qui restent inaltérables, même s'il y a la "privation" du bienfait qu'ils nous offraient. Tout passe. .nous pass0ns nous aussi et, chacun de nous en fait l'expérience!

Ste Thérèse de Lisieux, dont nous allons célébrer le centenaire, répétait: "la terre est ton navire et non pas ta demeure!" Le temps passe, les années, les sais0ns, les joies, les peines, les êtres chers" passent, certains des vôtres (donc des miens) ont vécu leur "grande Pâques, d'autres ont vu partir vers d'autres horizons ou d'autres terres, des amis , des parents, des enfants.. .D’autres ont "accueilli les "nouveaux-nés".. .Ainsi va la vie!

Noël! Dieu vient chez nous pour nous montrer le chemin, afin que nous "passions" avec Lui, de ce monde au Père. Que nous le voulions ou non, que nous soyons lucides ou fassions l'autruche ! Nous ne serons jamais que des "pèlerins "des marcheurs, » puissions nous l’être Joyeux, infatigables et enthousiastes! "

La vie ne nous réserve pas que des tuiles ou des Coups, même s'il y en a… .Elle offre aussi des surprises, des cadeaux et, derrière chaque évènement se tient cachée une occasion de mûrir, de grandir en liberté et en amour.

Que cette année 1997 nous fasse avancer encore un peu plus sur ce chemin et nous donne d'explorer, en nous, autour de nous des trés0rs ou richesses inconnues encore. A tous, je peux confirmer mon bonheur dans ma voie d'aujourd'hui, que je ne trouve aucunement en rupture ou en déphasage par rapport à ma vie d'hier.

Depuis un an, notre joie et notre confortation résident dans le fait de voir que ce qui a été d'abord et seulement intuitionné et non "programmé", vient vers nous et trouve occasion de s'incarner!

Sachez que vous gardez chacun "votre" place dans mon coeur et ma prière.

Que, trop lointainement sans doute, je continue à me réjouir de vos joies, à me laisser toucher par vos épreuves et à partager vos espérances.

A chacun je s0uhaite le "meilleur" pour cette fête de Noël qu'avec elle, « tout bien Vous vienne" et que Dieu nous fasse la grâce de voir l'an qui vient, que nous soyons plus nombreux à accueillir l'Espérance que nous propose la fête de Noël. Santé à chacun d'entre vous mais, plus encore, paix avec vous-mêmes, à vos familles et à notre monde. Bien affectueusement.

Thérèse


                          retour haut de page           retour Béguinage 


Barjols, le 5 septembre 1995


Bien chers tous,


    Les dernières nouvelles que je vous ai envoyées vous invitaient à vous unir à mon Action de grâces et celle de mes parents, pour mes 25 ans de profession religieuse et leurs 50 ans de mariage. Nombreux, vous vous êtes rendus proches ce 8 juillet, soit physiquement, soit par la correspondance, la pensée et la prière.
Cet événement festif familial fut riche en grâces, en joies, en émotions et en retrouvailles. Pour celles et ceux qui étaient présents à la fête, vous avez pu entendre la bonne nouvelle: celle d'avoir enfin la possibilité
d'incarner une intuition que je partage depuis 4 ans avec deux autres personnes que vous avez pu rencontrer ce jour-là: les Pères Joseph Fondeur (prêtre séculier) et Maurice Pritzy (missionnaire spiritain).

    Pour certains d'entre vous cette nouvelle était l'exaucement de vos prières et souhaits; et je voudrais vous redire un immense merci d'avoir été là, me soutenant par votre prière, vos encouragements ou simplement votre confiance et amitié.
Pour ceux à qui je n'ai pas eu l'occasion d'expliquer le vrai "pourquoi" de mon départ du monastère et qui ont pu se poser des questions, craindre pour moi, aller même à soupçonner un malaise dans la voie qui était la mienne pendant 25 ans, je voudrais les rassurer. J'ai quitté mon monastère non par insatisfaction, ras le bol, déceptions quelconques, besoins de changement ou fantaisies, fuites de difficultés ou mille autres suppositions..
J'ai quitté ma famille spirituelle de la même manière qu'il y a 25 ans j'ai quitté ma famille selon la chair…ce qui veut dire uniquement parce qu'on m'a reconnu une vocation particulière qui me faisait déborder le cadre de mon monastère. Ce n'est pas sans larmes, sans déchirements, sans réticences que j'ai acquiescé à cette perspective.
Mais l'appel intérieur et les nombreux encouragements trouvés auprès de personnes sages, compétentes et autorisées pour juger du bien fondé de cette intuition, m'ont permis de faire les pas nécessaires et de tenir bon, car ce qui est nouveau prend souvent du temps pour éclore.
Bien sûr il faudrait que je puisse vous nommer en quoi consiste cette intuition! En fait elle est simple:
Mettre en commun la richesse, les différences, les complémentarités des trois grandes traditions qui font l'Eglise (pastorale, mission et monachisme) et qui nous ont façonnés depuis plus de 25 ans, au service de l'Eglise et de l'Evangélisation.
Chacun de nous ayant à vivre sa vocation propre à fond permettant et poussant l'autre à aller également jusqu'au bout de lui-même.
Vous comprendrez qu'en quelques lignes je ne puis décrire avec précision tout ce qui est contenu dans ce que j'appelle "intuition", ni tout ce que cela va entraîner..
En tous cas, aujourd'hui, mon statut est celui-ci : je reste "clarisse" rattachée à ma communauté, mais détachée par elle, en accord avec Rome, pour vivre ma vocation qui n'a jamais cessé d'être: "écoute et docilité" aux appels

 

Bien cordialement

Thérèse


   retour haut de page           retour Béguinage